Rennes

Politique

Interview Pourquoi le dirigeant rennais Florian Bachelier s'est engagé pour Macron

Entretien avec Florian Bachelier

Propos recueillis par G.B. - 26 avril 2017

Être dirigeant d'entreprise et s'engager sur le terrain politique : deux casquettes pas facile à manier. En Ille-et-Vilaine, l'avocat Florian Bachelier, président du cabinet Avoxa, a décidé de rouler pour Emmanuel Macron et son mouvement « En Marche » dont il est même le délégué départemental assumé.

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le Journal des Entreprises : Pourquoi vous êtes-vous engagé dans cette campagne ? 

Florian Bachelier : Je me suis engagé dès le 6 avril 2016 parce que je suis en tant que citoyen, chef d'entreprise et responsable associatif le témoin privilégié d'une forme de déconnexion entre un monde qui opère une profonde et très rapide mutation (transition numérique, environnementale et globalisation des échanges) et l'offre politique des appareils traditionnels. Ce décalage de plus en plus visible accroît le sentiment de défiance vis-à-vis des responsables politiques en place depuis 30 ans. Je fais partie d'une génération qui n'a connu que le chômage de masse et à qui il est promis depuis deux ans un scénario rabougri entre l'extrême droite et la droite extrême. Il y a urgence à faire de la politique autrement, notamment en faisant de la place aux femmes, aux expériences de la société civile et à une plus grande diversité de représentation. Il y a urgence à proposer à la fois une alternance et un renouvellement. Je partage la vision, la méthode et les valeurs du Mouvement. Je me suis engagé pour co-construire un projet qui réconcilie la justice et l'efficacité, la liberté et la protection, un projet progressiste réaliste et financé qui mette au coeur des enjeux le progrès social et un projet qui parte du réel, le nomme et le saisit.


Quelle influence a cet engagement sur votre entreprise et ne craignez-vous pas pour son image, sa réputation ? 

F.B. : Que vous me posiez la question est symptomatique. Nous nous sommes collectivement habitués à l'idée que la politique ne devait être faite que par des femmes et des hommes (surtout des hommes d'ailleurs) qui n'ont pour parcours et horizon que la politique. Il ne devrait y avoir aucune crainte à pouvoir revendiquer un engagement personnel en tant que citoyen indépendamment de ses engagements professionnels ou associatifs. Mais au final je fais le même constat que vous : la majorité des entrepreneurs que je connais partage les idées que nous portons et nous soutient. Pour autant ils ne souhaitent pas l'exprimer publiquement par crainte que cela puisse remettre en cause les contrats les liant aux collectivités territoriales dont les représentants ne sont pas « en marche ». Dans une entreprise, il y a des gens qui viennent de partout, des personnes qui ont des parcours, des expertises et des expériences différentes. C'est ce qui en fait la richesse et la fait avancer plus loin. Nous pourrions nous en inspirer... Sur le plan organisationnel, il est vrai que mon engagement m'a imposé depuis près d'un an de modifier mon agenda. Mais j'ai la chance d'avoir une équipe exceptionnelle.


Et si votre candidat est élu, quel rôle jouerez-vous par la suite à ses côtés et comment s'organiser en conséquence dans votre entreprise ? 

F.B. : Nous avons fait depuis le début le choix de parier sur l'intelligence collective. Le besoin de renouvellement est extrêmement fort et il devra se traduire lors des élections présidentielle et législatives. S'il m'est demandé de prendre une responsabilité en lien avec cette nécessité, je saurais m'organiser en cohérence. Nous n'avons plus le droit ni le temps de décevoir.

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises