Ille-et-Vilaine

Numérique

Interview Olivier Méril (MV Group) : « L’atelier numérique de Google est dans le prolongement de nos valeurs »

Entretien avec Olivier Méril, président de MV Group

Propos recueillis par Baptiste Coupin - 15 juin 2018

Le premier atelier numérique physique de Google en France a ouvert ses portes à Rennes le 9 juin. MV Group (24 M€ de CA en 2017, 180 salariés) est un des partenaires-clés de cette structure dont l’ambition est de former tous les publics aux nouveaux outils du numérique. Et notamment les professionnels, comme l'explique Olivier Méril, président du holding rennais.

Olivier Méril, président de MV Group.
Pour Olivier Méril, président du holding rennais MV Group, « quand un dirigeant ne comprend pas les enjeux du digital, il prend son entreprise et ses collaborateurs en otage. » — Photo : Baptiste Coupin

Le Journal des Entreprises : Vous êtes l'un des partenaires-clés de l'atelier numérique ouvert par Google début juin à Rennes. Qu’attendez-vous de cette collaboration ?

Olivier Méril : Mediaveille (entreprise phare de MV Group, NDLR) a toujours été attachée à participer activement à la digitalisation des entreprises. Par ailleurs, Mediaveille et Google tissent depuis de nombreuses années une collaboration forte et durable. L’agence est certifiée « Google Premier » depuis 2016. L’atelier numérique est dans le prolongement de nos valeurs. C’est notre contribution pour digitaliser et limiter la fracture numérique. À travers ce partenariat, nous souhaitons sensibiliser un certain nombre de gens qui pourront candidater demain sur les métiers du digital. C’est l’avenir des générations futures. Chacun va monter d’un cran : le salarié, le dirigeant, qui aura besoin de plus d’expertise, de connaissances. Et donc indirectement ça va rejaillir sur tous les acteurs du digital. Nous y compris, on l’espère. Concrètement, nous allons mettre à disposition des experts Mediaveille qui interviendront au sein de l'atelier sur des sujets comme le référencement naturel ou la publicité en ligne. Et puis nous aurons des formations plus longues, dans nos locaux, avec des formateurs Google. On a prévu de former 500 personnes d’ici la fin de l’année.

En quoi l’enjeu de la transformation digitale des entreprises est-il fondamental ?

O.M. : Nous sommes sur un territoire dynamique, qui profite à plein d’entreprises. Quand un dirigeant ne comprend pas les enjeux du digital, il prend son entreprise en otage, et donc ses collaborateurs également. C’est en cascade. Chez nous, la formation est un élément clef. On n’a pas de limite de budget. On doit être à peu près à dix fois les budgets règlementaires. Sur 180 collaborateurs, on en a 50 maintenant qui sont formateurs. Je forme moi-même des dirigeants dans toute la France. Le digital, c’est un monde qui évolue en permanence. Quand on a levé ces freins-là, il n’y a plus de barrières et on va pouvoir évoluer plus facilement. Pourquoi Mediaveille est en hyper-croissance ? Parce que le digital nous permet d’accélérer nos services. Avec le même nombre de clients, vous faites « x 2 » en chiffre d’affaires. On avait quatre métiers au début. Aujourd’hui, on en a trente, ce qui permet d’apporter encore plus d’expertise à nos clients.

Situé rue de la Monnaie, à Rennes, l'atelier numérique se veut un lieu de découverte, d'échange et d'apprentissage.
Situé rue de la Monnaie, à Rennes, l'atelier numérique se veut un lieu de découverte, d'échange et d'apprentissage. - Photo : Baptiste Coupin

Où en est votre projet d’Université du digital ?

O.M. : Le projet doit être lancé à Rennes à la rentrée avec une vingtaine d’élèves au départ. Nous avons recruté le directeur général et sommes en train de travailler sur le programme pédagogique, la sélection des formateurs et les méthodes innovantes qu’on veut diffuser. On va s’appuyer sur trois socles : le savoir-faire, le savoir-être et le travail collaboratif. On veut faire une université très ouverte, avec les méthodes modernes. Notre rêve c’est de se dire : demain on prend une personne formée dans cette école-là, on l’intègre dans une entreprise et tout le monde se dit : « Waouh, elle est opérationnelle tout de suite. Elle sait parler à un client, elle sait expliquer à son collègue, etc ».

Olivier Méril, président de MV Group.
Pour Olivier Méril, président du holding rennais MV Group, « quand un dirigeant ne comprend pas les enjeux du digital, il prend son entreprise et ses collaborateurs en otage. » — Photo : Baptiste Coupin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.