Roland Beaumanoir, PDG de Beaumanoir, et Christian Roulleau, PDG de Samsic. — Photo : Baptiste Coupin - Le Journal des Entreprises

A une semaine de la remise du rapport des trois médiateurs sur l’aéroport du Grand Ouest, les acteurs économiques bretons et ligériens se font entendre pour promouvoir le projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes et demander au gouvernement de s’engager en sa faveur. Rassemblés autour d’un collectif représentant au total 300 000 entreprises, ils ont tenu un point presse, le 6 décembre, à l’Ecole Supérieure de Commerce de Rennes.

« C’est un sujet d’emplois, de créations d’activités et de respect de nos populations », a rappelé, en introduction, Bruno Hug de Larauze, président du Club des Trente, regroupant les ETI du grand Ouest. A ses côtés, Joël Chéritel, à la tête du Medef Bretagne, a souligné « l’engagement constant des acteurs économiques sur ce dossier », sans manquer de rappeler le bien-fondé du projet, validé par voie référendaire et dont la justice, à 178 reprises, a confirmé la régularité des procédures.

« Rester compétitifs »

« L’aéroport du Grand Ouest est la seule et unique solution pour répondre à la saturation avérée de l’aéroport de Nantes Atlantique (…) La réalisation de cet aéroport est stratégique pour notre région, ouvert sur l’Europe et le monde », écrivent les entrepreneurs et dirigeants d’entreprises dans un manifeste qui sera transmis en fin de semaine au président de la République et au Premier ministre. « Il est absolument indispensable pour ancrer durablement des activités économiques dans le grand Ouest et accueillir les salariés et leurs familles, que les moyens de connexion soient pertinents, efficaces et compétitifs pour nos entreprises », soulignent encore les acteurs économiques.

Les PDG de Samsic et Beaumanoir en soutien

A Rennes, deux patrons brétiliens dont les entreprises pèsent fortement sur l’économie du territoire et au-delà ont pris la parole. « Nous sommes tous partie prenante du projet (d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, NDLR) », a insisté Christian Roulleau, le PDG de Samsic (80 000 salariés, 1,5 milliard d’euros de CA en 2016) appuyant sur le caractère stratégique d’une telle infrastructure « pour les générations à venir ».

« Il y a un danger de voir nos sièges sociaux se déplacer vers Paris », prévient pour sa part Roland Beaumanoir, le PDG du groupe textile du même nom (14 000 salariés, 1,5 milliard d’euros de CA en 2016) laissant entendre que sans aéroport international dans le grand Ouest qui rapprocherait des hubs internationaux, le développement des entreprises apparaît limité. Selon l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII), la présence d’un aéroport international dans le grand Ouest, associée à une politique d’attractivité dynamique, permettra de capter un nombre significatif de projets d’investissements étrangers.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture