Ille-et-Vilaine

BTP

Municipales 2020 : les travaux publics d'Ille-et-Vilaine demandent des investissements en infrastructures

Par Virginie Monvoisin, le 25 février 2020

La Fédération des travaux publics d’Ille-et-Vilaine s’inquiète de la dégradation des infrastructures et des réseaux du département. Elle publie un vade-mecum destiné à interpeller les candidats aux élections municipales de mars.

Raymond Armange, président de la Fédération des travaux publics d'Ille-et-Vilaine.
Les routes font partie des infrastructures à entretenir, et pour lesquelles la FTP 35 et son président Raymond Armange interpellent les candidats aux municipales. — Photo : © FTP 35

Chiffres à l’appui, la Fédération des travaux publics d’Ille-et-Vilaine tire la sonnette d’alarme. Elle constate de « nombreux déficits d’investissements en infrastructures ». Selon la FTP35, les structures de mobilité, d’eau et d’énergie du département se dégradent. Entre 2008 et 2018, les dépenses d’infrastructures des communes et des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) d’Ille-et-Vilaine ont baissé de 13 %. La fédération interpelle donc les candidats aux élections municipales à l’occasion de la publication d’un vade-mecum relatif aux infrastructures communales du département.

Des infrastructures en péril

Le document a été produit par la Cellule économique de Bretagne, association de partenaires publics et privés qui met son expertise au service de l’information économique et statistique de la filière construction. « C’est bien parce que nous sommes des acteurs économiques de premier plan de notre territoire, responsables et soucieux de son développement, que nous sommes particulièrement attentifs à son entretien et avenir, au profit direct des usagers de 2020 mais aussi des générations futures. En rendant aujourd’hui public ce vade-mecum des infrastructures communales […] avec les chiffres clés à connaître, […] nous ne doutons pas que les candidats aux prochaines municipales sauront s’en saisir… », lance Raymond Armange, président de TP 35. Les Bretilliens utilisent des réseaux de mobilité (routes, pistes cyclables…), d’eau (eau potable et assainissement), d’énergie (électricité́, fibre…), « qui contribuent aussi à l’aménagement du territoire et à son attractivité économique. Or, aujourd’hui, ce patrimoine se dégrade de manière plus ou moins visible ».

Des finances disponibles

Le vade-mecum met en effet plusieurs chiffres en exergue. Ainsi, l’Ille-et-Vilaine totalise 12 125 km de voiries communales et intercommunales. La Fédération des travaux publics estime à 20,6 milliards d’euros la valeur à neuf du réseau routier communal. Concernant le réseau département d’eau potable (18 200 km), l’estimation de la valeur à neuf s’élève à 2,73 milliards d’euros. Les stations d’épuration, elles, sont 15 % à dater de plus de 30 ans, et nécessiteraient 500 millions d'euros pour une remise à neuf. Si ces faiblesses sont nombreuses dans le département, « des pistes de progression et de correction sont possibles », souligne la FTP35. Le taux d’épargne brute du bloc communal de l’Ille-et-Vilaine s’élève ainsi à 21,2 %, contre 16,4 % à l’échelle nationale, relève le vade-mecum. Des finances sont donc disponibles pour « investir dès maintenant », souhaite la fédération.

Raymond Armange, président de la Fédération des travaux publics d'Ille-et-Vilaine.
Les routes font partie des infrastructures à entretenir, et pour lesquelles la FTP 35 et son président Raymond Armange interpellent les candidats aux municipales. — Photo : © FTP 35

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail