Ille-et-Vilaine

Industrie

Le technicentre industriel de Rennes-La Janais devient une plateforme d'expérimentation 5G pour la SNCF

Par Baptiste Coupin, le 27 août 2021

Le technicentre SNCF de Rennes-La Janais est un site de maintenance d’excellence pour le groupe ferroviaire. Avec l’installation d’un "Living Labs 5G" au début de l’été, il devient aussi un lieu d’expérimentation pour la 5G.

Cédric O aux côtés de Christophe Fanichet (SNCF) lors de sa visite, le 2 juillet, au Technicentre industriel de La Janais.
Cédric O aux côtés de Christophe Fanichet (SNCF) lors de sa visite, le 2 juillet, au Technicentre industriel de La Janais. — Photo : Compte Twitter de Cédric O / Secrétariat d'État chargé du Numérique

Au début de l’été, le secrétaire d’État au numérique Cédric O est venu visiter le technicentre SNCF de La Janais, à Chartres-de-Bretagne, près de Rennes. Le site, qui emploie 380 collaborateurs, est spécialisé sur la maintenance des pièces de freinage des trains de toute nature : TGV, TER, métros, tramways… La maintenance est un domaine d’expertise à part entière pour la SNCF, qui se pérennise à Rennes. La Janais va traiter 14 rames de TGV Atlantique en 2021. Puis, en 2022, 32 rames de Ouigo. C’est sur ce site de 15 000 m² (mais aussi près de la gare de Rennes sur un deuxième site) qu’une plateforme d’expérimentation 5G vient de voir le jour. Intitulée "Living Labs 5G", ce laboratoire du numérique, lancé avec plusieurs partenaires (Orange, l’Institut Mines-Télécom, Nokia), vise à accélérer les innovations liées au très haut-débit sans fil dans les activités industrielles du groupe.

Maintenance prédictive

Objectif premier : faire de la maintenance prédictive, comme cela se fait déjà dans des unités de production en Chine ou aux États-Unis. "C’est le cœur de la SNCF, c’est ce qui nous permettra en 2030 d’avoir zéro panne fatale en ligne", explique Christophe Fanichet, directeur général adjoint du numérique du groupe SNCF et PDG de SNCF Voyageurs. Et je n’oublie pas les centaines de milliers de capteurs IoT qui nous permettent de suivre nos voyageurs et de surveiller en permanence l’ensemble des systèmes de nos trains." Pour aider à l’efficience opérationnelle, la SNCF pourra notamment s’appuyer sur des caméras haute-définition, grâce à l’Intelligence artificielle. Elles permettront de suivre les mouvements des matériels. "On est ici au cœur de la raison d’être de la 5G. C’est extrêmement important pour préparer ce que seront nos industries françaises dans 5 ans et 10 ans", a salué Cédric O.

Une plateforme ouverte à des tiers

Si le Living Labs 5G de La Janais est amené à servir de terrain d’expérimentation pour le groupe SNCF pour développer les cas d’usage de l’Industrie du futur pour ses métiers, la plateforme se veut aussi ouverte à des tiers. Les PME et start-up locales pourront notamment profiter du site pour tester leurs innovations sur la bande de fréquences expérimentale 26 GHz, qui permet des débits équivalents à la fibre optique. À noter que les Living Labs 5G de Rennes et La Janais, conçus dans le cadre de la politique de numérique responsable de la SNCF, devraient bénéficier d’un coup de pouce de l’État dans le cadre du plan de relance.

Cédric O aux côtés de Christophe Fanichet (SNCF) lors de sa visite, le 2 juillet, au Technicentre industriel de La Janais.
Cédric O aux côtés de Christophe Fanichet (SNCF) lors de sa visite, le 2 juillet, au Technicentre industriel de La Janais. — Photo : Compte Twitter de Cédric O / Secrétariat d'État chargé du Numérique

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail