Bretagne

Agroalimentaire

Le Duff : Pourquoi investir 400 M€ dans Bridor

Par Géry Bertrande, le 01 juillet 2016

Louis Le Duff va investir 400 millions d'euros sur cinq ans dans son outil industriel Bridor. La moitié sera consacrée à ses usines en Amérique du Nord et l'autre moitié en France, où vont être créés un tiers des 1 000 emplois supplémentaires également en vue.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Nous avons doublé de taille ces cinq dernières années ; nous allons encore doubler nos ventes les cinq prochaines et donc doubler notre outil ! » Louis Le Duff annonce la couleur : 400 millions d'euros d'investissements supplémentaires ces cinq prochaines années répartis pour moitié entre ses deux usines françaises et ses deux nord-américaines.

Extensions tout azimut

Tous ces sites industriels de fabrication-surgélation à l'enseigne Bridor sont en cours d'extension. Celui breton de Servon-sur-Vilaine va accueillir un nouveau centre de R & D et de formation, ainsi qu'une plateforme logistique, pour atteindre 70 000 m² sur 11 hectares dans moins de deux ans. En Mayenne, celui de Louverné près de Laval a déjà doublé de taille à peine deux ans après son inauguration et atteindra à terme 50 000 m² sur 17 hectares. Aux États-Unis, près de Philadelphie, le site d'une dizaine d'années qui a doublé de surface en 2015 pour atteindre 30 000 m² va accueillir sa sixième ligne de production cet été. La quatrième usine, canadienne, près de Montréal va elle aussi grandir pour atteindre 55 000 m².

Consomma(c)teurs de croissants et de croissance

Bridor, division du groupe Le Duff (30.800 salariés à fin 2015 dont 1.800 chez Bridor), assure à ce jour 600 millions des deux milliards d'euros de chiffre d'affaires de sa maison mère, et en 2020 un milliard d'euros, en fournissant en pains et viennoiseries ses propres enseignes de boulangerie et restauration pour environ 10 % (Brioche Dorée, Del Arte, Bruegger's, La Madeleine...), mais aussi des clients comme les hôtels de quatre et cinq étoiles uniquement et la moitié des restaurants étoilés de Paris (50 % du CA), des artisans boulangers indépendants (30 %). Les 10 % restants se répartissent entre des enseignes de la GMS au positionnement plutôt haut de gamme, des épiceries, des compagnies aériennes comme Air France, Emirates, Air China... Bridor revendique un million de clients servis chaque jour, dans 60 pays. « Nous sommes en train d'aller en Inde et nous attaquons l'Afrique du Sud, le Gabon, le Rwanda où sont aussi nos clients hôteliers », explique Laurent Noppe, directeur du développement industriel. Bridor réalise 73 % à l'export, boosté par la consommation de pains à la française, avec parfois des recettes adaptées aux pays.

1000 emplois à créer

Véritable ascenseur social, Le Duff annonce également la création de 1000 emplois nouveaux, « les deux tiers à l'étranger », précise son emblématique patron fondateur. Tous seront formés en France, à Rennes, dans son nouveau siège pour la partie retail et dans son usine Bridor qui va accueillir une école pour la production. « Nous n'en serions pas là aujourd'hui sans la qualité, la qualité et encore la qualité ! », martèle Louis Le Duff, qui sait s'entourer. Le capitaine d'industrie breton vient de faire appel au docteur Loïc Roger, spécialiste en nutrition, à Frédéric Lalos, Meilleur ouvrier de France (ex-Lenôtre), et à Michel Roux, chef étoilé surnommé « le Bocuse anglais » et icône du petit écran à Londres, dont le père a aussi contribué en son temps au succès de Bridor.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture