Ille-et-Vilaine

Tourisme

Le Domaine des Ormes espère un scénario "vert" pour le tourisme en 2021

Par Baptiste Coupin, le 03 mars 2021

En Ille-et-Vilaine, le village vacances Domaine des Ormes, atteint par une année 2020 faite d’annulations et de reports de séjours, prépare la nouvelle saison touristique en gardant un esprit combatif. Son offre de services et loisirs haut de gamme lui a déjà permis de capter une nouvelle clientèle.

La famille de La Chesnais, exploitante du Domaine des Ormes à Épiniac, en Ille-et-Vilaine. Le village vacances espère pouvoir fonctionner correctement en 2021.
La famille de La Chesnais, exploitante du Domaine des Ormes à Épiniac, en Ille-et-Vilaine. Le village vacances espère pouvoir fonctionner correctement en 2021. — Photo : Domaine des Ormes

Le Domaine des Ormes est l’une des infrastructures touristiques phare de Bretagne. Situé à Épiniac, à proximité du Mont Saint-Michel et de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), le village vacances n’entend pas baisser les bras malgré la crise sanitaire qui perdure, lui laissant entrevoir une nouvelle saison chahutée en 2021.

Gérée par la famille de La Chesnais, la SA Domaine des Ormes (105 salariés, 13 millions d’euros de CA en 2019), qui comprend un "resort" et son camping cinq étoiles (plus de 650 emplacements), a enregistré plus de 2 millions d’euros de pertes en 2020, conséquence notamment d’un nombre de nuitées bien moins important que prévu (41 000 contre 85 000 habituellement). En 2021, le Domaine des Ormes souhaite donc pouvoir ouvrir, quelles que soient les restrictions sanitaires. "Une fermeture totale du domaine engendrerait 6 millions d’euros de pertes, même avec le chômage partiel et les autres aides", évalue Philippe de Bellevue, directeur commercial. Aussi, l’entreprise, qui a souscrit un prêt garanti par l’État de 2 millions d'euros pour faire face à ses difficultés, reste combative.

Des cottages complets pour les vacances d’hiver

"Il faut nous laisser travailler sinon ça va être la catastrophe, plaide Séverine du Jonchay, directrice financière et membre du directoire. Le Domaine des Ormes a un impact économique important. Pour nous, pour les saisonniers que nous employons (130 en pleine saison, en plus de ses effectifs habituels, NDLR), et pour les sous-traitants".

Cabanes sur l’eau du Domaine des Ormes, en Ille-et-Vilaine.
Cabanes sur l’eau du Domaine des Ormes, en Ille-et-Vilaine. - Photo : Domaine des Ormes

Au sein du parc de 200 hectares, les hébergements en cabanes et cottages sont tous complets pour ces vacances d’hiver. Et le déconfinement des Britanniques à venir - avec la possibilité pour eux de pouvoir quitter leur territoire à partir du 21 juin - pourrait bien être le ballon d’oxygène attendu. Depuis toujours, le Domaine des Ormes accueille en effet de nombreux Anglais ou Irlandais.

Moins dépendre des touristes britanniques

Quoi qu’il en soit, la crise sanitaire a déjà conduit le Domaine des Ormes à travailler sur un modèle "moins britannico-dépendant", souligne Philippe de Bellevue. Anticipant les chamboulements de l’été 2020 au sortir du premier confinement, la structure s’est en effet ouverte sur une clientèle plus régionale. Après un modèle 70 %-30 % à majorité internationale, la balance s’est inversée et ce sont désormais les touristes français qui sont les plus nombreux. L’entreprise compte sur eux pour remplir ses hébergements et profiter de son importante offre de services et loisirs haut de gamme : club équestre, golf, piscines. Et de son parc aquatique sous bulle de verre inauguré à l’été 2019, dans lequel l’entreprise a investi 10 millions d’euros et qui n’a que trop peu servi…

Un scénario incertain

"Le plus dur est de savoir s’il faut miser sur un scénario vert ou rouge", décrit Philippe de Bellevue, à la préparation de la nouvelle saison. Avec quelles contraintes donc, et quels effectifs déployés pour répondre à une demande incertaine. De nombreux reports ont été rendus possibles en 2020 auprès des vacanciers. La montée en puissance du domaine est attendue à partir d’avril et jusqu’au mois d’août, son meilleur mois (jusqu’à 4 M€ de chiffre d'affaires).

Selon le directeur commercial, le chiffre d’affaires du domaine pourrait varier du simple ou double, selon ce qu’il est possible de faire. Philippe de Bellevue reste donc positif : "Les vacances de la Toussaint nous ont rassurés sur notre véritable potentiel : quand nous pouvons ouvrir normalement, les entrées dépassent toutes nos espérances."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition