Ille-et-Vilaine

BTP

Le Département d’Ille-et-Vilaine et les entreprises se mobilisent contre le travail illégal

Par Virginie Monvoisin, le 13 février 2020

Le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, la Direccte et les fédérations du BTP ont signé une charte d’engagement pour lutter contre le travail illégal et la fraude au travail détaché. Une démarche qui se veut préventive.

Signature de la charte d'engagements réciproques entre le Département, la Direccte et les fédérations du BTP, à Rennes, le 4 février 2020.
Signature de la charte d'engagements réciproques entre le Département, la Direccte et les fédérations du BTP, à Rennes, le 4 février 2020. — Photo : © Virginie Monvoisin

« Le travail détaché est un fléau qui engendre une concurrence illégale, ce qui fragilise nos entreprises en matière d’emploi, de compétences et d’investissement ». Voilà pourquoi les entreprises bretilliennes du BTP ont décidé de s’engager pour lutter contre le travail détaché, selon Raymond Armange, président de la FRTP-TP35 (Fédération des travaux publics de Bretagne). « L’État doit s’engager pour que le sentiment d’impunité n’existe pas », ajoute-t-il.

Argument entendu, puisque c’est en présence de la préfète de la région Bretagne, Michèle Kirry, que les fédérations du BTP ont signé une charte d’engagements réciproques. À la table des signataires, la FRTP, donc, mais aussi la Capeb35 (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) et la FFB35 (Fédération française du bâtiment), ainsi que la Direccte et le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine.

Alerter les maîtres d’ouvrage

« Nous devons faire la guerre à ce type de pratique compliquée à combattre, estime Xavier Champs, président de la FFB35. Nous voulons provoquer une prise de conscience auprès des maîtres d’ouvrage, en faisant la guerre aux prix trop bas, afin d’entrer dans une démarche vertueuse. L’objectif est d’établir une concurrence loyale sur l’Ille-et-Vilaine. » Toutefois, le département n’est pas le plus touché de France par le travail illégal, selon Jean-Luc Chenut, président du conseil départemental, inscrivant cette charte d’abord « dans une démarche préventive ».

Le Département a en effet affirmé, dès 2018, sa volonté d’une commande publique transparente et performante, dans un souci notamment d’insertion sociale (les travailleurs illégaux ne pouvant bénéficier de la législation du travail par exemple). Il est en effet un acteur majeur de l’investissement sur le territoire, comme bâtisseur employant de nombreuses entreprises du BTP. Cette charte va dans le sens d’une valorisation de l’image du BTP, qui cherche à recruter. Le Département s’engage donc à renforcer sa vigilance et ses capacités à réaliser des contrôles, qui peuvent « être effectués tous les jours de la semaine, jour et nuit ».

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail