Bretagne

Réseaux économiques

Le CJD Bretagne veut organiser le congrès national des jeunes dirigeants à Rennes en 2024

Par Baptiste Coupin, le 07 octobre 2022

Le Rennais Yves-Eric Moënner, dirigeant d’un éditeur de logiciel, est le nouveau président du CJD Bretagne, qui réunit 600 adhérents sur le territoire breton. L’entrepreneur porte une ambition : l’organisation du congrès national des jeunes dirigeants, à Rennes, en 2024.

Yves-Eric Moënner, président du CJD Bretagne. L'entrepreneur rennais espère pouvoir organiser le congrès national des jeunes dirigeants à Rennes en 2024.
Yves-Eric Moënner, président du CJD Bretagne. L'entrepreneur rennais espère pouvoir organiser le congrès national des jeunes dirigeants à Rennes en 2024. — Photo : Baptiste Coupin

Le Rennais Yves-Eric Moënner, 47 ans, dirigeant de la société Pointcarré textile software (15 salariés, 1,5 M€ de CA), éditeur de logiciel spécialisé dans le design de l’industrie textile, a pris la présidence du CJD Bretagne, le 1er juillet 2022, en remplacement de Cathy Vallée. Il entame un mandat de deux ans à tête d’un réseau qui chapeaute les huit sections bretonnes (présentes dans les quatre départements bretons et rassemblant 600 adhérents, NDLR), aux côtés de sa vice-présidente, la Morbihannaise Catherine Radenac, gérante de l’agence de publicité Orignal Communication à Lorient.

"J’aime quand les choses bougent"

L’entrepreneur rennais s’est inscrit dans l’aventure "JD" dès 2010, au sein du CJD Rennes. "J’ai été très attentiste et "consommateur" de ce que pouvaient m'apporter les autres au départ", explique Yves-Eric Moënner. L’ingénieur de formation, fondateur et dirigeant de la société de formation Elikya avant de racheter Pointcarré textile software, s’est ensuite investi dans le mouvement sans compter. En pilotant différentes commissions puis en prenant la responsabilité du pôle formations du CJD Bretagne, entre 2020 et 2022. Il a renouvelé 20 % du programme de formations dédiées aux chefs d’entreprise sur des sujets de gestion, de management ou de développement personnel. "Je suis quelqu’un d’enthousiaste et de dynamique. J’aime quand les choses bougent", souligne l’entrepreneur, qui consacre la moitié de son temps professionnel au réseau associatif. La philosophie du CJD, structure engagée et humaniste, ouverte au débat d’idées, lui correspond "parfaitement". "Après 12 ans chez les jeunes dirigeants, j’estime être aujourd’hui un tout autre homme et un autre chef d’entreprise que celui que j’étais."

Rennes face à cinq autres villes candidates

Yves-Eric Moënner a une vraie attente à la présidence du CJD Bretagne : "celle de fédérer tous les jeunes dirigeants de Bretagne". Et une mission qu’il entend mener à bien : l’organisation du congrès national des jeunes dirigeants (5 700 adhérents dans tout l’Hexagone, NDLR), en 2024, à Rennes, la ville de son enfance. "C’est le choix le plus logique économiquement et pour sa centralité", expose le patron. L’événement, qui s’est tenu à Toulouse en 2022, réunit chaque année 2 500 personnes mais n’a encore jamais été organisé en Bretagne. Une incongruité que Yves-Eric Moënner souhaite réparer. "Il y a une détermination de l’équipe bretonne à défendre ce dossier, affirme-t-il. Le congrès national des JD est un événement fort et impactant. Rennes et la Bretagne pourraient en tirer un vrai bénéfice". Rennes fera face à cinq autres villes candidates. Le choix sera tranché pour la fin 2022.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition