Ille-et-Vilaine

Agroalimentaire

L'Atelier de l'Argoat développe l'andouille à Paris

Par V.M., le 24 novembre 2015

Le fabricant d'andouilles de Plélan-le-Grand, L'Atelier de l'Argoat, vient d'ouvrir un magasin d'usine et un site marchand. Dès 2016, il va aussi ouvrir un magasin vitrine à Paris, La Table de L'Argoat.

La véritable andouille de Guémené à l'ancienne, fabriquée à l'Atelier de l'Argoat (à droite, Joël Tingaud, le PDG), représente 65 % des volumes de l'entreprise.
La véritable andouille de Guémené à l'ancienne, fabriquée à l'Atelier de l'Argoat (à droite, Joël Tingaud, le PDG), représente 65 % des volumes de l'entreprise. — Photo : Virginie Monvoisin

Depuis qu'il a repris L'Atelier de l'Argoat à Plélan-le-Grand il y a onze ans, Joël Tingaud a presque multiplié le chiffre d'affaires par deux, atteignant en 2015 les 6,1 millions d'euros. « Les capitaux propres sont passés de -635 000€ à + 460 000€ », précise ce dirigeant autodidacte qui adore « faire l'andouille » ! Ce qui ne l'empêche pas de garder son sérieux et de vouloir développer son usine d'andouilles et andouillettes (74 salariés). Alors qu'elle vendait jusque-là ses produits (520 T par an) à 70 % en GMS (coupe ou MDD), 12 % en RHF et 18 % chez des grossistes, elle s'attaque à la vente directe en ouvrant son magasin d'usine. En parallèle, son site internet est devenu marchand, et permet de se faire livrer en moins de 24 h (dans toute la France dès juin 2016). Le magasin doit aussi servir de point d'appui pour une nouvelle activité de tourisme industriel.

En parallèle, l'andouille de Plélan veut conquérir Paris, et ses restaurateurs, de plus en plus demandeurs de ses produits. « Nous avons créé une SAS, La Table de l'Argoat, dont mon fils Pierre-Alexis prend la gestion, se réjouit Joël Tingaud. Elle aura dès 2016 d'un magasin vitrine dans le 14e, pour créer un lien de proximité avec les restaurateurs, traiteurs, charcutiers et particuliers ». Objectif : écouler une tonne d'andouille par mois à Paris.

La véritable andouille de Guémené à l'ancienne, fabriquée à l'Atelier de l'Argoat (à droite, Joël Tingaud, le PDG), représente 65 % des volumes de l'entreprise.
La véritable andouille de Guémené à l'ancienne, fabriquée à l'Atelier de l'Argoat (à droite, Joël Tingaud, le PDG), représente 65 % des volumes de l'entreprise. — Photo : Virginie Monvoisin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.