Rennes

Marketing

L’agence social media Tire-Fesses atteint des sommets en deux ans

Par Virginie Monvoisin, le 21 juillet 2022

Lancée à Rennes en 2020, l’agence de marketing et communication social media Tire-Fesses est passée de 3 associés à déjà 25 collaborateurs en à peine deux ans. Spécialisée dans l’agroalimentaire, elle travaille avec une quarantaine de PME de l’Ouest. Elle devrait encore doubler d’ici à 2025.

Tire-Fesses, agence social media dirigée par Thomas Tissot, Glenn Vigouroux et Benjamin Rolland, compte aujourd'hui 25 collaborateurs.
Tire-Fesses, agence social media dirigée par Thomas Tissot, Glenn Vigouroux et Benjamin Rolland, compte aujourd'hui 25 collaborateurs. — Photo : Tire-Fesses

Faire la promotion des produits de PME de l’agroalimentaire sur les réseaux sociaux, le tout avec un ton décalé. Voici la mission que s’est fixée l’agence de marketing et communication social media Tire-Fesses, créée à Rennes en 2020 par Glenn Vigouroux, Thomas Tissot et Benjamin Rolland. Depuis, les trois associés ne cessent de recruter, l’agence comptant désormais, et ce en à peine deux ans, 25 collaborateurs. Une croissance telle que la jeune entreprise a dû trouver des locaux plus grands que ceux qu’elle occupait rue de la Monnaie, pour 200 m² quai Chateaubriand. Installée là depuis juin, elle dispose d’un studio photo, d’une réserve pour les produits de ses clients, de larges bureaux et… d’une cuisine.

Un cuisinier en interne

Tire-Fesses travaillant essentiellement pour des entreprises de l’agroalimentaire, sa spécialité, l’agence a décidé d’embaucher son propre cuisinier, Nicolas Binetruy (dix ans d’expérience en restauration gastronomique, traditionnelle et street-food). Il invente et met en scène de vraies recettes pour les réseaux sociaux des 45 clients récurrents de l’agence. Parmi eux, on trouve des noms comme La Brasserie de Bretagne, Armor Délices, Eureden, LDC ou encore Bret’s et Cavavin. "Chaque mois, Nicolas Binetruy réalise une centaine de recettes, souligne Glenn Vigouroux. Chez Tire-Fesses, ça respire la food dans tous les sens du terme ! Notre chef nous apporte les plats, que les équipes dégustent. Nous mettons en avant de vraies recettes, on ne triche pas."

Dépasser le million d’euros de chiffre d’affaires en 2023

Tire-Fesses mise en effet sur la sincérité, la créativité, et surtout une bonne dose d’humour pour séduire les followers, consommateurs et clients. Et ça marche. L’agence a doublé chaque année depuis deux ans, atteignant 600 000 euros de chiffre d’affaires à la clôture de son deuxième exercice au 31 mars 2022. "Nous visons 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires en 2023, confie Thomas Tissot, responsable financier de l’entreprise. Notre ambition est de garder ce même rythme, pour dépasser les 4 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à trois ou cinq ans." Les 200 m² de l’agence pourraient donc vite devenir petits… "Nous réfléchissons déjà à un projet d’investissement immobilier, pour disposer de nos propres locaux et avoir un pôle de production plus étoffé, d’ici à deux ans", poursuit le dirigeant. L’objectif étant bien entendu de rester ancré à Rennes et d’y créer de l’emploi. Deux nouvelles recrues vont d’ailleurs rejoindre Tire-Fesses à la rentrée, en community management et graphisme.

600 contenus par mois

Il faut dire que l’agence a besoin de profils différents pour réaliser chaque mois 600 contenus pour ses clients de l’agroalimentaire, qui ont besoin de se digitaliser. Elle emploie ses propres graphistes, vidéastes, photographes, motion designers et community managers pour faire vivre l’univers des marques et cibler un public jeune et connecté qui regarde peu les chaînes de télévision. Sa spécialité de l’image pour l’agroalimentaire s’est façonnée en Bretagne, mais Tire-Fesses commence à regarder au-delà. L’agence a signé de premiers clients en dehors de la région, comme la Fromagerie Guilloteau (Loire). "Nous travaillons aussi avec de grands groupes basés à Paris et avons des contacts avec des coopératives agricoles du Sud-Ouest", confie Thomas Tissot.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition