Ille-et-Vilaine

Agroalimentaire

L’activité de Lou menacée par l’action des "Gilets jaunes"

Par Baptiste Coupin, le 05 décembre 2018

La PME Lou, en Ille-et-Vilaine, pousse un cri de détresse : les actions de blocage des "Gilets jaunes" menacent la pérennité de l’entreprise qui emploie une centaine de salariés.

Faut de pouvoir être livrés, 10 T de champignons de la PME Lou sont parties à la benne.
Faute de pouvoir être livrées, 10 tonnes de champignons de la PME Lou sont parties à la benne. — Photo : Lou

La champignonnière Lou, entreprise basée à Poilley, près de Fougères (Ille-et-Vilaine), tire la sonnette d’alarme. Ses 130 salariés, essentiellement des cueilleurs, sont menacés de chômage technique. En cause ? Les actions des "Gilets jaunes" qui empêchent la livraison de sa marchandise, en amont ou en aval, alors même qu’il s’agit de denrées « extrêmement sensibles et périssables ».

« Perte considérable »

Ce sont près de 10 tonnes de champignons qui ont ainsi été jetées depuis le début des revendications, malgré les distributions gratuites organisées par l’entreprise sur son parking et les dons aux associations. « Ceux qui souffrent de cette situation ne sont pas les coupables, mais bien les victimes : ne vous trompez pas de cible ! Vos emplois sont en danger. Le gouvernement s’en remettra. Nous, beaucoup plus difficilement », témoigne Emmanuelle Roze, cofondatrice de Lou, à l’adresse des "Gilets jaunes", sans vouloir remettre en question leur combat sur la vie chère.

La jeune PME, née en 2015, accuse une perte de chiffre d’affaires qu’elle juge « considérable », sans en indiquer toutefois le montant. Pour sauver ses emplois et la pérennité de l’entreprise, elle demande aux "Gilets jaunes" de réorienter leur action et en appelle aux autorités de l’État pour agir. En la matière, le ministère de l’Économie et des Finances a annoncé des mesures d'accompagnement, en début de semaine, pour les entreprises touchées par le mouvement social.

Faut de pouvoir être livrés, 10 T de champignons de la PME Lou sont parties à la benne.
Faute de pouvoir être livrées, 10 tonnes de champignons de la PME Lou sont parties à la benne. — Photo : Lou