Rennes

Numérique

La trousse d’écolier numérique Kaligo à la conquête du monde

Par Baptiste Coupin, le 09 mai 2022

Dirigée par Benoît Jeannin, la société rennaise Learn & Go se développe en proposant des solutions sur tablette destinées à transformer les méthodes apprenantes. Son produit phare, Kaligo, vient de décrocher un prix aux Bett Awards, les "Oscars" de l’industrie EdTech. Ce cahier d’apprentissage numérique fait sa place dans les écoles du monde entier.

Benoît Jeannin (président de Learn & Go) veut faire de Kaligo un standard de l'apprentissage par le digital dans les écoles du monde entier.
Benoît Jeannin (président de Learn & Go) veut faire de Kaligo un standard de l'apprentissage par le digital dans les écoles du monde entier. — Photo : Aghadoe

Fin mars, Benoît Jeannin, 52 ans, le président fondateur du groupe rennais Aghadoe (Learn & Go, Script & Go, BatiScript), éditeur d’applications mobiles pour les professionnels du BTP et du monde apprenant, s’est envolé pour Londres pour la cérémonie des Bett Awards, les "Oscars" de l’industrie EdTech (contraction des mots éducation et technologie). Il s’est vu attribuer un trophée pour Kaligo, une application d’apprentissage de l’écriture sur tablette développée par Learn & Go (35 salariés, 2,1 M€ de CA en 2021), la société mère. Ce prix est le premier du genre pour une entreprise bretonne et française. Une juste récompense qui vient couronner sept ans de recherche et développement. "Kaligo, c’est une vraie innovation technologique au service de la pédagogie. Ce trophée est la reconnaissance, au niveau international, de l’apport de Kaligo dans l’apprentissage par le digital", se réjouit Benoît Jeannin.

"Un socle de l’apprentissage"

Issu de projets collaboratifs relatifs à l’éducation et aux troubles des apprentissages, sous différents axes scientifiques et éducatifs (école inclusive, Intelligence artificielle, autonomie de l’enfant…), Kaligo est une solution conçue pour le milieu scolaire pour le second cycle (de la maternelle au primaire). L’application permet l’intégration d’exercices de français et de mathématiques clés en mains et donne la possibilité aux enseignants de créer leurs propres séances sur-mesure. "Kaligo aide beaucoup l’enfant qui a des problèmes de lecture, mais pas seulement", souligne le Bourguignon d’origine. Cet ancien intrapreneur chez Orange, vient, en plus de piloter une entreprise en plein essor, de prendre la présidence du cluster EdTech Grand Ouest, collectif qui rassemble les start-up EdTech, les experts, les organismes de formation, les établissements d’enseignement et les collectivités pour développer des solutions EdTech dans les territoires. "La question c’est de se dire comment on utilise le numérique à bon escient. Moi, j’en fais un socle de l’apprentissage. Je suis un militant. Je veux que les outils du numérique soient intégrés dans le quotidien pour le bien commun."

Un bureau à Birmingham

Recevoir un trophée à Londres revêt une saveur toute particulière pour Benoît Jeannin. Car c’est précisément là-bas, en Angleterre, que Learn & Go a entamé son plan de marche à l’international. L’entreprise y a ouvert un bureau à Birmingham, fin 2019, pour développer le cahier d’apprentissage anglais. Elle compte six collaborateurs, en charge de l’élaboration du contenu pédagogique (aux côtés des enseignants) et de l’accompagnement opérationnel de l’outil dans les écoles. 100 établissements en Angleterre (à 90 % des écoles publiques) ont déjà adopté Kaligo. Learn & Go vise plus de 300 établissements à la rentrée 2022. "Aujourd’hui, nous finalisons des accords avec des districts d’écoles qui font qu’on passe plus à une échelle industrielle."
Avec comme boussole la langue anglaise, Learn & Go s’est aussi aventurée dans les pays du Golfe. Elle a ouvert, en 2021, un bureau à Dubaï, qui lui permet de rayonner sur les Émirats arabes unis (une soixantaine d’écoles équipées), le Qatar et bientôt l’Arabie saoudite. L’expansion internationale ne fait que commencer. Kaligo, qui souhaite s’adapter à d’autres langues et d’autres programmes scolaires, sortira une version en luxembourgeois à la rentrée. Pour début 2023, un Kaligo allemand verra également le jour. Un choix évident pour le patron breton : "Pendant la crise du Covid, l’Allemagne a massivement investi dans des équipements numériques dans les écoles. Il y a un taux d’équipement des tablettes qui y est très important". Des versions en espagnol, arabe et hébreu sont également dans les cartons. L’international représente déjà 40 % du chiffre d’affaires de Learn & Go. Benoît Jeannin estime que 80 % de l’activité de la PME devrait se faire à l’export en 2024.

Défendre l’identité régionale

En France, Kaligo cherche aussi à faire bouger les lignes, mais le changement de "logiciel" se fait de manière plus lente. "Un projet mené dans le sens de l’Éducation en France ne peut être mené que si cela se fait de manière collective, explique l’entrepreneur. C’est un temps long. Pourtant, chez les enfants, la disparité au niveau du langage et de la sémantique est importante. J’ai la conviction que ce que l’on fait peut améliorer l’éducation et l’apprentissage des enfants." Pour faire connaître sa "trousse d’écolier numérique", Learn & Go mise sur les Territoires numériques éducatifs, voulus par le ministère de l’Éducation nationale (programme d’expérimentation sur 3 ans mené dans une dizaine de départements pour développer les compétences numériques des élèves et professeurs, NDLR). C'est le cas notamment en Finistère. Les langues régionales sont aussi un enjeu. Kaligo aura bientôt des déclinaisons en breton, alsacien, corse et occitan. "C’est un gros projet qui sera développé d’ici la fin de l’année, avec un travail aux côtés des Régions. Kaligo défend le multilinguisme mais aussi l’identité régionale."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition