Ille-et-Vilaine

Services

La plateforme Cookorico revoit sa stratégie et fait appel au financement participatif

Par Virginie Monvoisin, le 04 juin 2020

La plateforme d’emploi spécialisée dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration Cookorico s’était vue refuser un PGE en avril. En pleine phase de développement, la jeune entreprise rennaise a décidé de faire pivoter sa stratégie. Alors qu'elle préparait une levée de fonds, elle a décidé de finalement opter pour du financement participatif.

Tanguy Vasseur, dirigeant et fondateur de Cookorico.
Tanguy Vasseur, dirigeant et fondateur de Cookorico. — Photo : © Cookorico

Cookorico est une plateforme d’emploi spécialisée dans le recrutement pour les métiers des CHR (cafés, hôtels, restaurants), créée à Rennes il y a cinq ans. Du fait de l’épidémie de coronavirus, elle a vu son activité s’arrêter du jour au lendemain. Sollicitant un PGE (prêt garanti par l’État), son dirigeant Tanguy Vasseur avait d’abord essuyé un refus, qu’il avait vécu comme une injustice. Ses capitaux propres négatifs (liés à des précédentes levées de fonds familiales pour développer la plateforme) avaient joué en sa défaveur dans un contexte pourtant indépendant de sa volonté… Mais, pour le dirigeant pas question toutefois de laisser la crise sanitaire saboter son entreprise. Il décide alors, avec son équipe de 4 collaborateurs désormais intégrée au Village by CA à Rennes, de retravailler son outil en attendant la reprise. Pendant ce temps, il finit par obtenir ce fameux PGE (30 000 euros), les critères d’éligibilités étant revus par l’État. « Cela a été un soulagement. On a trois mois pour se relancer », estime Tanguy Vasseur, qui attend peu de la période estivale, où les restaurateurs vont avoir moins de besoins qu’à l’accoutumée…

Demander moins pour aller plus vite

« Cette période de crise nous a permis de prendre du recul. Nous avons été coupés en plein élan. Mais nous avons fait le point sur nos forces, nos faiblesses, nos ambitions et nos besoins. Nous voulons maintenant lancer tout ce que nous avions dans les tuyaux : une nouvelle version, un nouveau sourcing, etc. » Cela passera inévitablement par de nouveaux investissements. Si ceux-ci étaient prévus, sous la forme d’une levée de fonds de 200 000 euros (qui avait été amorcée, avec de premiers contacts début 2020), ils devraient finalement se faire grâce à du financement participatif. Cookorico vient en effet de lancer, le 2 juin, une campagne sur le site Ayomi, qui sollicite en premier lieu les réseaux de l’entreprise. « Nous cherchons 80 000 euros. C’est moins que la levée de fonds prévue, mais le mode de fonctionnement est plus rapide. 4 à 6 semaines de campagne contre 6 à 8 mois de négociations », explique Tanguy Vasseur.

Changement de modèle économique

L’objectif de Cookorico est de « ramener à l’équilibre ses fonds propres. Nous avons appris de cette crise. Basculer en fonds propres positifs nous permettrait d’obtenir de futures aides ! » L’entreprise rennaise compte également lancer une nouvelle version de son site, dont les process seront plus automatisés et plus modernes, et renforcer sa trésorerie. Il va en effet falloir assurer ces prochains mois, puisque Cookorico revoit également son modèle économique. « Nous pivotons de façon à nous assurer des revenus tous les mois si nous devions vivre un autre épisode du type Covid-19, indique Tanguy Vasseur. Nous passons en effet en mode Sas, c’est-à-dire d’un abonnement annuel à un abonnement mensuel sans engagement, accessible à tous ». Après tous ces épisodes, le chef d’entreprise se dit désormais « capable de résister à toutes les tempêtes » !

Tanguy Vasseur, dirigeant et fondateur de Cookorico.
Tanguy Vasseur, dirigeant et fondateur de Cookorico. — Photo : © Cookorico

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail