Ille-et-Vilaine

Réseaux économiques

La CCI Ille-et-Vilaine prévient d’une situation "tendue" sur la facture énergétique

Par Baptiste Coupin, le 26 septembre 2022

La CCI Ille-et-Vilaine livre une enquête sur l’impact de la hausse des coûts énergétiques pour les entreprises. Une hausse de +85 % est attendue pour l’industrie au second semestre 2022. Une entreprise sur deux va augmenter ses prix pour faire face.

Face à la flambée des prix de l’énergie, Jean-Philippe Crocq, président de la CCI Ille-et-Vilaine, évoque une situation "tendue" pour les entreprises.
Face à la flambée des prix de l’énergie, Jean-Philippe Crocq, président de la CCI Ille-et-Vilaine, évoque une situation "tendue" pour les entreprises. — Photo : Baptiste Coupin

"Jusqu’à présent, le poste énergie n’était pas un indicateur important dans le compte de résultat des entreprises", souligne le président de la CCI Ille-et-Vilaine Jean-Philippe Crocq, à l’occasion d’un point presse, le 26 septembre 2022. Avec la hausse continue des prix du gaz et de l’électricité sur les marchés depuis plusieurs mois, exacerbée par la guerre en Ukraine, la donne a radicalement changé. "Les prix de l’énergie sont désormais la principale préoccupation des dirigeants. La situation est tendue et inquiétante dans son évolution", souligne Jean-Philippe Crocq.

L’activité industrielle en souffrance

L’élu consulaire s’exprime, alors que la CCI Ille-et-Vilaine livre une enquête sur l’impact de la hausse des coûts énergétiques. Elle a été établie à partir de données recueillies fin septembre 2022 auprès de 661 entreprises, représentatives du tissu économique du département (industrie, construction, commerce, services). En recoupant les données déclaratives de ses ressortissants, la CCI Ille-et-Vilaine établit à +38 % la hausse globale de la facture énergétique sur le second semestre 2022. Pour le premier semestre 2023, les projections sont pires puisque la facture augmenterait de 50 %. L’activité industrielle est la plus en souffrance. La hausse de la facture s’élève à +85 % au second semestre 2022. Avec une note qui gonflerait de 137 % pour le premier semestre 2023. 5 % des répondants envisagent dans ce contexte un arrêt de la production, voire une fermeture de site.

Hausse des prix de vente

"Il y a sans doute des choix de process industriels à faire pour permettre aux entreprises d’obtenir des coûts de l’énergie réduits. La clé est dans l’accompagnement au plus près de nos ressortissants", prévient le président de la CCI Ille-et-Vilaine, qui pointe des dispositifs mis en place sur des audits énergétiques, des préconisations et des formations.

En attendant, à court terme, les dirigeants cherchent des solutions face à une situation qualifiée d'"inédite". Le premier réflexe est l’augmentation des prix de vente pour 57,5 % des entreprises interrogées. En deuxième position vient l’identification de solutions de mesures d’économie d’énergie (47,8 %). Sinon une baisse des marges (44,5 %), en troisième position.

"Il n’y a pas de fermetures de sites ou de catastrophes pour le moment", tient à rassurer Jean-Philippe Crocq, tout en indiquant son "incapacité" à prévoir la durée que prendra cette crise.
Cette enquête est une première pour les services de la CCI Ille-et-Vilaine. Elle sera reconduite au premier trimestre 2023 pour une analyse plus fine des évolutions.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition