Attractivité

Carte Investissements étrangers : quelles régions sont les plus attractives ?

Par Elodie Vallerey, le 11 mai 2017

La France est passée de la dixième à la septième place mondiale des pays les plus attractifs pour les investisseurs étrangers en 2016. Le nombre de projets a grimpé de 16 % en un an. Mais les disparités entre régions perdurent.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

La France est-elle toujours une terre d'accueil pour les capitaux étrangers ? De plus en plus, selon le rapport 2016 sur l'internationalisation de l'économie française. Il a été publié à la mi-mars par l'agence publique Business France. « Alors que l'UE enregistre une baisse drastique des flux d'investissements directs à l'étranger (IDE)* entrants de 18 %, la France connaît une progression de l'ordre de 5 % pour atteindre 46 milliards de dollars ».

Le pays se positionne ainsi à la septième place mondiale, indique le rapport. Il était dixième en 2015. Au total, 1.117 nouvelles décisions d'investissements étrangers ont été prises en 2016 (+16 % par rapport à l'année précédente). La « meilleure année depuis dix ans », se réjouit Business France. L'agence explique cette performance par « les nombreux atouts du site France ». Elle mentionne, en particulier, « [la] localisation géographique, des infrastructures de communication et de transport excellentes, (...) une diversité industrielle, une forte productivité et une main-d'œuvre très qualifiée ».

Le nombre d'emplois créés ou maintenus en baisse

Certes, les projets d'investissements sont en hausse. Mais celui des emplois maintenus ou créés par les entreprises étrangères en France a chuté. Il baisse de 11 % (30.108, contre 33.682 en 2015). Cette inflexion s'explique, selon Business France, par la reprise des sociétés Arc International et Actissia en 2015 par des groupes étrangers. Ils avaient permis le maintien de plus de 7.000 emplois à l'époque.

L'Allemagne, premier investisseur en France

Pour la première fois, l'Allemagne est devenue le pays le plus contributeur en termes de projets étrangers en France. Notre voisin d'outre-Rhin a augmenté de 35 % ses investissements dans l'Hexagone l'an dernier. il représente désormais 17 % du total des projets.

Venir en France, oui, mais pour y faire quoi ? Certaines entreprises étrangères s'implantent pour conquérir directement le marché national. D'autres s'en servent comme « base arrière » pour exporter. Le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, par exemple, vend hors de nos frontières 90 % de la production de son site de Dunkerque (Nord). En 2016, comme en 2015, 30 % des exportations françaises ont été réalisées par des filiales de groupes étrangers sur place.

Le palmarès des régions les plus attractives évolue peu

L'Italien Bolton Group et son investissement de 2,5 millions d'euros dans l'extension de sa filiale Saupiquet à Quimper (Finistère). Le Suisse Liebherr Aerospace et ses 14 millions d'euros investis sur son site de production de Toulouse. Ou encore, la création d'une nouvelle unité de production à Bitche (Moselle) par l'Allemand Car-Ita après une première implantation en 2014... L'an dernier, les investissements étrangers ont concerné toutes les régions françaises. Le palmarès des territoires évolue toutefois peu d'une année sur l'autre, en matière de nombre d'emplois créés ou maintenus par des entreprises étrangères.

Classement des régions françaises selon le nombre d'emplois maintenus ou créés par les entreprises étrangères

Entre 2015 et 2016, l'ordre des régions les plus accueillantes pour les IDE est sensiblement resté le même. Seule la Normandie a bien moins attiré en 2016 (-5 places). Mais l'investissement, en mars, de 50 millions d'euros du danois LM Wind Power à Cherbourg devrait faire remonter son degré d'attractivité l'an prochain. Le projet devrait générer 550 emplois en 2018.

La moitié Est de la France reste plus attractive

L'Île-de-France, l'Auvergne-Rhône-Alpes et l'Occitanie continuent d'accueillir plus de la moitié des décisions d'investissements étrangers. Les Hauts-de-France conservent leur deuxième place en nombre d'emplois créés ou maintenus. Ils se classent derrière le bassin francilien. Enfin, le clivage Est-Ouest perdure. L'attractivité est ainsi plus forte dans les régions allant des Hauts-de-France à PACA. La raison est simple : ces territoires profitent pleinement de leur proximité avec les pays limitrophes - Belgique, Allemagne, Suisse et Italie.

*Investissement direct à l'étranger (selon l'OCDE) : création par une entreprise étrangère d'une filiale, acquisition d'une entité déjà existante, ou injection de fonds pour l'accroissement des capacités de production de filiales ou le soutien d'une filiale en difficulté.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture