Industrie

Ille-et-Vilaine : « J'ai repris à mon employeur l'entreprise libérée AMI-API »

Par Géry Bertrande, le 21 janvier 2016

À Torcé, à l'est de Rennes, la métallerie AMI-API vient de changer de mains, mais pas de ligne de conduite. Un défi pour conserver son âme et son modèle participatif atypique.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Gérard David, P-dg d'AMI-API, partant à la retraite, il a fallu trouver une solution pour la reprise de l'entreprise de tôlerie-métallerie, explique David Calvez, le nouveau DG. Nous avions commencé ensemble il y a 16 ans. C'est la fin d'une histoire... Nous voulions conserver notre âme d'entreprise libérée. Réussir à poursuivre ce que l'on est, c'est-à-dire une entreprise sans management intermédiaire, dans laquelle tous les salariés sont responsabilisés, autonomes, impliqués... S'est posée la question de reprendre seul, mais je voulais conserver le travail en binôme. Comme repreneur, il fallait trouver un connaisseur de cette notion de long terme qui règne dans une société comme la nôtre. Quelqu'un qui se met en action, plutôt que de regarder les chiffres et compteurs. C'est une vraie aventure humaine.




Comme un casting

Nous avons donc organisé le processus de transmission comme un casting, comme un entretien d'embauche. C'est un peu à l'inverse de ce qui se pratique lors d'une transmission. Nous avons demandé aux candidats potentiels quel profil visaient-ils dans l'entreprise. Avec ceux qui répondaient celui de directeur, ce n'était pas la peine de continuer. L'entreprise AMI-API est construite sur un mode simple, entre les gens qui ramènent des affaires et ceux qui les produisent. La notion de directeur n'existe pas. Il n'y a pas de management intermédiaire. C'est ce qui est un peu décrié en ce moment quand on entend parler d'entreprise dite libérée, mais ça fonctionne mieux qu'une entreprise classique ! Depuis l'été dernier, nous avons reçu de nombreux candidats. La signature définitive a eu lieu fin octobre. Le risque était de perdre notre âme en cédant à des financiers. Nous avons rencontré Guy Crozet, sur la même longueur d'ondes que nous. Venant du groupe Legris Industries, il a un profil commercial qui correspond bien à notre vision. Pour AMI-API, le client est central. Nous lui vendons du service, pas une direction ! Il se moque de savoir combien il y a de directeurs, qui manage qui, etc. Ça, c'est notre cuisine interne. Libérés de ces contraintes d'ordre, nous pouvons nous consacrer entièrement à notre tâche de vendre du service sur le terrain.




Capital ouvert

À nous deux, avec Guy Crozet, nous détenons aujourd'hui 60 % de l'entreprise. Le reste est partagé entre Bpifrance et Bretagne Jeune Entreprises (BJE), que nous avons fait entrer. Nous avons reçu également le soutien du Réseau Entreprendre par un prêt d'honneur de 15.000 ?. Il n'y a pas d'actionnariat salarié, car je reste persuadé que l'entreprise avance plus vite s'il n'y a qu'une seule voix à parler. Et ça marche, puisque nous sommes en croissance de + 15 % depuis trois ans et notre résultat est le double de la concurrence. »




AMI-API
(Torcé) Dirigeants : Guy Crozet et David Calvez 30 salariés CA 2015 : 4,2 M€ 02 99 49 67 40 www.toleriefine-metallerie.com

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail