Ille-et-Vilaine

BTP

Granits Rebillon Voirie investit 3,3 millions pour repartir

Par Virginie Monvoisin, le 07 mars 2017

L'entreprise de façonnage et taille de pierres de Saint-Brice-en-Coglès a été reprise en 2015 par le Groupe Marc GW. Elle réalise un ensemble d'investissements d'un montant de 3,3 millions d'euros. Objectif : réorganiser ses process pour une meilleure productivité.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Façonner le granit breton, c'est tout un art. Mais ces dernières années, beaucoup d'entreprises travaillant cette pierre du terroir ont fermé. En cause, le manque de compétitivité dû notamment à la concurrence de l'étranger, Chine en tête mais aussi Espagne et Portugal. À Saint-Brice-en-Coglès, non loin de Fougères, une irréductible Bretonne n'a pas voulu laisser s'envoler le savoir-faire des Granits Polis, la branche bâtiment de la maison Rebillon. Sylvie Mahé y est alors commerciale dans la voirie. Lorsque sa société dépose le bilan, elle cherche un partenaire pour moderniser son outil de production, ce qui est alors sa faiblesse. Rebillon se scinde en deux, le funéraire d'un côté, et la voirie de l'autre. Sylvie Mahé trouve avec Franck Legout, ex-fournisseur de matière première, un appui salvateur.

Synergie avec un grand groupe

Le groupe auquel il appartient, Marc SA (Groupe GW - 18 entreprises), reprend la voirie. Granits Rebillon Voirie est née, en 2015. « Notre groupe avait déjà acquis une carrière de granit dans le Finistère, mais pour commercialiser la pierre, nous avons besoin de façonneurs. Avec Granits Rebillon Voirie, nous allons faire jouer la synergie du Groupe GW », explique Franck Legout, par ailleurs président de l'association Indication Géographique Granit de Bretagne. L'entreprise, avec ses 19 salariés, engage alors un vaste plan de modernisation, d'un montant total de 3,3 millions d'euros. Il faut remettre aux normes les 17 000 m² d'ateliers, réorganiser les process et rénover les techniques. Un outil diamanté multifils pour le sciage a été acheté, une nouvelle chaîne de production de pavés a également été acquise, ainsi qu'une ligne de débitage de produits de dallage (qui arrive ce mois-ci).

Matériau naturel pour les TP

Granits Rebillon Voirie fabrique en effet, à base de gros blocs extraits de carrières de granit, tous les produits nécessaires à la voirie et au bâtiment à partir de ce matériau naturel. Elle honore ainsi les commandes de collectivités et entreprises de travaux publics pour la réalisation d'aménagements urbains : dallages, pavages, bordures, marches, etc. « Le marché français de la voirie en pierre naturelle pèse 100 millions d'euros, indique Franck Legout. Mais la moitié est réalisée par des entreprises étrangères. Il est temps que cela change, car la France a la capacité à fournir davantage les collectivités et les TP, puisqu'elle arrive bien à exporter ! »

Communiquer sur ses atouts

En un mot, la matière première est à nos pieds, le savoir-faire existe, le marché est présent. Il manque aux entreprises la compétitivité et l'appui concret des collectivités dans leurs appels d'offres. D'où les investissements en cours chez Granits Rebillon Voirie, qui prendront fin dans six mois. L'entreprise compte bien aussi faire parler de son matériau de prédilection, afin qu'il soit davantage prescrit. « Nous devons nous distinguer, et allons communiquer, avec très bientôt un site internet, une présence sur les réseaux sociaux, un appui de nos relais commerciaux, etc. », explique Sylvie Mahé.

Un showroom

Et puis un showroom est également en cours d'aménagement, jouxtant les bureaux modernes qui viennent d'être créés dans les locaux historiques de l'entreprise. Avec tous ces éléments, Granits Rebillon Voirie estime pouvoir multiplier par deux son chiffre d'affaires actuel de 2,5 millions d'euros, et retrouver une rentabilité d'ici à deux ans. « Il y a beaucoup de chantiers en cours et programmés jusqu'en 2030 sur la France, notamment pour construire le Grand Paris. C'est une ouverture pour fabriquer plus et pourquoi pas aller vers l'export », estime Franck Legout.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail