Rennes

Informatique

Glimps lève 6 millions d'euros pour traquer les logiciels malveillants

Par Baptiste Coupin, le 13 avril 2021

Dix-huit mois après sa création, l’entreprise rennaise de cybersécurité Glimps annonce une levée de fonds de 6 millions d’euros. La deeptech a mis au point une technologie de détection des menaces informatiques.

Jérémy Bouétard, Frédéric Grelot, Cyrille Vignon et Valérian Comiti, quatre anciens ingénieurs cadres de la Direction générale de l'armement, ont cofondé la start-up Glimps à Rennes fin 2019.
Jérémy Bouétard, Frédéric Grelot, Cyrille Vignon et Valérian Comiti, quatre anciens ingénieurs cadres de la Direction générale de l'armement, ont cofondé la start-up Glimps à Rennes fin 2019. — Photo : Glimps

Dans l’écosystème rennais reconnu pour son excellence en matière de cybersécurité (plus de 4 000 emplois publics et privés au sein de la filière), Glimps, jeune entreprise de Cesson-Sévigné, était déjà scrutée de près. Fondée en novembre 2019 par quatre anciens ingénieurs cadres de la Direction générale de l’armement (DGA) à Bruz pour développer sa technologie de détection des menaces informatiques, elle obtenait dans la foulée le prix du public de l’European Cyber Week, grand événement professionnel rennais de la cybersécurité et de la cyberdéfense. Une reconnaissance réitérée lors de l’édition 2020, au cours de laquelle Glimps a décroché le grand prix du jury, composé d’experts de premier plan parmi lesquels l’Anssi (le gendarme de la sécurité informatique), Sopra Steria ou la DGA.

"Rendre la défense plus forte que l’attaque"

Cette fois, ce sont les investisseurs qui montrent tout leur intérêt pour la jeune pousse (16 collaborateurs, CA non communiqué). Glimps annonce en effet une levée de fonds de 6 millions d’euros. Un tour de table notable pour une start-up du secteur cybersécurité créée il y a à peine dix-huit mois. L’opération est menée par Ace Capital Partners, société de capital investissement de référence dans le secteur des industries stratégiques et de la cybersécurité. Elle bénéficie également du soutien de Breizh Up, le fonds de co-investissement de la Région Bretagne, géré par Sofimac Innovation. "Cette levée de fonds va nous permettre d’apporter les bénéfices de notre technologie à plus d’acteurs, plus rapidement", se réjouit Cyrille Vignon, cofondateur et président de Glimps.

Un réseau déjà construit

Après 100 000 euros investis en R & D début 2020, Glimps a développé une technologie de conceptualisation de code basée sur l’intelligence artificielle. Appliquée au domaine de la cybersécurité, cette technologie permet d’analyser très rapidement le contenu d’un logiciel et d’en identifier le cas échéant le caractère potentiellement malveillant.

La deeptech et ses fondateurs (qui restent majoritaires au capital de Glimps, NDLR) ont commencé à déployer ses premiers produits (Glimps Audit et Glimps Malware) courant 2020. "Au début, nous nous sommes beaucoup développés grâce au réseau que l’on s'était fait en tant que chargés de projets à la DGA. Il y a une forte porosité depuis quelques années entre le domaine du public et du privé, nous connaissions donc beaucoup de monde dans les entreprises et les grands groupes. Nous avons commencé à travailler avec eux", explique Frédéric Grelot, cofondateur et directeur de la recherche et de la communication de la PME. L'ancien militaire indique en parallèle avoir gardé des liens forts avec le ministère des Armées.

Une nouvelle phase de marché

Les noms des clients de Glimps sont tenus secrets, pour des raisons de sécurité inhérentes au risque cyber. Frédéric Grelot évoque néanmoins de grands comptes évoluant dans l’industrie de la défense, le secteur de l’énergie ou celui des transports. "Avec la levée de fonds, on entre dans une nouvelle phase de marché", complète l'entrepreneur, qui indique que tout type d’entreprise "peut avoir besoin de technologie innovante pour se défendre". Les partenariats qu’entretient Ace Capital Partners avec de grands groupes (Airbus, Safran, Dassault Aviation, Naval Group…) sont autant de nouveaux prospects potentiels pour la deeptech rennaise. Glimps souhaite aussi travailler en partenariat avec des éditeurs de solutions cloud pour mieux faire connaître son expertise auprès des PME-ETI.

Une centaine de recrutements à venir

Anticipant la levée de fonds de 6 millions d’euros, Glimps a commencé à recruter fortement en septembre 2020. "L’équipe s’est étoffée à 16 collaborateurs en à peine plus de six mois", souligne Frédéric Grelot. Une force commerciale a notamment été constituée, sous la conduite de Frédéric Toumelin, directeur commercial à temps partagé. Les recrutements vont se poursuivre. La start-up veut s’entourer rapidement des talents nécessaires pour démultiplier son action, avec dix nouvelles embauches en 2021 et plus d’une centaine dans les quatre années à venir.

Glimps, qui projette un développement international dès 2022 (à commencer par l’Amérique du Nord), reste discret sur son business plan. "L’objectif est de générer 1 million d’euros de revenus dans les douze mois à venir, puis d’avoir un chiffre d’affaires qui suive la courbe de notre recrutement. Avec cette levée de fonds, nous démontrons que nous avons une vraie ambition", finit de souligner Frédéric Grelot.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition