Ille-et-Vilaine

Agroalimentaire

Fondée par Pierre Weill, Valorex bientôt transmise à son management

Par Baptiste Coupin, le 05 décembre 2019

Spécialiste dans la création et la valorisation de filières végétales oléo-protéagineuses, Valorex ouvre un nouveau chapitre de son histoire avec la transmission de l’entreprise par son président-fondateur, Pierre Weill, à son management actuel. Dans le but d’assurer cette transition et d’accélérer sa croissance en France et en Europe, le groupe bretillien reçoit le soutien financier d’Unexo et de Bpifrance, qui entrent à son capital.

Pierre Weill, président de Valorex, et Stéphane Deleau, directeur général, ont à cœur de développer une filière locale et de maintenir l'emploi et la R&D à Combourtillé.
La PME Valorex, fondée par Pierre Weill (à gauche), va être reprise par son management, composé de son actuel directeur général, Stéphane Deleau (à droite), et de son comité de direction. — Photo : Pierre Gicquel

Pionnière de l’innovation au service de la santé animale et humaine, producteur et fournisseur de produits agricoles pour les industriels de l’agroalimentaire et les fabricants d’aliments, Valorex (125 salariés, 80 M€ de CA), entreprise créée par Pierre Weill à Combourtillé, en Ille-et-Vilaine, en 1992, réorganise son capital.

Son fondateur, ingénieur agronome de formation, à qui l’on doit aussi la création de l’association Bleu Blanc Cœur qui promeut la bonne alimentation des animaux, fait en effet valoir ses droits à la retraite. Il transmet 55 % de ses parts à son management, composé de son actuel directeur général, Stéphane Deleau, et de son comité de direction, tout en conservant 15,5 % du capital (et la présidence du groupe). « Nous n’avons fait qu’entériner ce que nous avions élaboré, explique Stéphane Deleau, qui travaille en tandem aux côtés de Pierre Weill depuis plusieurs années et garde le titre de DG. Une transmission ça se prépare et si on veut qu’elle soit efficace, elle se prépare avec les hommes. »

Soutien financier

Pour aller s’installer dans une position de conquête de marchés, Valorex obtient le soutien financier d’Unexo, appuyé par la Caisse Régionale de Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine, et de Bpifrance, qui entrent à son capital. « Après avoir été actionnaire de 2006 à 2012, nous sommes ravis d’accompagner cette transition managériale, nouvelle étape-clé dans le développement de Valorex », commente dans un communiqué Stéphane Kerlo, directeur du développement chez Unexo. « Nous accompagnons Pierre Weill et Valorex depuis ses débuts. Nous adhérons pleinement à l’approche de son fondateur, basée sur le principe d’une chaîne alimentaire vertueuse, à travers le triptyque meilleure qualité des végétaux, meilleure santé des animaux, meilleure santé des humains, dans le respect de l’environnement », rend compte pour sa part Alain Fakhoury, directeur d’investissement chez Bpifrance. « Ce ne sont pas des actionnaires que l’on découvre mais que l’on connaît bien. On travaille dans la continuité », jauge Stéphane Deleau.

Un projet ambitieux de développement

Avec cette nouvelle organisation capitalistique, Valorex, leader français de la cuisson des graines oléagineuses et protéagineuses, se donne les moyens d’accélérer sa croissance en France et en Europe. L’entreprise bretillienne, qui possède huit sites de production en France et à l’étranger à ce jour, en propre ou sous licence, prévoit déjà de poursuivre le déploiement de son modèle et de développer de nouvelles filières végétales. « Le projet est de faire en sorte qu’on ait des relais de croissance en régions, proches des zones de production des graines et des zones d’approvisionnement des animaux. On s’installe dans des entreprises existantes et on y installe notre savoir-faire pour développer les marchés attenants. » Une nouvelle entité vient de démarrer en ce sens aux côtés de l’entreprise Tromelin à Plounéventer, près de Brest. À l’étranger, Valorex est présente en Suisse et en Allemagne et prévoit de s’étendre « par les pays de l’Est ». D’ici à trois ans, la PME envisage d’exploiter 15 sites et de doubler son chiffre d’affaires.

Pierre Weill, président de Valorex, et Stéphane Deleau, directeur général, ont à cœur de développer une filière locale et de maintenir l'emploi et la R&D à Combourtillé.
La PME Valorex, fondée par Pierre Weill (à gauche), va être reprise par son management, composé de son actuel directeur général, Stéphane Deleau (à droite), et de son comité de direction. — Photo : Pierre Gicquel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail