Ille-et-Vilaine

Formation

Ferrandi comme fer de lance de la nouvelle Faculté des Métiers

Par Virginie Monvoisin, le 17 juin 2019

La Faculté des Métiers, gérée depuis 2001 par les chambres consulaires d'Ille-et-Vilaine, change de statut. Elle passera d'association à SAS dans le courant de l'été. Objectif : renforcer le partenariat CCI-CMA pour faire face à une concurrence à venir et accueillir de nouveaux projets structurants, comme celui d'une école de la gastronomie Ferrandi. 

Philippe Plantin, président de la chambre des métiers et de l'artisanat d'Ille-et-Vilaine
Pour Philippe Plantin, président de la chambre des métiers et de l'artisanat d'Ille-et-Vilaine, la Faculté des Métiers doit "devenir concurrentielle et avoir une démarche plus commerciale". — Photo : © Virginie Monvoisin

La Faculté des Métiers d’Ille-et-Vilaine évolue. Avec la loi Avenir professionnel et ses réformes de la formation professionnelle, la concurrence s’annonce vive sur le terrain des centres de formation par l’apprentissage. Gérée par la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA 35) et la chambre de commerce et d’industrie (CCI 35), la Faculté des Métiers, née à Rennes en 2001, est à un tournant de son histoire. Elle a décidé de prendre les devants et de défendre ce qu’elle a mis dix-huit ans à construire : des formations variées et reconnues. Pour mettre sa nouvelle stratégie en œuvre, elle va passer du statut d’association au statut de société par actions simplifiée (SAS).

270 étudiants à terme

La nouvelle structure (les statuts seront déclarés cet été) commence fort, en voulant montrer qu’elle est capable de proposer des projets structurants. Elle est sur le point de signer une convention avec l’école parisienne de gastronomie et de management hôtelier Ferrandi. « Ferrandi Paris nous a proposé d’ouvrir un campus à Rennes à la rentrée 2020 », annonce Philippe Plantin, président de la CMA 35. Ce sont d’ailleurs les locaux de la CMA, en centre-ville de Rennes, qui devraient accueillir ce cinquième site pour la prestigieuse école (après trois sites en région parisienne et un à Bordeaux).

« Nous avons de la place pour accueillir trois laboratoires de cuisine et un restaurant d’application pour les 270 élèves qui rejoindront ce campus rennais », se réjouit Philippe Plantin. L’école Ferrandi de Rennes dispenserait en effet trois "bachelors" (trois ans d’études), notamment en « Arts culinaires et entrepreneuriat » et « Management hôtelier et restauration ». Soit des promotions de 30 élèves.

Un nouveau fonctionnement

Ce projet structurant pour la Faculté des Métiers s’inscrit dans la nouvelle ligne directrice qu’elle se fixe. La CMA 35 et la CCI 35 réorganisent en effet actuellement leur fonctionnement. « C’est un nouveau schéma, un nouveau modèle économique, une nouvelle projection qui se dessinent, souligne Philippe Plantin. Jusqu’alors, le conseil régional avait la main sur nos cartes de formations, nos réflexions pédagogiques, nos financements, etc. Désormais, ce sont 11 Opco (Opérateurs de compétences) qui vont délivrer des financements, par métier. Un contrat d’apprentissage sera égal à un financement. Nous allons devoir être plus agiles, au niveau de nos pédagogies notamment, mais aussi au niveau marketing et commercial. Car tout lycée, toute entreprise ou structure privée peut désormais former par l’apprentissage ».

Résultat, la Faculté des Métiers se retrouve confrontée à une concurrence multiple. « Nous devons devenir concurrentiels et avoir une démarche plus commerciale ». Depuis deux ans, CMA et CCI travaillent main dans la main pour revoir leurs formations, complémentaires, et leurs positions. « Nous ne sommes pas concurrentes et, avec notre SAS, nous allons capitaliser sur l’expérience et le fait que nous sommes la plus grosse structure de formation d’apprentis en Ille-et-Vilaine et en Bretagne ».

Philippe Plantin, président de la chambre des métiers et de l'artisanat d'Ille-et-Vilaine
Pour Philippe Plantin, président de la chambre des métiers et de l'artisanat d'Ille-et-Vilaine, la Faculté des Métiers doit "devenir concurrentielle et avoir une démarche plus commerciale". — Photo : © Virginie Monvoisin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.