Rennes

Sport

Fermeture des salles de sport : le patron de L’Orange Bleue réclame le soutien de l'État

Par Baptiste Coupin, le 29 septembre 2020

Thierry Marquer, PDG fondateur du groupe de fitness L'Orange Bleue, monte au créneau. Ce patron rennais juge « catastrophiques » les conséquences des nouvelles fermetures de salles de sport dans les territoires en alerte rouge. Il réclame le soutien de l’État.

L'Orange Bleue gère 600 salles de sport en France et en Europe.
Le groupe rennais L'Orange Bleue est à nouveau contraint de fermer des salles de sport en raison de l'état sanitaire. — Photo : © L'Orange Bleue

C’est un nouveau coup dur pour les gérants de salles de sport et leurs six millions de Français pratiquants. Après avoir été contraints à une fermeture de plusieurs mois au moment du confinement, les établissements destinés à la pratique des exercices physiques sont à nouveau priés de tirer le rideau dans les territoires où la circulation du coronavirus est en alerte renforcée ou maximale (Marseille, Paris, Rennes…).

« Les clubs de fitness ne sont pas des lieux à risque »

Cette décision prise par le ministre de la Santé, Olivier Véran, fait réagir Thierry Marquer, patron de l’enseigne rennaise L’Orange Bleue (1 200 salariés, 180 M€ de CA en 2019), exploitant de quelque 400 salles en France, en propre ou en franchises. « Les clubs de fitness ne sont pas des lieux à risque », assure le PDG fondateur du groupe, qui défend au contraire la pratique sportive comme étant « le meilleur moyen de renforcer son immunité ».

Thierry Marquer, PDG fondateur de L'Orange Bleue.
Thierry Marquer, PDG fondateur de L'Orange Bleue. - Photo : © L'Orange Bleue

Thierry Marquer rappelle les investissements faits par ses clubs pour imposer des règles de désinfection renforcées : « le port du masque obligatoire lors de la circulation en club, des séparateurs plexiglas au comptoir, des créneaux de réservations pour limiter le nombre de participants, des machines condamnées pour respecter la distanciation sociale, des accès aux vestiaires restreints… » Résultat ? « Nous n’avons détecté aucun cluster depuis la réouverture des clubs en juin », affirme Thierry Marquer. Sur 400 000 adhérents, L'Orange Bleue ne fait état que d'un seul cas Covid positif (source : étude interne portée par un questionnaire). « Comment expliquer que ces mesures d’abord validées par le gouvernement, ne semblent plus efficaces aujourd’hui aux yeux des autorités ? », s’interroge dès lors le patron de L’Orange Bleue.

Une soixantaine de salles fermées

Le nouveau tour de vis du gouvernement se traduit pour le groupe rennais par la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, d’une soixantaine de salles de remise en forme du réseau, soit 15 % de son parc. « Nous sommes en pleine période de renouvellement des inscriptions, mais nous réalisons 30 % de nos abonnements en moins cette année au mois de septembre. Pas de réabonnement, plus de trésorerie pour les entreprises, c’est catastrophique pour l’ensemble de la profession engendrant déjà d’importantes pertes financières qui ne permettent pas de couvrir les charges et les salaires », se désole le PDG de L’Orange Bleue. Pour Thierry Marquer, « il est impératif que le secteur du fitness reçoive le soutien de la part de l’État pour reprendre ses activités ».

Des recours déposés

L’Orange Bleue est membre actif de FranceActive FNEAPL, qui défend la profession. Le syndicat patronal des activités de loisirs vient de déposer des recours auprès des tribunaux administratifs dans les villes concernées par les fermetures sine die des salles de sport.

L'Orange Bleue gère 600 salles de sport en France et en Europe.
Le groupe rennais L'Orange Bleue est à nouveau contraint de fermer des salles de sport en raison de l'état sanitaire. — Photo : © L'Orange Bleue

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail