Ille-et-Vilaine

Mécanique

Famip : Bientôt un atelier deux fois plus grand à Vitré

Par la rédaction, le 06 juin 2014

À Vitré, le concepteur de moules pour la plasturgie double sa surface de production. Investissement : 845 000 euros et à la clé, trois emplois créés.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le point commun entre une raquette de ping pong, un bouchon de flacon de parfum, la boucle d'identification d'une vache, une touillette à café et un robinet de perfusion s'appelle Famip et se trouve à Vitré. Créée en 1996, la société familiale de Jacky Leroy, autodidacte, a conçu les moules servant à fabriquer tous ces objets. De ses ateliers, sort en moyenne un moule par semaine, de 10.000 à 200.000 euros pièce. Ses clients sont des plasturgistes de France entière (l'export est marginal). « Nous trouvons ensemble des solutions techniques pour des conceptions spécifiques », explique le dirigeant vitréen qui dispose de son propre bureau d'études.

Agroalimentaire, cosmétique, mais aussi aéronautique

Les secteurs de l'agroalimentaire et du chauffage-sanitaire assurent chacun 20 % de son business, porté également et de plus en plus par le médical (15 %), la cosmétique, l'électricité, l'emballage (10 % chacun) et l'automobile (5 %). Les moules neufs représentent la moitié de l'activité. Un autre quart est assuré par la modification/réparation et le dernier quart par des pièces à façon, notamment pour l'aéronautique. Famip réalise des éléments d'ailes d'avions. Trop à l'étroit dans son bâtiment actuel, Famip a décidé de doubler de surface. « Aujourd'hui, nous sommes saturés. Nous allons gagner 900 m², pour réorganiser nos flux et améliorer notre productivité », souligne Jacky Leroy. Investissement : 500.000 euros pour le bâtiment. Il sera livré fin juillet pour un déménagement en août. Il faut y ajouter à peu près la même enveloppe en équipements. « Trois postes seront créés, en bureau d'études et en atelier », précise aussi Jacky Leroy, qui a reçu le soutien des collectivités, sous forme d'avance remboursable à hauteur de 335 000 euros (dont 135 000 de la Région).

Gagner en productivité

Deux nouvelles machines sont déjà entrées début 2014 : un centre d'usinage Makino, pour la réalisation de pièces fines, et un robot d'électro-érosion à fil pour doubler la capacité dans ce domaine précis. Jacky Leroy, qui s'intéresse à l'impression 3D, a d'autres projets en tête pour 2015. Il y a cinq ans, l'entreprise réalisait un peu plus de deux millions de chiffre d'affaires avec 20 salariés. Elle emploie à ce jour 24 personnes pour un million de plus et 200 000 euros de résultat net. Prudent, Jacky Leroy vise 3,5 millions. Son mot d'ordre restera « la précision ». La qualité et la réactivité sont déjà inscrites dans ses gènes.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail