Saint-Malo

Énergie

Émeraude Solaire paré à fournir de plus gros projets photovoltaïques

Par Baptiste Coupin, le 15 février 2021

L'expert malouin du photovoltaïque Émeraude Solaire a changé de main il y a moins d'un an. Son repreneur, Xavier Borel, a de l'ambition pour cette PME qui va pouvoir profiter de la loi énergie-climat, entre autres, pour booster son activité.

Jacky Lorant (à gauche, fondateur d'Émeraude Solaire) et Xavier Borel, le repreneur.
Jacky Lorant, fondateur d'Émeraude Solaire, et Xavier Borel, le repreneur. — Photo : Émeraude Solaire

"En neuf mois, il s’est passé beaucoup de choses. Des recrutements, un nouveau terrain. On n’a pas chômé…" Début 2021, lorsque Xavier Borel commence à égrener les chantiers lancés au sein d’Émeraude Solaire, une société qu’il a reprise en mai 2020, le jeune chef d’entreprise de 37 ans affiche son enthousiasme. Le nouveau patron de cette PME malouine est dans le feu de l’action, et pas près de vouloir lever le pied.

Une année d’affaires record en 2020

Et pour cause. L’entrepreneur est à la tête d’une société solide et sur un marché porteur. Émeraude Solaire (48 salariés, 14 M€ de CA en 2020), fondée en 2008 par Jacky Lorant, est spécialisée dans l’installation de panneaux photovoltaïques. L’entreprise intervient de la phase d’étude à la mise en service et l’exploitation-maintenance. Parmi ses solutions : des toitures, des centrales au sol ou des ombrières de parking. Tout pour "autoconsommer" son électricité ou en revendre une partie au réseau EDF. 

Visant les professionnels sur tout le Grand Ouest, la PME a bouclé une année d’affaires "record" en 2020, qui s’est traduite par une hausse de 14 % de son chiffre d’affaires. Et cela malgré les cinq semaines de confinement en mars-avril. Plus de 200 centrales ont ainsi été installées par son biais : de la pointe Finistère à la Seine-Maritime, jusqu’en Vendée et la Vienne. Et 2021 s’annonce sous les meilleurs auspices : "En commandes, l’année est déjà bouclée. Elle devrait nous apporter 30 % de volumes et de chiffre d’affaires en plus", sourit Xavier Borel.

Installation de panneaux photovoltaïques par les équipes d'Emeraude Solaire.
Installation de panneaux photovoltaïques par les équipes d'Emeraude Solaire. - Photo : Émeraude Solaire

Il a vu son carnet de commandes se remplir à toute allure avec le renforcement de son équipe commerciale (quatre recrues en 2020). Les embauches vont se poursuivre. La PME prévoit une dizaine de recrutements en 2021, pour renforcer ses équipes de pose, notamment.

Galapagos au capital

À l’affût d’une opportunité de reprise, Xavier Borel semble être tombé sur une petite pépite. Cela ne doit rien au hasard. L’ingénieur agronome de formation a pu bénéficier du réseau de son beau-père, un certain Christian Tacquard, bien connu dans le milieu des affaires breton. Ce patron est le PDG fondateur de Galapagos, holding de l’entreprise agroalimentaire Galapagos Gourmet (450 salariés, 88 M€ de CA). Il est aussi le président de Réseau Entreprendre Bretagne, une association qui aide les créateurs et repreneurs de Bretagne. "Il m’a fait passer un bon dossier. L’aventure est partie de là", confie Xavier Borel. À vrai dire, Christian Tacquard n’a pas fait que transmettre un "bon dossier". Il est aussi monté au capital d’Émeraude Solaire, via le holding familial. Si Xavier Borel est majoritaire de la PME avec 55 % des parts, Galapagos a pris 25 %. Reste 20 % entre les mains de Jacky Lorant, le cédant, toujours dans l’affaire pour une transition en douceur.

Rien n’est figé pour autant, comme l’indique Christian Tacquard : "Pour la dynamique de l'entreprise, le conseil d’administration est amené à évoluer. Avoir des partenaires au capital en dehors de la famille sera toujours positif. Ça permet d’apporter un regard nouveau tout en laissant à Xavier son autonomie et son indépendance dans sa gestion et ses prises de décision." Christian Tacquard ne veut pas trop prendre la lumière. Il met en avant son gendre qui est, selon lui, "l’homme de la situation".

Un environnement réglementaire favorable

Ancien responsable des opérations chez Armorgreen à La Mézière (devenu Legendre Énergie) et passé par Veolia, Xavier Borel se lance dans l’entrepreneuriat en terrain connu. "Les interlocuteurs dans le solaire se connaissent tous. Les fournisseurs, les clients, les partenaires, ce sont tous les mêmes", explique-t-il. Son entreprise a du métier. Depuis sa création, elle a mis en service plus de 1 200 projets, pour 80 mégawatts de puissance crête installée (puissance fournie par un panneau solaire). Une expérience sur laquelle le dirigeant compte bien s’appuyer pour accélérer. Car des opportunités - nombreuses - sont à saisir. "Le nouvel arrêté tarifaire, la loi énergie climat et la prise de conscience collective autour de la transition énergétique sont autant d’atouts auxquels notre société doit répondre", prévient le jeune homme. La loi énergie climat ? L’énergie solaire devient obligatoire sur les nouveaux bâtiments supérieurs à 1 000 m². Le nouvel arrêté tarifaire (devant entrer en vigueur ce premier trimestre 2021) ? Il offre à tout producteur solaire de pouvoir répondre sur des projets d’installation entre 100 et 500 kilowatts, alors qu’Émeraude Solaire était jusqu’alors "bridée" à des chantiers de 100 kilowatts.

Nouveaux marchés

Dans son schéma de développement, Émeraude Solaire est tourné vers le marché agricole, qui représente encore aujourd’hui 70 % de son volume d’affaires.

Toitures photovoltaïques réalisées par Émeraude Solaire auprès d'une société agricole.
Toitures photovoltaïques réalisées par Émeraude Solaire auprès d'une société agricole. - Photo : Émeraude Scolaire

"Nous sommes leaders en Bretagne, avec une belle réputation auprès des agriculteurs. Nous avons beaucoup de sociétés agricoles qui ont commencé avec un projet de 100 kilowatts avec nous, et qui en ont maintenant trois ou quatre sur leurs installations", indique le dirigeant. Étant bien référencée par la Chambre d’agriculture, la PME veut garder ce leadership. Tout en s’attaquant à de nouveaux marchés : ceux des collectivités et des industriels. "J’ai recruté pour aller sur ce type de marchés et pour que nous soyons encore meilleurs", prévient Xavier Borel.

La montée en compétences d’Émeraude Solaire n’est pas passée inaperçue auprès des syndicats d’énergie des départements. Ceux-là mêmes qui sélectionnent les installateurs lors d’appels d’offres, pour les projets qu’ils exploitent. Via le syndicat Morbihan Énergies, la société malouine a ainsi été retenue pour la réalisation de 850 kilowatts d’ombrières de parking pour l’hôpital de Noyal-Pontivy. Ce sera le plus gros projet du genre en autoconsommation en Bretagne. Sur la partie industrielle/tertiaire, la PME dispose aussi de belles références : chez Calipro à Lamballe, le Crédit Agricole (toiture du siège de Vannes) ou encore pour des hypermarchés Leclerc.

Dans sa volonté de muscler sa proposition d’offres, Émeraude Solaire veut aussi se positionner en qualité de tiers-investisseur. C’est-à-dire qu’elle investit dans la centrale, l’exploite et la loue au client final. Les banques sont prêtes à la suivre sur des investissements de plusieurs millions d’euros.

Un nouveau siège "vitrine"

Si la PME malouine se construit un avenir doré, Xavier Borel veut aussi faire d’Émeraude Solaire un ambassadeur de son territoire. Il travaille pour cela sur un projet de réimplantation du siège social. Les choses avancent vite. Le dirigeant a trouvé le terrain idéal sur la ZAC Actipole de Miniac-Morvan, dans l’agglomération malouine. La PME va s’y faire construire un bâtiment de 2 400 m² (le double de sa taille actuelle) sur un terrain de 8 500 m². L'investissement représente 2 millions d’euros. "Ce sera un bâtiment emblématique, visible depuis la deux fois deux voies Rennes-Saint-Malo", souffle le dirigeant. Il détaille le projet : "Je veux que ce soit une vitrine de notre savoir-faire avec toiture solaire, ombrières de parking, bornes de recharge. Je veux faire une entreprise moderne. Qu’on se sente bien quand on va travailler chez Émeraude Solaire." La construction du nouveau siège démarrera à la fin du printemps, pour une installation dans les lieux prévue début 2022.

Jacky Lorant (à gauche, fondateur d'Émeraude Solaire) et Xavier Borel, le repreneur.
Jacky Lorant, fondateur d'Émeraude Solaire, et Xavier Borel, le repreneur. — Photo : Émeraude Solaire

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail