Ille-et-Vilaine

Métallurgie

Crézé doit trouver l'art de recruter pour se développer

Par Virginie Monvoisin, le 09 juin 2021

Entreprise du Patrimoine Vivant, la métallerie d'art Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes, a vu son carnet de commandes tripler en cinq ans. Des réalisations d'ouvrages uniques pour des sites emblématiques font sont succès. Crézé doit maintenant recruter pour l'avenir.

La métallerie d’art Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande, est dirigée par Gaël Hardy depuis cinq ans. Elle réalise actuellement des menuiseries pour l’Hôtel de la Marine à Paris, des garde-corps pour l’hôtel Suitcase Hospitality de la place des Lices à Rennes, ou encore des arcades pour l’école des Beaux-Arts de Saint-Nazaire.
La métallerie d’art Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande, est dirigée par Gaël Hardy depuis cinq ans. Elle réalise actuellement des menuiseries pour l’Hôtel de la Marine à Paris, des garde-corps pour l’hôtel Suitcase Hospitality de la place des Lices à Rennes, ou encore des arcades pour l’école des Beaux-Arts de Saint-Nazaire. — Photo : Virginie Monvoisin

Crézé a de l’or dans les mains. Ou du moins du métal, que cette Entreprise du Patrimoine Vivant transforme pour rénover et construire des ouvrages d’art de haute technicité. Basée à Saint-Jacques-de-la-Lande, Crézé remplit son carnet de commandes mais a du mal à recruter. C’est pourtant ce dont elle a besoin pour poursuivre son développement. Mais son domaine très spécifique rend la tâche difficile. "Nous recrutons trois collaborateurs qui doivent être à l’aise aussi bien en atelier que sur chantier, ainsi qu’un conducteur de travaux", précise Gaël Hardy, le gérant de cette entreprise qu’il a reprise en 2016. "Nos métiers demandent des compétences rares, comme de maîtriser aussi la soudure. De plus, nous faisons de la métallerie d’art, donc chaque ouvrage est différent. Cela s’apparente plus à de l’artisanat qu’à de l’industrie métallurgique pure. Chaque ferronnier doit être autonome pour construire son ouvrage de A à Z." Parmi les 24 collaborateurs actuels que Crézé emploie, deux sont en apprentissage et deux autres sont Compagnons du Tour de France.

Chiffre d’affaires triplé en cinq ans

Ils participent, ici, à perpétuer l’art de la métallerie et de la serrurerie d’art. Crézé travaille en effet le métal depuis le XIXe siècle, période de sa fondation en plein cœur de Rennes, près de la Cathédrale. Aujourd’hui, l’entreprise est spécialisée dans les ouvrages uniques en création ou en restauration (rampes, escaliers, serres, marquises, serrureries, verrières, grilles…). Et elle poursuit son développement, signant des projets significatifs. Depuis la reprise de la société par Gaël Hardy il y a cinq ans (16 salariés à l’époque), Crézé est passé d’un million d’euros de chiffre d’affaires à 2,5 M€ en 2019, 2020 marquant un coup de frein à cause du retard lié au Covid (1,8 M€ de CA). "Pour 2021, nous devrions atteindre les 3,8 millions d’euros de chiffre d’affaires", estime Gaël Hardy. Son carnet de commandes est plein. Reste donc à trouver les talents pour la réalisation.

Du local à l’international

Actuellement, Crézé réalise des chantiers emblématiques en local, comme la restauration des grilles et la création de passerelles pour les Portes Mordelaises à Rennes, qui font l’objet d’une mise en valeur. À deux pas de là, l’entreprise intervient également sur le chantier Legendre de la place des Lices, pour restaurer les garde-corps du futur hôtel Suitcase Hospitality. Mais ses chantiers sont pour la moitié nationaux, voire internationaux (10 % du CA). "Nous allons semer cette année pour développer des sujets dans les deux ans qui viennent à l’export, qui est aussi une opportunité de développement pour nous", confie Gaël Hardy. Le dirigeant constate d’ailleurs que le métal revient à la mode en architecture, et pas seulement en réhabilitation. Crézé peut ainsi mettre en avant son expertise passée, puisqu’il a entre autres réalisé la restauration du portail des Invalides, des lanternes de la place Vendôme à Paris, du kiosque du Thabor à Rennes, ou encore la lanterne du phare des Pierres Noires. L’entreprise bretillienne se penche maintenant sur les grilles et garde-corps de l’Hôtel de la Marine à Paris, les menuiseries de la Manufacture de Sèvres ou encore les arcades de la nouvelle école des Beaux-Arts de Saint-Nazaire.

La métallerie d’art Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande, est dirigée par Gaël Hardy depuis cinq ans. Elle réalise actuellement des menuiseries pour l’Hôtel de la Marine à Paris, des garde-corps pour l’hôtel Suitcase Hospitality de la place des Lices à Rennes, ou encore des arcades pour l’école des Beaux-Arts de Saint-Nazaire.
La métallerie d’art Crézé, à Saint-Jacques-de-la-Lande, est dirigée par Gaël Hardy depuis cinq ans. Elle réalise actuellement des menuiseries pour l’Hôtel de la Marine à Paris, des garde-corps pour l’hôtel Suitcase Hospitality de la place des Lices à Rennes, ou encore des arcades pour l’école des Beaux-Arts de Saint-Nazaire. — Photo : Virginie Monvoisin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail