Emploi

Comment HelloWork fait repartir le marché de l'emploi

Par Baptiste Coupin, le 22 juin 2020

Acteur majeur de l’emploi et du recrutement, le rennais HelloWork (325 salariés) participe à la relance économique, après trois mois de confinement. L’ETI ouvre gratuitement sa base de CV aux entreprises qui recrutent et apporte son aide aux alternants. Les recrutements sont repartis à un niveau proche de celui du début de l’année, constate le directeur général du groupe François Leverger, même si l’industrie peine toujours.

Equipes de HelloWork
Les équipes du groupe HelloWork gèrent une quinzaine de plateformes dédiées à l'emploi et au recrutement. — Photo : © S. Lemarchand / HelloWork

L’emploi repart ! C’est ce que constate HelloWork, entreprise du numérique spécialisée dans l’emploi, le recrutement et la formation (325 collaborateurs, 51,6 M€ de commandes en 2019). Grâce à la quinzaine de plateformes qu’elle administre sur le plan national (Regionsjob, Parisjob, Cadreo…), le groupe basé à Rennes peut se faire une idée précise des offres de recrutements en cours et donc de la situation de l’emploi en France pour l’ensemble du marché professionnel. En ressort un observatoire mensuel, devenu hebdomadaire le temps de la crise, qui donne une lecture croisée à la fois régionale et sectorielle.

Bilan de la dernière « photographie » ? « Globalement, ça va mieux, on revient à un niveau d’offres d’emploi qui est celui du début d’année. En cinq semaines, nous avons regagné 40 points en volumes d’offres, rend compte le directeur général du groupe, François Leverger. Nous avons 100 000 offres d’emploi en ce moment sur l’ensemble de nos plateformes. Les chiffres côté entreprises comme côté candidats repartent. C’est positif. Ça veut dire que le marché s’est débloqué… »

Une part de CDI plus faible qu'avant-crise

Dans le détail, le rebond s’opère dans tous les secteurs ou presque, comme les services aux entreprises, la partie transports et logistique et la restauration, qui ont été très atteints au début de la crise. C’est plus compliqué en revanche pour l’industrie au sens large, et notamment pour l’aéronautique. Côté territoires, les offres d’emploi sont reparties fortement dans le Grand Est, l’Ile-de-France et la Bretagne, retrouvant des niveaux du début d’année 2020.

François Leverger, directeur général de HelloWork.
François Leverger, directeur général de HelloWork. - Photo : © HelloWork

« Le déconfinement a remis les entreprises dans une perspective de recrutement, qui est un premier moteur du développement. Les mesures gouvernementales ont permis de garder un peu de confiance et de minimiser l’impact sur les trésoreries des entreprises, ce qui donne davantage de marge de manœuvre pour la suite », analyse François Leverger. À noter cependant que la proportion de recrutements en CDI est plus faible que celui d’avant crise - au profit des CDD ou de l’intérim -, ce qui montre que les chefs d’entreprise restent prudents sur l’avenir.

Base de CV gratuite

HelloWork compte quelque 10 000 entreprises clientes qui recrutent via ses plateformes, en souscrivant à des services payants pour les aider dans leur ciblage candidats notamment. En ces temps difficiles, le groupe a décidé d’aider les TPE et PME fragilisées en mettant sa base de CV gratuitement à leur disposition, jusqu’à fin août. « Notre idée c’était de se dire comment contribuer dans ce contexte-là. Quand on a vu que les candidats revenaient assez vite sur nos plateformes, on a décidé d’en faire profiter un maximum d’entreprises. Tant mieux si cela peut aider à relancer le marché. C’est notre job, l’essence même de notre travail ». L’entreprise rennaise vient aussi en aide aux alternants, dont le recrutement est fortement perturbé par la crise du Covid-19. Elle a participé le 18 juin à une opération avec des écoles partenaires pour favoriser l’insertion de ces publics, à mi-chemin entre le monde du travail et le monde étudiant.

Lancement d’une plateforme sur l’intérim

HelloWork, devenu un acteur français de référence dans l’emploi, continue par ailleurs d’innover et de suivre les attentes du marché. Le groupe a lancé avant la crise un nouveau site centré sur les missions en intérim et intitulé « Regionsjob intérim ». Objectif : pouvoir permettre à des demandeurs d’emploi de trouver un travail très rapidement si nécessaire. Les débuts sont prometteurs. 100 000 candidatures ont ainsi été traitées, rien que sur le mois de mai.

Equipes de HelloWork
Les équipes du groupe HelloWork gèrent une quinzaine de plateformes dédiées à l'emploi et au recrutement. — Photo : © S. Lemarchand / HelloWork

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail