Ille-et-Vilaine

Numérique

Comment Ariadnext veut devenir le fournisseur d’identité numérique de chaque Européen

Par Virginie Monvoisin, le 02 juin 2022

Ariadnext, entreprise bretonne spécialisée dans l’identité numérique, le contrôle et la sécurisation des documents électroniques, a investi 4 millions d’euros dans son nouveau siège social. Un nouveau vaisseau adapté au développement à venir de l’entreprise, qui s’est récemment adossée à son homologue allemande IDnow. Ensemble, elles vont devenir le fournisseur d’une identité numérique pour chaque Européen.

Ariadnext propose, depuis 2010, des solutions de contrôle et de sécurisation de l’identité numérique, basées notamment sur l’intelligence artificielle.
Ariadnext propose, depuis 2010, des solutions de contrôle et de sécurisation de l’identité numérique, basées notamment sur l’intelligence artificielle. — Photo : Gorodenkoff Productions

C’est depuis son nouveau siège social des Champs Blancs, à Cesson-Sévigné près de Rennes, que la société Ariadnext veut accélérer son développement. C’est aussi avec son nouveau partenaire depuis un an, l’allemand IDNow, avec qui elle a fusionné, qu’elle s’est fixé son objectif des prochaines années : devenir le fournisseur d’identité numérique de tous les Européens. Fondée en 2010 par deux anciens de chez SFR, Marc Norlain et Guillaume Despagne, Ariadnext est spécialisée dans la mise au point et la commercialisation de solutions d’identification numérique. L’entreprise bretillienne propose ainsi des produits d’identité numérique, de contrôle, de sécurisation des documents et de signature électronique, basés sur l’intelligence artificielle. Elle s’adresse à des clients variés, qui ont en commun la nécessité de vérifier l’identité de leurs propres clients et des documents qu’ils envoient, de manière instantanée : banques en ligne (pour souscrire un crédit…), opérateurs de jeux (pour du pari ou poker en ligne…), notaires, services publics ou encore police. En 2021, Ariadnext a ainsi vérifié 54 millions de documents pour ses clients.

Lutter contre la fraude

L’enjeu qui guide Ariadnext depuis ses débuts est de répondre aux défis réglementaires et aux exigences de la lutte contre la fraude tout en se concentrant sur l’expérience client et la transformation numérique. Depuis ces six dernières années, l’entreprise a ainsi enregistré une croissance annuelle de 35%, pour atteindre 26 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021. Elle compte 128 collaborateurs en France, auxquels s’ajoutent 30 personnes dans une filiale en Roumanie, une en Pologne et cinq à Madrid dans deux bureaux commerciaux. "Dès le début, nous avons voulu faire d’Ariadnext une entreprise européenne", raconte Guillaume Despagne, codirigeant de l’entreprise, qui s’est donc très tôt implantée dans plusieurs pays du continent. Parmi ses concurrents, elle a essentiellement face à elle une société américaine qui pèse 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, et une britannique qui atteint les 120 millions.

Devenir une licorne avec IDnow

"Notre secteur est actuellement dominé par les Américains, et nous sommes petits par rapport au marché mondial, constate Guillaume Despagne. Après dix ans d’existence, quand nous avons fait le point sur notre stratégie à venir, nous avions deux options : continuer de laisser croître l’entreprise de 35% par an, rester rentable, avec des clients en France et en Europe ; ou bien lever des fonds pour devenir, si ce n’est une licorne, au moins le leader européen du marché." Ariadnext a alors choisi de passer à la vitesse supérieure. "Les Américains ont trusté le cloud, les données. Sur des données aussi sensibles que l’identité, il faut faire émerger un leader européen, poursuit le dirigeant. C’est dans cet état d’esprit que nous nous sommes rapprochés d’un fonds européen en 2021. Il nous a alors parlé d’une entreprise similaire à la nôtre (140 collaborateurs), en Allemagne, avec le même ADN et les mêmes objectifs. C’est IDnow." Dès lors, les deux européens décident de fusionner leurs activités. "IDnow est 100 % propriétaire d’Ariadnext depuis l’été 2021, et Ariadnext est également au capital du groupe IDnow", précise Guillaume Despagne. Ensemble, ils pèsent donc davantage sur la scène mondiale, avec un chiffre d’affaires cumulé de 55 millions d’euros. L’objectif est d’atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023.

Cela va passer évidemment par une augmentation du nombre de documents vérifiés. "Nous visons les 80 millions en 2022, estime le dirigeant rennais. Nous avons 350 clients chez Ariadnext, et notre marque est très connue, nous gardons donc notre nom. L’idée est de créer un ensemble à la manière de ce qui se fait dans l’aéronautique : nous voulons être "l’Airbus du KYC", c’est-à-dire du "Know Your Customer" (protocole qui permet la vérification de l’identité du client, d’une personne physique ou d’une personne morale, NDLR)."

Un partage de l’Europe

Pour réaliser ce bond dans son développement, la nouvelle entité fait de ses complémentarités une force. D’abord, géographiquement, Ariadnext a de l’avance en France, Espagne, Roumanie et Pologne, quand IDnow est implanté en Allemagne, Autriche, Suisse et Royaume-Uni. Ensuite, différentes approches permettent de toucher différentes cibles et de faire évoluer le process. "Nos métiers sont liés à la réglementation, souligne Guillaume Despagne. En France, nous proposons une prestation de vérification d’identité à distance (PVID). Pour vérifier une identité, il faut filmer sa pièce d’identité et son visage, qu’un algorithme vérifie, puis est complété par une action manuelle si le client le demande. En Allemagne, ils croient jusqu’alors peu aux technologies, il faut qu’un humain parle à un humain. Nous leur apportons cet algorithme." Le monde étant de plus en plus numérisé, il y aura de plus en plus de demandes d’identification de l’identité des personnes. "La confiance sur le Net est nécessaire, explique Guillaume Despagne. Il existe une réglementation européenne et bientôt tous les citoyens de l’union auront leur identité numérique."

De "Mobile Connect et moi" à Yris

Ariadnext est déjà à la pointe de cette technologie, fournissant par exemple la solution à France Connect, le service d’identification numérique en France. Ariadnext a également développé "Mobile Connect et moi" pour permettre de se connecter à tous les services possibles (impôts, santé…) avec un numéro de téléphone mobile et un code secret Mobile Connect. "Cette technologie, qui va bientôt s’appeler Yris, va être étendue à l’Europe", confie Guillaume Despagne. Inventer ces nouveaux modèles d’identification se fait à force de développement, mais aussi de travaux de recherche menés avec d’autres entreprises et laboratoires notamment, toujours à l’échelle européenne. Ariadnext dispose d’ailleurs d’une équipe de 26 collaborateurs dédiés à la recherche, dont 17 en France, à Rennes, dans les locaux flambant neufs de l’entreprise. Pour accompagner ce développement, Ariadnext et IDnow vont devoir recruter dès cette année 60 collaborateurs en France et 22 en Allemagne. "Nous réfléchissons aussi à ouvrir une filiale au Benelux", confie Guillaume Despagne, laissant entrevoir encore de nouvelles étapes.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition