Environnement

Avec Menrec, les industriels veulent recycler les menuiseries du grand Ouest

Par Virginie Monvoisin, le 14 décembre 2020

Collecter, démanteler et recycler les menuiseries au lieu de les envoyer à l'enfouissement. Voici la raison d'être des quatre entreprises fondatrices de Menrec. Installée dans le Morbihan, la nouvelle structure s'engage dans une démarche d'économie circulaire. À la clé : des menuiseries valorisées et décarbonées, mais aussi des emplois créés.

Les quatre fondateurs de Menrec : Bruno Cadudal (Atlantem), Adrien Bohelay (TB Recyclage), Pierre Riou (Riou Glass) et Dominique Lamballe (FenêtréA).
Les quatre fondateurs de Menrec : Bruno Cadudal (Atlantem), Adrien Bohelay (TB Recyclage), Pierre Riou (Riou Glass) et Dominique Lamballe (FenêtréA). — Photo : © Virginie Monvoisin

Ils sont quatre et ont eu une idée fantastique : œuvrer pour cesser d’enfouir les menuiseries en fin de vie. Les morbihannais Atlantem Industries (140 M€ de CA et 800 salariés), FenêtréA (65 M€ de CA et 425 salariés), Bohelay (60 salariés et 7 M€ de CA) et le normand Riou Glass (1 000 salariés et 200 M€ de CA) ont créé une entreprise dédiée au recyclage de ces menuiseries, Menrec. Elles détiennent cette jeune SAS à parts égales, et en ont implanté le siège à Saint-Allouestre, sur le site d’une filiale de Bohelay.

6 millions de fenêtres enfouies chaque année

"Le marché des fenêtres représente 10 millions d’ouvertures vendues et installées chaque année en France, dont les deux tiers en rénovation. 6,7 millions d’anciennes menuiseries en bois, PVC ou aluminium sont jetées. Actuellement, 90 % sont enfouies dans d’anciennes carrières", explique Bruno Cadudal, directeur général d’Atlantem Industries (9 usines en France dont Noyal-Pontivy, Saint-Sauveur-des-Landes près de Fougères, Hillion, Cholet…). Or, l’enfouissement sera, à terme, interdit en France. Et les fabricants ont besoin de ces matières premières qui peuvent être recyclées. "Nous ne pouvons pas continuer à épuiser ces ressources sur Terre, alors qu’elles sont là à notre disposition", poursuit le patron d’Atlantem. Avec son plus proche concurrent, FenêtréA, ils se sont adjoint l’expertise d’un professionnel du verre, Riou Glass, et le savoir-faire de la filiale de Bohelay, TB Recyclage.

Une plateforme de 1 000 m² au cœur de la Bretagne

Celle-ci, qui recycle déjà des déchets secs (papier, carton…) sur son site de 9 hectares à Saint-Allouestre, met un espace de 1 000 m ² à disposition des activités de Menrec. "Nous allons installer des murs lego pour séparer les matériaux à recycler", indique le directeur général de TB Recyclage, Adrien Bohelay. Après un investissement de l’ordre de 500 000 euros, Menrec sera alors prêt à entrer en action, dès mars 2021. "Nous nous adressons à tous les installateurs de menuiseries de Bretagne, mais aussi de la Manche, de la Mayenne et de la Loire-Atlantique", complète Dominique Lamballe, président de FenêtréA. La démarche de Menrec consiste à apporter à ces potentiels 7 000 clients une solution clé en main : des racks ou bennes sont déposés dans ces entreprises ; elles passent ensuite commande en ligne pour un enlèvement organisé par Menrec qui les démantèle avant de les envoyer dans des filières de recyclage spécialisées en menuiserie.

"Cela ne coûtera pas plus cher au client que de payer l’enfouissement. Par contre, il fera une économie carbone, puisqu’il recevra un certificat de suivi indiquant le poids collecté et recyclé", précise Adrien Bohelay. Un atout à valoriser ensuite par les installateurs et les fabricants auprès de leurs clients. "Notre objectif est triple, indique Pierre Riou, président du conseil de surveillance de Riou Glass. Nous trions et valorisons les matériaux ; nous décarbonons les nouvelles menuiseries car nous réemployons ces matériaux ; enfin, nous développons l’emploi solidaire et cherchons à devenir une entreprise à mission". Menrec va en effet s’appuyer sur des entreprises solidaires en centre Bretagne pour recruter une dizaine de collaborateurs dans un premier temps.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition