Ille-et-Vilaine

Numérique

Ariadnext vise l'Europe avec son détecteur du vivant

Par Virginie Monvoisin, le 21 mars 2019

L'entreprise Ariadnext, fondée en 2010 à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), s'est spécialisée dans les produits d’identité numérique, de contrôle, de sécurisation des documents et de signature électronique. Elle vise désormais une croissance internationale avec sa solution de détection du vivant à distance. Pour faire face à sa croissance, elle fait également construire son nouveau siège social.

Marc Norlain, cofondateur et DG d'Ariadnext, à Cesson-Sévigné (Ille et Vilaine)
La PME bretillienne Ariadnext, cofondée et dirigée par Marc Norlain. veut passer de 5 % du chiffre d'affaires à l'export aujourd'hui à 15 à 20 % en fin d'année. — Photo : © Ariadnext

Pour ouvrir un nouveau compte en banque en ligne ou souscrire chez un opérateur mobile sur internet, il faut attester de sa véritable identité. Pour cela, des systèmes de vérification instantanée existent. Ariadnext, société de Cesson-Sévigné fondée en 2010 par Marc Norlain et Guillaume Despagne, fait partie de ces entreprises de la cybersécurité qui aident à lutter contre la fraude. Elle a ainsi réalisé 13 millions d'identifications en 2018 pour le compte de 180 clients comme des banques en ligne, des opérateurs de jeux (paris, poker…), des sociétés de crédit à la consommation, des notaires, sociétés de transport maritime, services publics ou encore la police. Le produit phare d'Ariadnext permet de vérifier instantanément en mode SaaS l'authenticité d'une pièce d'identité.

Un nouveau bureau en Pologne

Vérification instantanée d'identité, grâce à la solution d'Ariadnext.
Vérification instantanée d'identité, grâce à la solution d'Ariadnext. - Photo : © Ariadnext

"Nous visons entre 20 et 25 millions de vérifications en 2019", indique Marc Norlain, directeur général d'Ariadnext. Il faut dire que la société peaufine une stratégie de développement international pour les mois qui viennent qui devrait porter la croissance de son activité (+40 % par an depuis quatre ans). "Nous réalisons 5 % de notre chiffre d'affaires de 4,6 M€ à l'export et ambitionnons les 15 à 20 % en 2019, souligne le DG. Nous avons consolidé nos positions sur le marché français et commencé à installer des bureaux à Madrid, Bucarest et, depuis mars 2019, à Varsovie en Pologne. Nous visons désormais d'autres pays d'Europe".

Identification à l'aide de la vidéo

Les solutions d'Ariadnext sont exportables puisqu'adaptées à la règlementation européenne. La dernière en date permet la vérification de la personne en intégrant la détection du vivant et la reconnaissance faciale. Elle accompagne ainsi le nouveau positionnement d'Ariadnext, résolument international. Via ce nouveau service, l'internaute qui souhaite ouvrir un nouveau compte en ligne pourra enregistrer une séquence vidéo "dans laquelle il sera challengé de façon aléatoire : c'est-à-dire qu'on lui demandera de sourire, de bouger, de répéter un code, etc. L'objectif est de juger de son caractère vivant, et de comparer son visage au portrait de sa pièce d'identité". 

Bientôt un nouveau siège

Une solution unique sur un marché de l'identification où la concurrence vient surtout des Etats-Unis et d'Angleterre et qui pèse à l'échelle mondiale plus de 80 milliards de dollars par an. "Notre service est en cours de validation auprès de l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information", souligne Marc Norlain. Car elle s'insère également dans un dispositif plus large : "Mobile Connect et moi", actuellement développé par l'État pour pouvoir créer des identités numériques uniques pour chaque citoyen sur la plateforme France Connect. Pour absorber cette croissance d'activité, Ariadnext va devoir embaucher. L'entreprise, qui emploie 50 collaborateurs, doit doubler ses effectifs d'ici à deux ans. Elle vient de déposer un permis de construire pour son nouveau siège social aux Champs Blancs, qui devrait être terminé fin 2020.

Marc Norlain, cofondateur et DG d'Ariadnext, à Cesson-Sévigné (Ille et Vilaine)
La PME bretillienne Ariadnext, cofondée et dirigée par Marc Norlain. veut passer de 5 % du chiffre d'affaires à l'export aujourd'hui à 15 à 20 % en fin d'année. — Photo : © Ariadnext

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture