Ille-et-Vilaine

Distribution

Ame Haslé : Reprise à Saint-Malo et création d'une nouvelle marque

Par Philippe Créhange, le 08 juin 2012

Implanté à Melesse et Saint-Malo, le distributeur de fruits et légumes poursuit son développement dans la cité corsaire. Il vient de faire l'acquisition de Distri Malo. Parallèlement, il prépare le lancement d'une nouvelle marque de pêches et nectarines.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Ame Haslé fait partie de ces sociétés que l’on croit connaître. Difficile en effet de ne pas croiser sur la route l’un de ses poids lourds sillonnant le département. Et pourtant, mis à part cette visibilité « naturelle », difficile de citer spontanément son activité tant l’entreprise sait rester discrète. France Ame ne rechigne pourtant pas à parler de la société qu’il préside. Du groupe même, tant il fédère une kyrielle d’entreprises. Fruit - et c’est approprié - d’une histoire de près de quarante ans. Ame Haslé est en effet spécialisée dans la distribution de fruits et légumes.

Livraison chez Ducasse

« Nous livrons les professionnels. De la centrale d’achat jusqu’au restaurateur, en passant par les collectivités, la grande distribution, les hôpitaux, les prisons… », cite France Ame. Bref, tout sauf le particulier. Implanté pendant vingt-six ans sur le MIR (Marché d’intérêt régional) de la Route de Lorient à Rennes, Ame Haslé s’est installé en 1999 à Melesse, le long ou presque de la Route du Meuble. Car Route de Lorient, « on ne pouvait plus grandir ». L’entreprise y occupe 6 000 m², où s’activent 180 personnes. Un espace de stockage de fruits et légumes venus majoritairement de la région, mais aussi du monde entier. En parallèle, le groupe distribue également des produits de la mer et des produits dits « fraîcheur » (lactés, beurre, œuf et fromage). « Nous livrons 25 000 tonnes de fruits et légumes par an et 2 000 tonnes de produits de la mer », confie le président. À travers la société Ame Haslé, qui a réalisé 42 M€ de chiffre d’affaires en 2011 (38 en 2010). Mais aussi AH Logistique, structure organisant les livraisons à 150 kilomètres à la ronde, grâce à une trentaine de camions (3,5 M€ de CA, 45 salariés).

Mais Ame Haslé, c’est aussi Primeurs de Saint-Malo (expédition, 15 salariés), Nantes Frais (vente de produits cuits prêts à l’emploi et crus préparés, 4 salariés) ou encore Fraîcheur de Saint-Malo (mareyage, 20 salariés). Cette dernière, spécialisée dans la langoustine et le homard vivant, livre par exemple les grands restaurants, comme Ducasse.

Rachat de Distri Malo

Dans la même veine de ces structures plus modestes que le vaisseau amiral, Ame Haslé vient de faire l’acquisition de Distri Malo (ex-établissements Méhault), dans la cité corsaire. « Une société de distribution très locale qui ne fait quasiment que de la restauration collective et commerciale pour les fruits et légumes », précise France Ame. L’entreprise, qui emploie six salariés, était en difficulté financière.

Si le groupe a décidé d’en faire l’acquisition, c’est notamment pour sa plate-forme de 1 400 m², dans la zone des Mottais. « Avec Fraîcheur de Saint-Malo, on a un entrepôt qui commençait à être exigu. En plus d’être encore plus proches de nos clients, cette acquisition va nous permettre d’agrandir notre capacité de stockage. La plate-forme de Distri Malo n’a que sept ans », décrit le dirigeant. Toujours côté développement, la PME bretonne est en attente d’une installation sur le MIN d’Angers. « Cela nous permettrait de mieux faire car le Maine-et-Loire constitue, pour nous, le bout de ligne. Pour la GMS ou la restauration, c’est important d’être sur place. Pour être réactif. Cette présence nous permettrait aussi d’aller plus loin. »

1 à 2 % de résultat

Toujours en matière de nouveautés, Ame Haslé se prépare à créer une nouvelle marque de pêches et nectarines. Elle portera le nom de leur producteur : « Domaine de Villeclare ». Car c’est l’une des spécificités aussi de la société. Elle commercialise certains fruits et légumes à travers quelques marques en propre. Parmi la plus connue : l’orange Minou, dont elle est propriétaire.

Si Ame Haslé a enregistré une légère croissance en 2011, c’est notamment parce que d’autres distributeurs, plus petits, ont été contraints de fermer leurs portes. Hausse du prix du carburant oblige (+20 % !). « En dessous d’un certain volume, ce n’est pas facile », concède France Ame. Et de préciser que « dans notre métier, on fait des résultats entre 1 et 2 %. Pas plus. » Quant à 2012, « on suit le même chemin, confie le dirigeant. Il y a toujours une crise de la consommation, les gens mangent différemment. On va vers moins de produits de luxe. »

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail