Saint-Malo

Textile

3D-TEX lance la fabrication industrielle de ses pulls en 3D

Par Baptiste Coupin, le 23 septembre 2021

La PME malouine 3D-TEX a commencé à fabriquer ses premières séries de pulls conçus à partir de machines 3D. La jeune entreprise de 18 salariés sera totalement équipée en 2022. De gros donneurs d'ordre du textile sont intéressés par son modèle de fabrication futuriste.

Une des machines de fabrication 3D de pulls de 3D-TEX, à Saint-Malo.
Une des machines de fabrication 3D de pulls de 3D-TEX, à Saint-Malo. — Photo : 3D-TEX

C'est l'une des rares entreprises de textile en France à exercer le métier de tricoteur avec des outils industriels. 3D-TEX, à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), spécialisée dans la fabrication de pulls et bonnets en 3D, sans couture ni déchet, inaugure le 24 septembre son usine de 800 m² installée rue des Rougeries, dans la cite corsaire.

Une inauguration qui intervient alors que l'entreprise démarre tout juste son activité. "Jusqu'à cet été, nous étions en mode laboratoire. Le gros des machines est arrivé cet été", explique Marc Sabardeil, l'un des trois fondateurs de la société aux côtés de Gwendal Michel et Basile Ricquier, venus du monde du textile en Asie. 3D-TEX prévoit d'avoir son parc de dix machines au complet au premier semestre 2022.

"Démocratiser la fabrication française"

La PME de 18 salariés a pris un peu de retard sur son programme initial mais les premières séries sont prêtes. La première livraison vient d'être honorée pour Montlimart, une marque de vêtements et chaussures pour hommes du groupe angevin Eram qui promeut les matières durables. "Il s'agit d'une commande de 500 pièces de pulls à torsades", précise Marc Sabardeil, qui ajoute travailler pour deux autres marques du groupe (TBS et Faguo). Une commande pour la marque de mode Balzac Paris, spécialisée dans la fabrication française et l'éco-responsabilité, est aussi en cours de développement. Enfin, 3D-TEX vient de signer avec le groupe de distribution textile malouin Beaumanoir sur la marque Bréal. "L'objectif est de travailler rapidement avec une dizaine de clients. Nous voulons démocratiser la fabrication française de pulls en la rendant accessible du point de vue du prix et dans notre capacité à produire." Ses machines achetées 170 000 euros pièce sont son meilleur argument vente. "Le système de développement 3D (de fabrication japonaise, NDLR) a dix ans d'avance sur la concurrence, assure le dirigeant. Grâce à notre programme de fabrication du modèle, l'image plus vraie que nature va nous permettre de valider un certain nombre de données stylistiques sur le produit, sa couleur et son aspect. Il indique aussi le temps de tricotage et le poids de fil nécessaires pour un pull. Cela nous permet d'avoir une analyse fine du coût de produit, sans même faire un seul échantillon." La suppression de l'étape de prototypage produit fait économiser 3 000 euros en moyenne au client.

Lauréate du plan France Relance

L'installation de 3D-TEX, tournée vers l'Industrie du futur tout en étant gardienne d'un savoir-faire artisanal, n'est pas passée inaperçue des acteurs du développement. L'Agence de la transition écologique Ademe lui a versé une subvention de 350 000 euros pour l'achat de machines via le programme de gestion des déchets. 3D-TEX vient par ailleurs d'apprendre qu'elle était éligible au plan France Relance. A la clé : une aide de 300 000 euros supplémentaires, que la PME prévoit de débloquer en 2022. Avec ses machines au complet, l'entreprise bretonne prévoit de fabriquer quelque 80 000 pièces. De quoi lui permettre de viser un chiffre d'affaires annuel de 2 millions d'euros.

Une des machines de fabrication 3D de pulls de 3D-TEX, à Saint-Malo.
Une des machines de fabrication 3D de pulls de 3D-TEX, à Saint-Malo. — Photo : 3D-TEX

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail