Nord

Commerce

Victoria France réussit son pari de la vente directe

Par Marie Boullenger, le 13 janvier 2020

En 2009, Nathalie Graevenitz a créé la société Victoria France (64,5 M€ de CA en 2018), spécialisée dans la vente directe de bijoux haut-de-gamme. Un choix stratégique compte tenu de l'essor du troisième canal de distribution en France.

En 2018, Victoria France a vendu 2,2 millions de bijoux dans l’Hexagone.
En 2018, Victoria France a vendu 2,2 millions de bijoux dans l’Hexagone. — Photo : Victoria

Quand Nathalie Graevenitz fonde Victoria France en 2009, elle est loin d’imaginer que sa société spécialisée dans la vente directe de bijoux fantaisie haut de gamme atteindrait 64,5 M€ de chiffre d'affaires dix ans plus tard. « J’ai toujours aimé la France et j’étais persuadée qu’il y avait un marché à prendre. J’ai commencé l’aventure en 2009 avec 27 vendeuses à mes côtés, aujourd’hui nous sommes près de 9 000 », confie cette ancienne avocate belge au barreau de Bruxelles qui a choisi une tout autre vie.

20 % de croissance annuelle

Avec une croissance annuelle avoisinant les 20 %, Victoria France est passé de 3,6 M€ en 2011 à 64,5 M€ en 2018. Une trajectoire spectaculaire qui propulse la société parmi les leaders de la vente directe de bijoux en France. « Je suis partie de zéro en couvrant d’abord la Bretagne, puis la Normandie et le Nord. Aujourd’hui, nous couvrons toutes les régions de France avec 8 800 conseillères de vente » indique Nathalie Graevenitz dont l’activité est rentable depuis 2012. Face à la perte de vitesse de la grande distribution, elle fait le pari de la vente directe et de ses réunions collectives à domicile. Un développement stratégique quand on sait que la vente directe, 3e canal de distribution en France, représente 700 000 emplois et 4,4 milliards de CA. « Notre succès repose sur le recrutement constant de VDI. Le concept de boutique à la maison plaît énormément et séduit de plus en plus de femmes qui recherchent la flexibilité au travail ». Avec la possibilité d’organiser leurs vies professionnelles comme elles l’entendent, ces travailleuses d’un nouveau genre gèrent leurs objectifs à leur rythme et n’ont pas un euro à investir puisque les collections leur sont prêtées.

Application digitale pour booster les ventes

En 2018, Victoria France a vendu 2,2 millions de bijoux dans l’Hexagone. Pour faire la différence sur le marché du bijou, Victoria France mise sur l’innovation produit et la digitalisation. Avec 450 références, la société de vente directe modifie de 65 % sa collection chaque année. « Ici, les idées fusent de tous les côtés puisque nous laissons les collaborateurs au siège exprimer leurs idées », explique celle qui vient de lancer un pôle de formation interne pour les collaborateurs au sein même du siège. Les bons résultats économiques ont également permis à l’entreprise de créer un service clients en 2019. Suivra en 2020, le lancement d’une application destinée aux vendeuses afin de booster les ventes. « Elles pourront désormais dévoiler sur écran les collections aux clients, connaître les stocks et suivre leur CA en direct grâce à un tableau de bord », souligne la dirigeante. Avec 7 % de croissance sur le dernier exercice, l’activité de Victoria France ralentit mais progresse encore chaque année. Pour la cheffe d’entreprise belge, « il faut aller toujours plus loin, nous visons à terme les 100 M€ de CA et les 10 000 collaborateurs ». L’entreprise vient d’implanter son siège flambant neuf de 2 800 m² à Croix regroupant les bureaux et l’entrepôt de stockage, d’où sont livrées chaque semaine les collections aux chefs de groupes à travers toute la France.

En 2018, Victoria France a vendu 2,2 millions de bijoux dans l’Hexagone.
En 2018, Victoria France a vendu 2,2 millions de bijoux dans l’Hexagone. — Photo : Victoria

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.