Lille

Informatique

Utocat lève 1,8 million d’euros pour faciliter l'investissement dans les entreprises non cotées

Par Jeanne Magnien, le 18 janvier 2023

La start-up lilloise Utocat développe depuis 2014 un logiciel qui facilite les opérations d’investissement de particuliers dans des entreprises non cotées en Bourse. Elle vient de lever 1,8 million d’euros pour accélérer son développement, notamment à l’international.

Clément Francomme est le dirigeant d'Utocat. Crée en 2014, l’entreprise compte appuyer sa montée en puissance sur sa dernière levée de fonds, d’un montant de 1,8 million d’euros.
Clément Francomme est le dirigeant d'Utocat. Crée en 2014, l’entreprise compte appuyer sa montée en puissance sur sa dernière levée de fonds, d’un montant de 1,8 million d’euros. — Photo : Utocat

Investir dans des entreprises non cotées en Bourse : l’idée, popularisée depuis plusieurs années par le financement participatif, peut paraître simple aux particuliers disposant d’un peu d’épargne, y compris d’un plan d’épargne en action (PEA). Mais pour leur banquier, l’opération se révèle un vrai casse-tête à mettre en œuvre, et demande beaucoup de temps pour un gain faible. Depuis 2014, la start-up lilloise Utocat (600 000 euros de chiffre d'affaires, 15 salariés) développe un logiciel, destiné aux banques, facilitant les opérations d’investissement dans les PME et ETI non cotées en automatisant une bonne partie des étapes administratives.

Adoptée par la plupart des réseaux bancaires mutualistes, cette solution a permis depuis 2018 l’instruction de 11 000 dossiers, pour un montant total d’investissement de 565 millions d’euros. Utocat va encore monter en puissance à la faveur d’une levée de fonds réalisée en janvier, d’un montant d’1,8 million d’euros. Elle intervient après une première levée de 500 000 euros en 2016, et une deuxième, d’1,6 million d’euros en 2018. Outil de développement, cette opération, réalisée auprès de 125 investisseurs, est aussi un support de communication pour Utocat, qui a choisi d’adresser directement les utilisateurs finaux de sa solution.

Levée au long cours

"Nous n’avons jamais eu recours à des fonds pour nos levées, nous sommes toujours passés par des investisseurs privés. Ils comprennent mieux les enjeux autour de notre solution puisqu’ils sont confrontés, dans leurs investissements, aux difficultés que nous résolvons. Concrètement, quand vous avez repéré une entreprise non cotée dans laquelle vous voulez investir quelques milliers d’euros, c’est à votre banquier d’exécuter l’opération. Mais c’est un processus très long, avec beaucoup d’allers et retours, et autant de potentielles erreurs. Pour les banques, c’est beaucoup de travail, très peu rémunérateur. Grâce à notre solution, le temps de traitement passe d’un mois à quelques jours, c’est un gain pour tout le monde", présente Clément Francomme, le dirigeant d'Utocat, qui reste majoritaire au capital.

En ayant rassemblé 125 investisseurs privés, avec parfois des contributions relativement modestes, dans une levée au long cours étalée sur plus d’un an, Utocat peut désormais compter sur une communauté d’actionnaires-utilisateurs convaincus, prêts à évangéliser leurs pairs.

Décollage fulgurant ?

Forte de cette levée de fonds, Utocat, qui a atteint le point de rentabilité en juin 2022 avec un chiffre d’affaires de 600 000 euros sur l’année, se prépare à un décollage fulgurant. "Au vu du potentiel du marché et de notre trajectoire, si tout se passe comme prévu, nous pouvons viser un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros à l’horizon 2026", projette ainsi Clément Francomme.

Entre-temps, Utocat aura doublé ses effectifs, d’une quinzaine de personnes actuellement, en renforçant ses équipes techniques comme commerciales. Elle aura également, affermi sa présence à l’international. Lancée cette année en Belgique, l’entreprise vise désormais le marché luxembourgeois.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition