Somme

Santé

Unither renforce son leadership sur les unidoses stériles

Par Lise Verbeke, le 29 avril 2019

Le sous-traitant pharmaceutique Unither, basé à Amiens, investit cette année 40 millions d'euros dans ses outils de production. L'objectif : renforcer son leadership sur les unidoses stériles, qu'il produit pour le compte de groupes pharmaceutiques.

Unidoses stériles fabriquées par Unither à Amiens
Basé à Amiens, le groupe Unither fabrique des unidoses stériles pour le compte de groupes pharmaceutiques. — Photo : Unither

Le sous-traitant pharmaceutique Unither n’en finit pas de battre des records. En 2018, l’entreprise a produit 2,6 milliards d’unidoses stériles et prévoit cette année 10 % de croissance, portée par l’essor des produits ophtalmiques et respiratoires dans le monde. « Nous fabriquons des unidoses stériles pour le compte de groupes pharmaceutiques dans trois domaines : collyre, produits pour l’asthme et sérum physiologique », détaille le dirigeant Eric Goupil. Le chiffre d’affaires croît de 10 % par an depuis 10 ans, pour atteindre 285 M€ en 2018. Les 1 500 salariés sont répartis sur les quatre sites de production en France – le siège social étant situé à Amiens – et sur deux autres sites, aux États-Unis et au Brésil.

Le pari d'une unidose abordable

L’histoire d’Unither démarre à Amiens, en 1993, avec le rachat à Sanofi d’une petite usine pharmaceutique. « Il y avait alors 17 salariés », se souvient le dirigeant, « le marché des unidoses stériles était à créer, il y avait du potentiel ». Grâce à un apport de fonds propres et à un crédit vendeur, Unither fait le pari de la technologie BFS (Blow-Fill-Seal), qui permet de réaliser des formules sans conservateur à un tarif unique. « La dose unitaire devient accessible, car la première fiole coûte le même prix que la millionième pour le client », explique Eric Goupil.

Deux ans plus tard, Unither rachète une deuxième usine à Coutances (Manche), « où est installée une première machine très productive qui permet ce prix de vente accessible. Aujourd’hui, tous nos sites en sont équipés », souligne le dirigeant. D'autres unités de production sont créées à Gannat (Allier), à Colomiers (Haute-Garonne) ainsi qu'un centre de R & D à Bordeaux.

Un premier pas vers la Chine

Le virage à l’international, entamé à la fin des années 90, porte ses fruits en 2011, quand un bureau commercial est installé à São Paulo, au Brésil, puis une usine. En 2013, Unither perce le marché protectionniste américain grâce à la reprise d’une usine à Rochester, dans l’État de New York. 18 M€ y sont investis pour produire sa spécialité historique : les unidoses en petits flacons ou en tubes sachets. Aujourd’hui, Unither est détenu par trois fonds d’investissement (l'américain Ardian, l'européen Keensight et le français Parquest Capital) et exporte dans une centaine de pays, ce qui représente 70 % de sa production.

« Depuis trois ans, nous regardons vers la Chine. C’est le deuxième marché mondial après les États-Unis », ajoute Eric Goupil. « Nous y avons implanté un bureau commercial et envisageons d’y installer une unité de production. Pour le moment c’est compliqué, la culture est différente et la réglementation se durcit. » Un marché d’autant plus important que l’accès et la demande d’unidoses pour traiter l’asthme dans le pays augmente avec la pollution. Un million de doses fabriquées à Amiens y sont envoyées, ce qui représente entre 6 et 7 % du CA. Pour faire face à la demande, Unither va réaliser 40 M€ d’investissements pour de nouvelles machines sur différents sites, et notamment à Amiens, où une trentaine de postes sont créés, ainsi qu’une seizième ligne de production.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition