Nord

Numérique

Tribee veut devenir la cagnotte solidaire de référence dans l'e-commerce

Par Julie Dumez, le 22 novembre 2021

La jeune entreprise lilloise Tribee a développé un concept de cagnotte solidaire, pour permettre aux ETI et groupes de l’e-commerce d’augmenter leur chiffre d’affaires, tout en accompagnant financièrement des associations de leur choix. Intégrée en marque grise sur le site du e-commerçant, cette cagnotte est gratuite pour les utilisateurs.

Avec leur cagnotte solidaire Tribee, Cécile Flament et Gwendoline Broudehoux veulent conquérir 5 % des ETI et grands groupes en France.
Avec leur cagnotte solidaire Tribee, Cécile Flament et Gwendoline Broudehoux veulent conquérir 5 % des ETI et grands groupes en France. — Photo : Tribee

Comment engager sa responsabilité sociétale et environnementale (RSE) en quelques clics ? La jeune entreprise Tribee, basée à Mons-en-Barœul (Nord), propose la création d’une cagnotte gratuite, intégrée sur les sites d’entreprises de l’e-commerce, pour tous les événements festifs de leurs clients. Lorsque la cagnotte est clôturée, l’utilisateur récupère 90 % de la somme et 10 % sont versés à l’une des associations choisies par le site e-commerce.

Un cadeau qui a du sens “alors qu’on n’a jamais eu autant envie d’être solidaires et de consommer autrement. Nous croyons que la transition vers un monde meilleur accélérera grâce à l’action des entreprises qui favoriseront l’implication de leurs clients”, défend Cécile Flament, cofondatrice de Tribee, aux côtés de Gwendoline Broudehoux et Reynald Verfaille.

Une solution clé en main

Pour y parvenir, Cécile Flament a donc imaginé une solution clé en main à destination des entreprises. “Nous proposons une plateforme en marque grise (aux couleurs de l’entreprise et de Tribee) qui s’installe sur la page d’accueil du site e-commerce, grâce à un simple lien”, explique la fondatrice. Tribee assure ensuite la gestion des cagnottes, notamment la liaison avec les associations. Contrairement à beaucoup de cagnottes en ligne, pas de commissions sur les sommes versées : Tribee prend en charge les frais bancaires. Une gratuité pour l’utilisateur (créateur de la cagnotte ou participants), que celui-ci peut toutefois compenser en choisissant de verser un pourboire, pour soutenir Tribee.

L’ensemble du processus s’appuie donc sur une plateforme totalement personnalisable aux couleurs de l’entreprise. Cette dernière peut également choisir d’abonder les dons aux associations et suivre via un tableau de bord l’activité en temps réel. S’engager de la sorte permet ainsi aux entreprises de se différencier, mais aussi de disposer d’un nouveau levier de chiffre d’affaires. Incité à dépenser sa cagnotte sur le site, l’utilisateur peut, au choix, aussi récupérer la somme sur son compte bancaire.

Un système que Tribee envisage également de proposer en BtoB aux collaborateurs. De quoi séduire des grands groupes qui voudraient s’impliquer auprès de leurs équipes en proposant un outil interne. Idéal pour agir à l’occasion d’un pot de départ, par exemple.

Une innovation d’usage

Alors que la plateforme est opérationnelle depuis fin octobre, Cécile Flament affiche d’ores et déjà de fortes aspirations. “Nous voulons devenir la cagnotte référente”, ambitionne la créatrice qui lève actuellement des fonds “pour accélérer son innovation d’usage”. Les fondateurs bénéficient de l’accompagnement de l’incubateur d’économie sociale et solidaire lillois Evident ! (Ex-Initiative et Cité) et sont lauréats d'Hodéfi, un acteur lillois qui accompagne les entreprises innovantes en amorçage.

En 2025, Tribee vise 17 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires d’1,8 million d’euros, tout en étant rentable. Tribee se rémunère grâce aux frais d’installation et à des abonnements mensuels, qui évoluent en fonction du nombre de cagnottes. L’entreprise veut conquérir 5 % des ETI et des grandes entreprises de l’e-commerce en France.

Avec leur cagnotte solidaire Tribee, Cécile Flament et Gwendoline Broudehoux veulent conquérir 5 % des ETI et grands groupes en France.
Avec leur cagnotte solidaire Tribee, Cécile Flament et Gwendoline Broudehoux veulent conquérir 5 % des ETI et grands groupes en France. — Photo : Tribee

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail