Lille

Innovation

Sencrop lève 18 millions de dollars pour affiner encore le modèle de ses stations météo connectées

Par Jeanne Magnien, le 12 mai 2022

La start-up lilloise Sencrop, qui propose aux agriculteurs des modèles prédictifs basés sur les relevés de stations météo connectées installées dans leurs cultures, vient de boucler une nouvelle levée de fonds. Elle devrait lui permettre d’accélérer son internationalisation, et d’affiner encore ses modèles.

Michael Bruniaux (à gauche) et Martin Ducroquet ont fondé Sencrop en 2016, à Euratechnologies.
Michael Bruniaux (à gauche) et Martin Ducroquet ont fondé Sencrop en 2016, à Euratechnologies. — Photo : Barbara Grossmann

Et de quatre pour Sencrop. La start-up lilloise, pionnière française de l’Agtech, soit les nouvelles technologies appliquées à l’agriculture, a annoncé sa quatrième levée de fonds, courant mai. La dernière en date, en 2019, s’élevait à 10 millions de dollars (9,5 millions d’euros), c’est aujourd’hui 18 millions de dollars (17,1 millions d’euros) que la start-up de 100 salariés, lancée en 2016, a réussi à rassembler, assortis d’un solide soutien international.

Europe et États-Unis

En effet, la volonté de Michael Bruniaux et de Martin Ducroquet, les deux fondateurs de l’entreprise qui revendique "une croissance à trois chiffres" était de se faire accompagner à l’international. Pari gagné : c’est le fonds américano-israélien JVP qui mène ce tour de table. Il est suivi par EIT Food, sur des fonds européens, et Stellar Impact, géré par le fonds franco-belge Telos Impact. Enfin, les actionnaires historiques de la start-up ont également répondu présents : IRD Gestion et le fonds Ecotechnologies, géré par Bpifrance dans le cadre de France 2030, Demeter IM et NCI Waterstart. À l’issue de l’opération, Sencrop ne dévoile pas la nouvelle répartition de son capital.

"Nous sommes particulièrement satisfaits d’avoir pu nous rapprocher de JVP, qui est l’un des meilleurs connaisseurs de l’agtech au niveau mondial. C’est tout un écosystème qui s’ouvre à nous, avec un accès facilité à des start-up bien sûr, mais aussi, à de la data, des chercheurs… Et c’est aussi une chance de pouvoir partager la vision d’un tel acteur de la tech mondiale", se félicite Martin Ducroquet. Comptant sept bureaux à l’étranger, Sencrop ambitionne d’abord d’accélérer son développement au niveau européen. Bien implantée en Europe de l’Ouest, la start-up, qui s’est ouvert l’Italie en 2022, veut "asseoir son leadership en Europe". Et en parallèle, commencer à préparer son arrivée sur les marchés américain et israélien.

Développer la technologie

Pour Sencrop, ce tour de table va aussi permettre des développements technologiques. Avec 25 000 stations météo déployées dans 25 pays, dont les données sont consultées quotidiennement par 20 000 agriculteurs, la start-up se joue un rôle d’allié pour les exploitants. Les données collectées, comparées à d’autres modèles météo, permettent des prédictions à un niveau ultra-local. Les agriculteurs sont informés des précipitations à venir, mais aussi, des risques de maladies induits par les conditions météo sur leurs parcelles. Des alertes leur indiquent où et quand traiter, pour mieux maîtriser leur temps, leurs, et les doses de pesticides. Confrontés à de plus en plus d’incidents climatiques, les agriculteurs sont aussi alertés en cas de risque soudain, comme un coup de gel tardif. Le stress hydrique des parcelles est également mesuré, pour mieux piloter l’irrigation.

"Grâce à cette levée de fonds, nous voulons encore améliorer la pertinence des prédictions de notre intelligence artificielle. C’est là que réside toute la valeur ajoutée de notre solution. Grâce à ses 25 000 points de mesure et aux données remontées par les utilisateurs eux-mêmes, notre plateforme délivre des informations très fiables au niveau local, à la manière de Waze", décrit Martin Ducroquet. Sencrop, qui emploie 70 personnes au sein de son bureau d’Euratechnologies, compte une trentaine de recrutements en cours.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition