Nord

Cosmétique

Sarbec double les capacités de production de son usine nordiste

Par Julie Dumez, le 28 juin 2022

Connu pour sa marque Corine de Farme, le spécialiste de la fabrication de cosmétiques poursuit sa croissance en doublant la capacité de production de son usine de Neuville-en-Ferrain, près de Lille. Un investissement de 25 millions d’euros, qui permet à Sarbec de passer de 80 à 160 millions de produits par an. Cette montée en cadence s’accompagne de 150 emplois supplémentaires d’ici 2025.

Les nouveaux flacons de Sarbec sont biosourcés à partir d’huiles végétales.
Les nouveaux flacons de Sarbec sont biosourcés à partir d’huiles végétales. — Photo : @ Sarbec

L’ETI de fabrication de produits cosmétiques, parfums et dispositifs médicaux Sarbec (700 salariés dont 540 en France, chiffre d'affaires non communiqué) grandit encore. Elle vient d’achever un investissement majeur de 25 millions d’euros pour doubler sa capacité de production. Toujours très discrète sur ses résultats - elle refuse de communiquer son chiffre d’affaires et ses parts de marché -, l'entreprise modernise ainsi son outil de production industriel.

Au terme de deux ans de travaux, l’usine nordiste de Neuville-en-Ferrain, près de Lille (Nord), a doublé sa surface passant à 50 000 m2. Les ateliers de fabrication de formules, de production de flacons et de conditionnement ont bénéficié d’une rénovation. Cette optimisation a surtout permis l’installation de nouvelles lignes de conditionnement et la création d’un nouvel atelier de flaconnage. Outre l’extension de 5 500 m2 de l’atelier de fabrication, l’investissement porte donc sur la création de 8 nouvelles lignes de conditionnement (5 pour les cosmétiques, 3 pour les lingettes) poussant la capacité de 80 à 160 millions d’unités par an. Sarbec s’est ainsi doté d’équipements de pointe lui assurant de l’agilité. Au point que l’usine nordiste est capable de sortir quelque 80 formats de flacons différents. Sur site, 300 salariés composent l’effectif qui gagnera encore 150 profils d’ici à 2025.

Innovation et éco-responsabilité au cœur de l’ADN

Le groupe présent sur quatre sites de production (Neuville-en-Ferrain, Roanne dans la Loire, Deauville dans le Calvados et Poznan (Pologne) dispose désormais d’une capacité totale de 250 millions de produits par an. Pour y parvenir, elle mise sur une forte capacité d’innovation. Une équipe de 25 personnes dispose de 400 m2 dédiés à la R & D de produits cosmétiques. “4 % du chiffre d’affaires de Sarbec est investi chaque année sur ce poste, souligne Eric Jacquemet, DG. Cela représente plus de 400 formules élaborées par an, dont près de 40 % arrivent sur le marché”.

L’innovation passe par ailleurs du côté du flaconnage. Depuis plus de 30 ans, Sarbec a fait le choix d’intégrer les ateliers de fabrication avec des lignes d’extrusion-soufflage, des flacons qu’elle remplit. Forte de son nouvel outil, elle lancera en septembre un flacon d’origine végétale à partir d’une matière première biosourcée, recyclée et recyclable, issue d’huiles végétales. “Sa production émet a minima 80 % de CO2 en moins par rapport à un plastique traditionnel. Elle est le fruit d’un partenariat avec une entreprise régionale”, selon le DG qui a à cœur “de privilégier des fournisseurs les plus locaux possibles”. À ce titre, 97 % des fournisseurs de Sarbec sont européens, dont 71 % basés en France. Autre challenge relevé, l’affinage des bouteilles en supprimant 25 % de matière afin de réduire encore un peu plus l’impact environnemental.

L’éco-recharge, le packaging de demain ?

Ces efforts en matière de packaging passent par ailleurs par le développement des éco-recharges. La capacité de conditionnement des éco recharges est ainsi poussée à 28 millions par an. L’usage de ce contenant “permettrait de réduire le volume d’emballage utilisé de plus de 70 %”. “Nous sommes prêts depuis 20 ans !, remarque Eric Jacquemet qui regrette que le lancement de ce type de produits n’ait pas pris en France. C’est en train de changer”, constate-t-il, alors qu’il prédit que l’on verra bientôt ce type de conditionnement pour les cosmétiques capillaires, voire pour les produits ménagers.

Fleuron régional

En inaugurant l’agrandissement de son site historique, le groupe familial et indépendant, basé depuis 1969 à Neuville-en-Ferrain, réaffirme son ancrage régional. Sarbec fabrique 58 % de son chiffre d’affaires tenu secret pour ses propres marques : la bien connue Corine de Farme - enseigne historique de décoction alors vendue en pharmacie - mais aussi des produits pour Inessance, Jacamo, ses autres marques cosmétiques ou encore Quick’Net et Aseptonet, produits désinfectants. Le reste étant fabriqué pour le compte de clients, marques grand public ou de luxe. Des produits que l’on croise quotidiennement, leur vente étant réalisée en grande distribution, en e-commerce mais aussi dans les pharmacies, auprès d’hôpitaux et dans les aéroports pour les produits de luxe. “Nous fabriquons plus de 5 produits chaque seconde que nous distribuons dans 60 pays”, conclut le dirigeant, représentant de la troisième génération aux commandes de ce fleuron régional.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition