Pas-de-Calais

Industrie

Les Cartonneries de Gondardennes se diversifient dans l’emballage grande série

Par Elodie Soury-Lavergne, le 16 novembre 2020

Papetier-cartonnier fondé en 1897 dans le Pas-de-Calais, le groupe les Cartonneries de Gondardennes a lancé en septembre une nouvelle activité : la fabrication d’emballages carton de grande série. Fruit d’un investissement de 4,5 millions d’euros, cette activité doit constituer un nouveau relais de croissance pour ce groupe familial.

Bertrand Helle, directeur général des Cartonneries de Gondardennes.
Bertrand Helle, directeur général des Cartonneries de Gondardennes. — Photo : Les Cartonneries de Gondardennes

Fondées en 1897, les Cartonneries de Gondardennes ont des projets plein les cartons. Si certains sont encore confidentiels, l’un d’eux a vu le jour à la rentrée. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit du lancement d’une nouvelle et troisième activité. Cette entreprise à l’actionnariat familial, installée sur un site de 27 hectares à Wardrecques (Pas-de-Calais), s’est lancée en septembre dans la fabrication d’emballages carton en grande série (plus de 20 000 m²). Une initiative qui doit assurer à ce papetier-cartonnier de nouveaux relais de croissance. En 2019, le groupe centenaire affichait un chiffre d’affaires de 179 millions d’euros, dont 30 % réalisés à l’export, avec quelque 650 salariés.

Un nouveau relais de croissance

Les Cartonneries de Gondardennes comptent désormais trois activités. La première est la production de papier et ce, uniquement à partir de papiers et de cartons usagés. Une matière récoltée dans un rayon de 200 kilomètres autour du site de Wardrecques, par l’intermédiaire de récupérateurs, auprès de la grande distribution, de transformateurs (qui génèrent des chutes) ou encore de la collecte sélective des emballages ménagers. Ce papier fabriqué n’est pas vendu par l’entreprise, mais il lui sert de matière première dans le cadre de ses deux autres activités, à savoir la fabrication de plaques de carton ondulé et, depuis peu, la fabrication d’emballages carton en grande série.

Les plaques de carton ondulé sont destinées à une clientèle d’industriels transformateurs. Autrement dit, des fabricants de cartons. Cette activité, le groupe la réalise uniquement sur commande, avec des délais de 24 à 48 heures. « Sur les plaques de carton ondulé, nous possédons déjà des parts de marché importantes et le marché français évolue peu. Les relais de croissance pour notre groupe se situent plutôt sur la fabrication d’emballages carton en grande série. Ils nous apportent une clientèle nouvelle, essentiellement des industriels pharmaceutiques et de l’agroalimentaire, en France et au Benelux. Nous étions jusque-là peu présents sur ces deux secteurs », commente Bertrand Helle, directeur général du groupe.

Une croissance externe pour se doter d’un savoir-faire

« La fabrication d’emballages en grande série, c’est un métier différent de la fabrication de plaques de carton ondulé », reconnaît-il. Pour s’y préparer, le groupe Cartonneries de Gondardennes a fait l’acquisition courant 2019 d’un de ses confrères, le groupe Lacaux (CA 2018 : 52 M€), basé en Haute-Vienne et positionné sur les trois mêmes métiers. « Cette acquisition nous offrait une couverture géographique complémentaire et un savoir-faire sur la fabrication d’emballages grande série, qui représente déjà une part intéressante de leur activité », explique le directeur général.

Fin 2019, il décide d’investir dans une machine pour se lancer à son tour dans la fabrication d’emballages carton, avec un démarrage de la production planifié en septembre 2020. Un calendrier qui a été respecté en dépit de la crise sanitaire. L’investissement s’est élevé à 4,5 millions d’euros pour acquérir un combiné, c’est-à-dire une machine dédiée à cette activité. Celle-ci est capable de plier, découper, coller ou encore imprimer des plaques de carton ondulé pour fabriquer des emballages. Sur cette activité, le délai de fabrication est d’une semaine : « Il y a plus d’informations et d’étapes à gérer que lors de la fabrication de plaques de carton ondulé », explique Bertrand Helle. La machine, qui affiche une capacité de production de 20 000 caisses à l’heure, montera en puissance progressivement. Pour l’instant, deux salariés lui sont dédiés. « D’ici un an, cette nouvelle activité devrait peser 10 % du chiffre d’affaires », annonce le directeur général.

Un groupe résilient face à la crise

Depuis le début de la crise sanitaire, le groupe s’est montré particulièrement résilient. « Grâce à une alerte lancée par notre responsable qualité, nous avons pu anticiper cette crise avec la mise en place d’un plan de continuation de l’activité. Dès la fin du mois de février, des gestes barrières et des mesures de distanciation étaient en place dans l’entreprise, ce qui nous a permis de ne rien suspendre durant le confinement. Malgré tout, nous avons enregistré une baisse de 30 % de notre activité pendant cette période », constate Bertrand Helle. L’activité est ensuite progressivement remontée : « En septembre 2020, nous avons réalisé une activité équivalente à celle de septembre 2019 », se réjouit-il.

« Nous ne serons pas sur les niveaux de croissance qu’on attendait pour l’année 2020, admet-il toutefois. Mais la rentabilité est bonne. Nous avons abordé cette année de crise avec une situation financière saine et nous n’avons jusque-là pas rencontré de problèmes de trésorerie. La rentabilité opérationnelle a toutefois été un peu touchée par ce ralentissement ». Les Cartonneries de Gondardennes n’ont donc pas mobilisé de prêt garanti par l’État pour passer cette période, ni même fait appel au report de charges.

Le dirigeant n’est pas non plus inquiet face à l’autre incertitude du moment, celle du Brexit, notamment sur la question des accords commerciaux. « Les marchés anticipent toujours : ils n’attendent pas que les accords commerciaux soient signés ou non… Nos ventes diminuent depuis quelques années déjà en Angleterre », indique-t-il. Ce pays a représenté jusqu’à 15 % du chiffre d’affaires des Cartonneries, contre 7 % ces dernières années. « C’est une des autres raisons qui nous poussent à chercher des relais de croissance, même si nous sommes en phase de reconquête de l’Angleterre, grâce aux produits de spécialité et à la notoriété du groupe outre-Manche », souligne le dirigeant.

Une croissance durable

La croissance de l'entreprise, Bertrand Helle ne la conçoit pas autrement que durable. Depuis plusieurs années, elle est engagée dans une démarche écoresponsable forte. En 2009, les Cartonneries de Gondardennes ont lancé un plan de réduction de leur empreinte carbone. Un premier bilan réalisé dix ans plus tard a révélé une diminution de 10 % de cette empreinte, selon le dirigeant. Un récent investissement d’11,5 millions d’euros dans un réseau de chaleur doit permettre de la réduire de 30 % supplémentaires d’ici 2021, avant une nouvelle baisse de 15 % à l’horizon 2029.

« C’est une conviction du groupe. Dans les années 90 déjà, nous étions précurseurs en termes de consommation d’eau, avec la mise en place d’un circuit fermé », plaide le dirigeant. Ces actions sont appelées à se poursuivre, avec par exemple le remplacement programmé des systèmes d’éclairage par des Leds, ce qui permettrait de diviser la consommation par trois aux dires du dirigeant. Durant le confinement, les Cartonneries de Gondardennes ont également mis un outil en ligne, Optibox, à disposition de leurs clients transformateurs. Il leur permet de choisir la qualité de plaque de carton ondulé optimale en fonction de l’usage final, dans l’idée de diminuer le poids des emballages et donc leur empreinte carbone.

[Encadré] La France, 3e acteur européen du carton

En France, selon les chiffres publiés en 2018 par la fédération COF (Carton Ondulé de France), l’industrie du carton est un marché qui pèse 3,09 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit + 5,7 % par rapport à 2017. Il est occupé par 13 groupes, répartis sur 73 sites de production. Cela représente 11 600 salariés directs et 40 000 emplois indirects et induits. Le carton ondulé produit par cette filière est vendu à 20 % sous forme de plaques ou de rouleaux et à 80 % sous forme d’emballage. En 2019, 5,59 milliards de m² d’emballages carton ont ainsi été fabriqués. La France se situe au troisième rang européen, derrière les marchés allemand et italien, et au dixième rang mondial. Sur le marché de l’emballage en carton ondulé, la France présente un solde déficitaire et près de 90 % des importations françaises proviennent d’Europe. Durant la crise sanitaire, ce secteur a bénéficié d’une demande soutenue, en particulier sur les produits d’emballages en lien avec l’essor de l’e-commerce, mais aussi sur les produits d’hygiène dans le cas du papier.

Bertrand Helle, directeur général des Cartonneries de Gondardennes.
Bertrand Helle, directeur général des Cartonneries de Gondardennes. — Photo : Les Cartonneries de Gondardennes

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail