Nord

Numérique

L'éditeur de logiciels Sarbacane s'offre la start-up parisienne Datananas

Par Elodie Soury-Lavergne, le 29 avril 2020

Malgré le contexte de crise sanitaire, Sarbacane Software, éditeur lillois de logiciels de SMS et d'e-mailing marketing continue son développement et enrichit son offre en signant l'acquisition de la start-up parisienne Datananas. Celle-ci édite des logiciels dédiés à la prospection commerciale. Cette croissance est la première d'une longue série, pour accélérer et consolider le développement de l'entreprise.

Mathieu Tarnus, fondateur et dirigeant de Sarbacane Software.
Mathieu Tarnus, fondateur et dirigeant de Sarbacane Software. — Photo : Sarbacane

Malgré le contexte de crise sanitaire mondiale liée à l’épidémie de coronavirus, le lillois Sarbacane Software vient de réaliser l’acquisition de la start-up parisienne Datananas. Éditeur de logiciels dédiés aux campagnes marketing de SMS et d’e-mailing, Sarbacane enrichit son offre de services avec cette opération.

Née en 2015, Datananas édite de son côté des logiciels d’e-mailing, qui facilitent la prospection commerciale. « Nous sommes sur le même métier, mais nous adressons des cibles différentes. Les équipes de communication et marketing pour Sarbacane et les équipes commerciales, qui vendent en B to B, pour Datananas. Leur solution faisait partie des produits qu’on envisageait de lancer », résume Mathieu Tarnus, fondateur et dirigeant de Sarbacane Software.

Une activité soutenue malgré la crise

Les discussions ont démarré en novembre 2019. Arthur Ollier, cofondateur et codirigeant de Datananas, aux côtés de Romain Simon, a fait part à Mathieu Tarnus de sa volonté d’intégrer un groupe, pour accélérer son développement. La start-up, qui a facturé près de 500 000 euros en 2019, devrait atteindre dès cette année un chiffre d’affaires d’un million d’euros, avec 7 salariés. Les deux dirigeants actuels restent en place, ainsi que les locaux parisiens.

Cette opération, entièrement autofinancée, permet à Sarbacane de proposer un service supplémentaire à ses clients. La PME, qui emploie 85 salariés, affichait en 2019 un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros. « Nous visons les 14 millions d’euros en 2020, annonce Mathieu Tarnus, Sarbacane s’en sort plutôt bien dans cette phase de crise. » Cet éditeur de logiciel n’a pas eu de mal à s’organiser pour maintenir une activité en télétravail dans le contexte lié à l’épidémie de coronavirus. Il a par ailleurs enregistré des taux d’acquisition plus importants, avec une croissance de l’ordre de 30 % sur le seul mois d’avril. « J’étais un peu inquiet au début de la crise, reconnaît Mathieu Tarnus, j’ai même mis en pause le rachat de Datananas, qui était quasiment bouclé en février. Nous avons fini par l’enclencher de nouveau au bout de trois semaines. C’est important de montrer que la vie continue ».

D’autres acquisitions en vue

Cette première acquisition va aussi permettre à Sarbacane de roder le processus pour en réaliser d’autres, plus importantes. L’objectif étant d’accélérer sur les métiers de base, à savoir le SMS et l’e-mail marketing, en France comme en Europe. Mathieu Tarnus souhaite réaliser 30 % de l’activité à l’international en 2022, contre 10 % actuellement. Ces opérations seront par ailleurs une manière de sécuriser le groupe en diversifiant les activités.

Enfin, si la période est propice au développement de la PME, le dirigeant reste prudent : « Nous naviguons à vue. Il est difficile de prévoir les conséquences de la crise actuelle sur notre business plan à long terme. Nous ne sommes pas les plus exposés, car, à la reprise, les entreprises vont devoir communiquer. Mais s’il y a un ralentissement général de l’économie, nous serons forcément touchés ». En attendant, la PME n’a pas eu besoin de recourir au chômage partiel, ni au prêt garanti par l’État. Si elle compte maintenir le télétravail après le 11 mai, dans le respect des consignes du gouvernement, l’entreprise se prépare déjà à accueillir certains collaborateurs in situ, par roulement : « Il faut aussi penser à la santé psychologique des salariés qui supportent mal l’isolement ».

Mathieu Tarnus, fondateur et dirigeant de Sarbacane Software.
Mathieu Tarnus, fondateur et dirigeant de Sarbacane Software. — Photo : Sarbacane

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail