Nord

Habillement

La vie est Belt a choisi le made in France pour produire local, écologique et solidaire

Par Marie Boullenger, le 28 octobre 2019

La jeune société La vie est Belt, basée à Tourcoing (Nord) produit des ceintures à base de pneus de vélos recyclés. Une innovation écologique 100 % made in Hauts-de-France, dont la production participe à l’emploi local et solidaire.

Hubert Motte, dirigeant de la jeune société La vie est Belt.
6 000 ceintures ont été revalorisées dans l’atelier tourquennois soit 2 tonnes de pneus de vélos. — Photo : M. B.

Fabriquer des ceintures à partir de pneus de vélos recyclés : à partir de cette idée originale, Hubert Motte décide de fonder sa propre société à 24 ans, alors qu’il est encore étudiant. En 2017, il lance La vie est Belt, une marque de ceintures, dont la production allie écologie et développement de l’emploi local et solidaire.

Production locale sur toute la ligne

De la collecte de pneus dans la métropole lilloise à la conception dans l’atelier de Tourcoing, en passant par l’étiquetage à Halluin, la production est 100 % made in Hauts-de-France. Ces ceintures sont fabriquées chaque jour par deux salariés en situation de handicap dans l’atelier tourquennois du partenaire Altereos. Ce prestataire de services emploie à 85 % des collaborateurs fragilisés par un handicap.

« Mon idée était de créer un produit sympa qui fait partie de notre quotidien et qui, en plus, est positif pour l’environnement et l’emploi local. La production de masse détraque la planète et la vie des travailleurs. Je veux prouver qu’il existe une alternative et qu’on peut concevoir des produits qui n’engendrent que du positif », explique l’ancien cadre de Décathlon qui, au retour d’un voyage d’affaires en Chine, a pris conscience des effets « désastreux » de la production industrielle de masse.

Collecter de nouvelles matières recyclables

Installée à l'accélérateur Blanchemaille d'Euratechnologies, la start-up envisage d’élargir sa gamme d’accessoires et de recycler de nouvelles matières, dont le textile. Pour cela, La vie est Belt ouvre ses portes aux entreprises régionales, dont les déchets pourraient servir à la fabrication de nouveaux produits.

En attendant, la jeune marque propose 25 références de ceintures (39 € la pièce). Deux tiers de celles-ci sont vendus sur le site et un tiers dans une vingtaine d’enseignes partenaires. En croissance continue, la start-up (3 salariés) réalise 120 000 € de CA en 2018 et table sur le double en 2019.

Au total, 6 000 ceintures ont été revalorisées dans l’atelier tourquennois, soit 2 tonnes de pneus. Une belle alternative écologique, quand on sait qu’en Europe, 10 millions de pneus de vélos sont brûlés chaque année. Précurseur en France, l’entrepreneur se félicite de voir le concept se développer en Allemagne et en Italie.

Hubert Motte, dirigeant de la jeune société La vie est Belt.
6 000 ceintures ont été revalorisées dans l’atelier tourquennois soit 2 tonnes de pneus de vélos. — Photo : M. B.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.