Lille

Numérique

La start-up lilloise Fitizzy se taille une place de choix dans le prêt-à-porter

Par Virginie Wojtkowski, le 02 juin 2017

Après avoir créé l'algorithme permettant d'acheter en ligne la bonne taille de vêtement en prêt-à-porter adulte, enfant et bébé, Fitizzy s'attaque maintenant à vos pieds et prévoit 3 millions d'euros de chiffre d'affaires pour 2018.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L'assistant shopping 2.0 de la start-up Fitizzy, une application créée par les Lillois Sébastien Ramel et Gaultier Monier, s'est jusque-là illustrée dans le domaine du prêt-à-porter. Permettant de trouver sa juste taille sur internet, l'application Fitizzy s'est attirée les bonnes grâces de Promod, Cyrillus, Tommy Hilfinger, Celio, Pimkie, Brice, Devred, Denim ou encore Naf Naf, dans le prêt-à-porter adulte, puis enfant et bébé depuis peu. Dorénavant, c'est à vos pieds que Fitizzy voue une attention toute particulière.

Scans de pied en 3D

Fin avril dernier, la start-up basée à Euratechnologies a lancé une vaste campagne de scans de pied en 3D au sein d'Euratechnologies, en coopération avec l'ENSAIT, l'école d'ingénierie et d'innovation textile. Baptisée Footizzy, cette campagne lui a permis d'améliorer son expertise dans le domaine de la chaussure : « À partir des éléments récoltés, l'objectif de cette campagne est de recommander, comme c'est déjà le cas pour les vêtements, la bonne pointure de chaussures sans avoir à demander les mensurations aux utilisateurs de la solution », explique l'entreprise.

Nouvelles fonctionnalités

C'est un enrichissement de l'offre, « de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services », précise Sébastien Ramel, président de l'entreprise avant d'ajouter : « En croissance plus qu'en repositionnement, Fitizzy a par ailleurs amélioré et simplifié le passeport morphologique donné au vu d'informations de stature, de sexe et d'âge, demandées au client. Nous n'avons plus à lui demander ses mensurations exactes, en fonction de questions bien définies nous savons dorénavant déterminer sa taille pour tel ou tel vêtement dans telle ou telle marque. C'est le fruit de trois ans de R & D ».

La Chine et le Brésil via des partenaires locaux

En pleine opération de levée de fonds (ni le montant ni les acteurs ne sont communiqués), Fitizzy indique tout de même que la recapitalisation devrait se clore avant fin juin. Objectif : accélérer le développement à l'international en finançant le recrutement. Dans le viseur de la start-up, la Chine et le Brésil doivent être conquis via des partenaires locaux. Le territoire européen est, lui, à portée des filiales des marques françaises avec lesquelles Fitizzy travaille. « Sur le développement à l'étranger, nous avons des perspectives en Europe et aux USA, ça passera par l'ouverture de bureaux et du recrutement sur place : nous avons des vues sur Londres, New York ou Berlin », confiait déjà Sébastien Ramel fin 2014.

Cabines physiques

La levée de fonds doit également accompagner les efforts R & D de Fitizzy sur de nouveaux produits. « À nos débuts, nous nous sommes concentrés sur l'e-commerce. Fitizzy est maintenant présent dans les points de vente avec son Fitiroom », ajoute Sébastien Ramel. Commercialisée auprès de la marque pour hommes Brice et du centre commercial Rivetoile à Strasbourg, la Fitiroom est un dispositif capable de déterminer la taille à choisir dans un magasin donné, au moyen de capteurs et sans devoir se déshabiller. L'appareil qui détermine votre « passeport morphologique » s'adapte, dans sa forme, à l'espace de l'enseigne. « Il peut ressembler à une sorte de Photomaton ou une borne. L'outil est fabriqué en partenariat avec des entreprises françaises », ajoute le dirigeant, qui ne veut pas dévoiler trop d'éléments à la concurrence. Les vêtements non ajustés sont l'une des principales raisons du retour. « Sur Internet, ça représente 70 % des ventes retournées. En rassurant sur la taille, notre application déclenche des achats et limite 25 % des ventes retournées », conclut Sébastien Ramel.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail