Pas-de-Calais

Technologies

La PME Aquarese accélère en Asie et aux États-Unis

Par Élodie Soury-Lavergne, le 25 septembre 2017

Après s'être longtemps développée uniquement en Europe, la PME Aquarese installe des équipes à Seattle et Singapour.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Depuis Billy-Berclau, dans le Pas-de-Calais, la PME Aquarese rayonne à l'international : après s'être longtemps développée en Europe, elle accélère aujourd'hui aux États-Unis et en Asie. Aquarese réalise actuellement plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export. La PME affiche deux activités : la conception-fabrication de machines (60 % à 70 % de son CA) et des services (de 30 à 40 %), par exemple la découpe sous contrat. Deux activités que le dirigeant, Patrick Dargent, veut continuer à faire croître en parallèle. La PME travaille à 75 % pour le secteur aéronautique, en croissance (+ 2 % attendus en 2017 selon Deloitte), le reste étant réparti entre les secteurs automobile, l'armement, la défense et l'énergie.

Vers un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros

Après avoir souffert de la crise économique, Aquarese a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires d'un peu moins de 10 millions d'euros et est de nouveau rentable depuis trois exercices. Pour 2017, elle vise cette fois les 12 millions d'euros. « Nous avons une courbe de croissance forte, qui est portée par notre développement géographique. Nous pouvons désormais proposer nos produits et services en Asie et aux États-Unis ». Pour s'y développer, la PME a choisi d'implanter des équipes sur place : elle compte pour le moment huit personnes aux États-Unis ainsi qu'une force commerciale en Asie, qui comptera également par la suite une équipe de six salariés. « Ces derniers sont en général recrutés parmi les locaux sauf pour les commerciaux. Il est plus facile pour un commercial français de passer d'un pays asiatique à un autre alors qu'un japonais ne sera pas forcément bien vu en Chine, par exemple », explique le dirigeant. Grâce à l'accélération sur ces zones, Aquarese compte atteindre rapidement un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros. Pour faire face à ce développement, la société recrute d'ailleurs dix personnes cette année.

Le soutien du groupe Shape

Si la PME peut à présent se développer au-delà de l'Europe, c'est grâce au soutien du groupe américain Shape (CA : 400 millions de dollars et 1.200 salariés). Celui-ci est né il y a cinq ans, de la réunion de onze entreprises situées partout dans le monde : américaines, suédoises, françaises, coréennes, anglaises, etc. « Leur idée était de regrouper deux ou trois sociétés généralistes et quelque PME spécialistes. Aquarese a noué un partenariat commercial avec Shape il y a deux ans, avant que ce groupe ne rachète 100 % du capital il y a un an », indique Patrick Dargent. Une opération qui a donné à la PME les moyens financiers suffisants pour investir, tout en la dotant d'une force commerciale sur l'ensemble des continents. Aquarese profite aujourd'hui des implantations des autres sociétés du groupe pour s'installer en Asie et aux États-Unis : « Nos salariés sont hébergés là-bas dans les locaux de la société Flow à Seattle et à Singapour. Nous profitons ainsi des infrastructures du groupe et nous hébergeons en retour des services et des personnes d'autres sociétés du groupe ». Le dirigeant ajoute : « Nous avons vocation à devenir une base technique pour le groupe Shape en Europe ».

Pour cet hébergement et aussi dans le cadre de son développement, la société loue depuis février un deuxième local de 1.500 m² dans le parc des industries Artois-Flandres. D'ici à la fin de l'année 2018, elle espère pouvoir y trouver un bâtiment assez grand pour y emménager, réunissant ainsi ses deux sites en un seul.

 

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition