Nord

Agroalimentaire

La Brasserie du Pays Flamand double sa superficie et modernise son équipement

Par Carine Mandère, le 18 juillet 2022

Grâce à une extension de son deuxième site dans le Nord, la Brasserie du Pays Flamand va pouvoir augmenter sa production de bière, dont la célèbre Anosteké. Totalisant désormais 5 000 m2 de superficie totale, l'espace nouvellement équipé va permettre à la PME de moderniser son fonctionnement.

Mathieu Lesenne et Olivier Duthoit ont cofondé la Brasserie du Pays Flamand en 2006 dans le Nord.
Mathieu Lesenne et Olivier Duthoit ont cofondé la Brasserie du Pays Flamand en 2006 dans le Nord. — Photo : Carine Mandère

En croissance continue, la Brasserie du Pays Flamand double la superficie de son deuxième site de production, à Merville (Nord), inauguré en 2018. L'extension de 2 500 m2, dont 1 000 m2 de nouvel espace de stockage, va permettre d'augmenter les volumes du producteur de bière : "Avec l'ajout d'une ligne de production et de cuves, nous prévoyons une capacité de production de 42 000 hectolitres en 2022, anticipe Mathieu Lesenne, cofondateur en 2006 avec Olivier Duthoit de la brasserie (37 salariés), dont le siège est situé à Blaringhem (Nord). En 2021, nous en avions produits 30 000."

Un robot pour conditionner les fûts

Le chiffre d'affaires est en évolution régulière, avec une projection à 11 millions d'euros pour l'exercice 2022. L'investissement global de 4,5 millions d'euros réalisé pour l'agrandissement du bâtiment et le nouvel équipement répond à plusieurs objectifs. "Nous nous sommes modernisés avec un ERP (logiciel intégré de gestion des process de l'entreprise, NDLR) afin de gérer notre stockage de façon numérique, et nous améliorons le confort au travail pour le port de charge", explique Mathieu Lesenne.

Un robot facilite désormais le conditionnement des fûts de bière. "Nous préoccuper des risques de troubles musculosquelettiques des salariés était important. Ce robot gère les déplacements répétitifs des charges lourdes mais n'a pas occasionné de suppression de poste de collaborateurs", souligne le cofondateur.

Bilan carbone

Les dirigeants de la Brasserie du Pays Flamand veulent conserver un fonctionnement convivial. "Nous avons des ambitions de croissance mais nous voulons rester une entreprise à taille humaine, confie Mathieu Lesenne. La responsabilité sociétale (RSE) est également un enjeu essentiel. "Nous cherchons à répondre aux grands enjeux d'avenir sur les plans environnemental et géopolitique. Nous avons calculé notre bilan carbone et réfléchissons régulièrement à la meilleure gestion possible de nos déchets, de nos emballages et nos transports."

Sur le site de Merville, une nouvelle solution a d'ailleurs été installée pour récupérer l'énergie fatale liée à la production : la chaleur générée par les cuves de bière est acheminée vers les bureaux. D'ici fin 2022, une pose de 2 400 m² de panneaux photovoltaïques est également prévue.

Gamme de boissons non alcoolisées

La conjoncture donne quelques incertitudes financières. Le cours de l'orge brassicole a bondi (+72 %) depuis le début de la guerre en Ukraine. Les tarifs des bouteilles en verre et du carton ont grimpé aussi : respectivement, une augmentation de 20 % et et de 25 %. "Pour l'instant, nous n'avons pas reporté ces hausses", indique Mathieu Lesenne. "Les contrats annuels qui nous lient la grande distribution sont renégociés à la rentrée. Nous allons voir comment compenser ces surcoûts, nous augmenterons probablement un peu nos prix."

Leur bière vedette, l'Anosteké, sacrée en 2021 meilleure bière blonde du monde lors des World Beer Awards, est consommée à 80 % dans les Hauts-de-France. Leurs autres créations fabriquées à Merville ou sur le site historique de Blaringhem rencontrent également un succès grandissant. Les deux quadragénaires souhaitent aussi développer leur gamme de boissons non alcoolisées, dont plusieurs parfums de kombucha. "Mais nous ne ferons pas de bière sans alcool, le process de fabrication n'étant pas naturel", précise Mathieu Lesenne.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition