Nord

Industrie

Flipo-Richir ouvre une filiale en Guinée

Par Elodie Soury-Lavergne, le 09 mai 2018

Installée à Seclin (Nord), la PME d'électromécanique Flipo-Richir vient de mettre le pied en Guinée. Pour se développer, la société mise sur l'export, qui représente déjà 40 % de son chiffre d'affaires.

La PME lilloise Flipo-Richir souhaite réaliser plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export dans 5 ans.
La PME lilloise Flipo-Richir souhaite réaliser plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export dans 5 ans. — Photo : Flipo-Richir

Flipo-Richir ouvre une filiale en Guinée. « Pour les petites structures comme nous, la clé du développement c’est l’innovation et l’export, sans quoi on assiste simplement à l’érosion de nos marges sur le marché français… », justifie Christophe Debendère, le président de cette PME installée à Seclin (Nord). Cette société d’électromécanique intervient en milieu industriel et tertiaire pour des travaux neufs, de la rénovation, de la maintenance et du service après-vente. Elle opère sur des moteurs et alternateurs, des transformateurs, des groupes électrogènes et des automatismes industriels.

L’export, vecteur de croissance

En 2017, Flipo-Richir a réalisé avec 65 salariés un chiffre d'affaires de 11 M€, dont 40 % à l'export. « L'objectif est de dépasser les 50 % dans cinq ans, en misant notamment sur l'Afrique », explique le dirigeant. La PME est présente sur ce continent depuis trois ans : en 2015, elle décrochait un contrat de 3 M€ au Cameroun concernant la rénovation de matériel pour une usine d'aluminium.

Aujourd'hui, c'est la Guinée qui est en ligne de mire. « C'est un peu le château d'eau de l'Afrique : il y a un fort potentiel dans la rénovation de matériel hydroélectrique. On y trouve aussi des mines avec d'importantes machines à entretenir », explique le dirigeant. Il ajoute : « La Guinée compte peu d'entreprises de services. Il y a donc une demande de la part des industriels locaux. Nous avons un partenaire sur place, sur lequel nous allons appuyer notre développement ».

Un modèle que le dirigeant juge indispensable : « Ça ne sert à rien de partir faire de la prospection tout seul en Afrique. Pour revenir avec des devis, il faut travailler avec des personnes déjà bien introduites dans les milieux économiques ». Ce partenaire guinéen, Christophe Debendère l’a rencontré grâce à une entreprise française avec laquelle il intervient au Cameroun.

Une base pour se développer en Afrique

Pour ouvrir cette filiale, la PME a obtenu 600 000 € de la part Bpifrance pour financer du matériel spécifique, et la même somme auprès de banques privées. Elle a également été accompagnée par Business France pour une étude de marché et de la concurrence. Pour le moment, la filiale compte une équipe de 5 à 6 personnes. Ce sont des salariés français de Flipo-Richir qui font le déplacement avant la mise en place d’une équipe définitive, « quand le volume le justifiera », commente le dirigeant.

S’il est encore difficile d’établir un prévisionnel, Christophe Debendère indique avoir déjà réalisé des chiffrages à plus d’1 M€ sur certaines affaires. « La difficulté là-bas réside dans la gestion du timing : la prise de décision est plus longue qu’en France et parfois, quand il y a une urgence, la situation se débloque d’un seul coup ». La PME a déjà envoyé du matériel sur place et compte y déployer des containers ateliers : « Ce seront des ateliers mobiles qui se déplaceront de sites en sites. Nous attendons de signer 2 ou 3 premières grosses affaires pour les mettre en place ». Le dirigeant compte faire de cette filiale en Guinée une base pour se développer dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

La PME lilloise Flipo-Richir souhaite réaliser plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export dans 5 ans.
La PME lilloise Flipo-Richir souhaite réaliser plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'export dans 5 ans. — Photo : Flipo-Richir

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail