Hauts-de-France

Banque

Filiale de la Caisse d'Epargne, la Banque de l'Orme accompagne les entreprises en procédure collective

Par Jeanne Magnien, le 09 juillet 2019

La Caisse d’Épargne Hauts-de-France lance un service inédit dans la région. Sa nouvelle filiale, la Banque de l’Orme se donne pour mission d’accompagner les entreprises en situation de redressement, continuation ou liquidation.

Laurent Roubin (à gauche) et Thierry Loste (à droite) ont présenté l'équipe de la Banque de l'Orme Hauts-de-France. Dédiée à l'accompagnement des entreprises en procédure collective, elle est dirigée par Antoine Malard (troisième en partant de la gauche).
Laurent Roubin (à gauche) et Thierry Loste (à droite) ont présenté l'équipe de la Banque de l'Orme Hauts-de-France. Dédiée à l'accompagnement des entreprises en procédure collective, elle est dirigée par Antoine Malard (troisième en partant de la gauche). — Photo : Jeanne Magnien - Le JDE

La Caisse d’Épargne Hauts-de-France complète son offre en direction des entreprises, avec la volonté affichée d’offrir « un accompagnement à 360° » à sa clientèle d’entreprises. Elle lance donc dans la région la Banque de l’Orme, un dispositif destiné aux entreprises en procédure collective, expérimenté depuis quelques années par la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes.

« Avec environ 40 000 clients professionnels, un chiffre en hausse de 12 % en 2018, nous sommes aujourd’hui la banque d’une entreprise sur cinq dans les Hauts-de-France. Nous voulons être les interlocuteurs privilégiés des entreprises tout au long de leur vie, et les procédures collectives font parfois partie de ce parcours. Avec un accompagnement sur-mesure, nous essaierons de leur faire passer au mieux ce moment délicat, » présente Laurent Roubin, le président du directoire de la Caisse d’Epargne Hauts-de-France.

Mettre en avant la proximité

Concrètement, la banque de l’Orme compte se faire une place sur un marché de niche, jusque-là réservé à deux banques privées parisiennes, en jouant la carte de la proximité. La banque s’adressera à tous types d’entreprises, des artisans aux grandes entreprises, en situation de liquidation, de redressement ou de continuation d’activité. Dans ces situations difficiles, l’administrateur judiciaire et le dirigeant d’entreprise choisissent une nouvelle banque où faire migrer les comptes de l’entreprise. « Outre une gestion en coopération étroite avec l’administrateur judiciaire, il faut faire preuve de réactivité : c’est une période où chaque euro compte, à la fois pour récupérer du chiffre d’affaires et pour regagner la confiance des fournisseurs, » commente pour sa part Thierry Lhoste, membre du directoire en charge du pôle entreprises, institutionnels et territoires.

Environ 300 clients à l'année

La Banque de l’Orme compte trois chargés d’affaires, dirigés par Antoine Malard, qui a été nommé à la tête de la filiale. Alors que quelque 4 233 entreprises ont été concernées par une procédure collective en 2018 (une hausse de 1,3 %), la Caisse d’Epargne, se basant sur l’expérience menée en Rhône-Alpes, estime que sa filiale pourrait accompagner environ 300 entreprises de la région par an.

Laurent Roubin (à gauche) et Thierry Loste (à droite) ont présenté l'équipe de la Banque de l'Orme Hauts-de-France. Dédiée à l'accompagnement des entreprises en procédure collective, elle est dirigée par Antoine Malard (troisième en partant de la gauche).
Laurent Roubin (à gauche) et Thierry Loste (à droite) ont présenté l'équipe de la Banque de l'Orme Hauts-de-France. Dédiée à l'accompagnement des entreprises en procédure collective, elle est dirigée par Antoine Malard (troisième en partant de la gauche). — Photo : Jeanne Magnien - Le JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.