Nord

Textile

Interview FashionCube : "Nous voulons produire nos vêtements à proximité des lieux de consommation"

Entretien avec Christian Kinnen, chef de projet FashionCube Denim Center

Propos recueillis par Elodie Soury-Lavergne - 21 mai 2021

Le groupement d’intérêt économique FashionCube, créé par la famille Mulliez pour regrouper ses marques de prêt-à-porter Bizzbee, Grain de Malice, Jules, Pimkie, Orsay et RougeGorge Lingerie, va implanter une usine de jeans à Neuville-en-Ferrain (Nord). Ce projet vise à transformer le modèle économique de ces marques, en misant sur le circuit court. Explications avec Christian Kinnen, qui porte ce projet.

Christian Kinnen, chef du projet FashionCube Denim Center, une usine de jeans qui va voir le jour fin 2021 à Neuville-en-Ferrain (Nord).
Christian Kinnen, chef du projet FashionCube Denim Center, une usine de jeans qui va voir le jour fin 2021 à Neuville-en-Ferrain (Nord). — Photo : FashionCube

Qu’est-ce qui a motivé l’implantation d’une usine de fabrication de jeans dans le Nord ?

Je travaille sur ce projet depuis trois ans. Il aurait pu être remis en cause par la crise sanitaire, car nos marques ont souffert, mais nous avons au contraire décidé d’accélérer. L’ambition est de transformer le modèle économique de FashionCube (1,5 Md€ de CA, 9 000 salariés, 2 300 magasins NDLR). Nous voulons produire uniquement ce que les marques sont en mesure de vendre, sans gâcher, ni brader de produits. Cela signifie une production locale, pour servir une consommation locale. Cette future usine représente un investissement de 3,5 millions d’euros. Ces jeans produits dans les Hauts-de-France vont être commercialisés dès le premier trimestre 2022, à des prix allant de 40 à 60 euros, ce qui représente un surcoût maîtrisé d’environ 20 % pour le consommateur. Pour FashionCube, le surcoût est plus élevé, mais ce projet est viable. D’abord, en raison de choix technologiques qui vont nous permettre de produire le moins cher possible. Ensuite, parce qu’en produisant uniquement ce que le client achète, nous donnons plus de valeur au produit et nous allons limiter, voire annuler, la décote produits et peut-être même ne pas avoir d’invendus.

Combien d’emplois ce projet va-t-il générer ?

Dans cette usine, nous allons réaliser la coupe, la confection, l’assemblage ainsi que le délavage des jeans. Nous visons un démarrage de la production au dernier trimestre 2021 avec 60 salariés. Nous avons déjà recruté notre directrice d’usine, en la personne d’Anne-Laure Roger, ingénieur textile de formation. Les autres recrutements vont démarrer durant l’été et, en vitesse de croisière, l’usine comptera 105 salariés. Notre objectif est d’avoir un impact social positif, en recrutant un maximum au sein du tissu local et en recherchant des profils variés : juniors, seniors, personnes en situation de handicap, en insertion, etc. Sur ce dernier profil, nous allons par exemple capitaliser sur les personnes qui se sont formées à la confection durant cette crise sanitaire, via la réalisation de masques. Nous voulons aussi intégrer 20 à 30 % de salariés issus de quartiers prioritaires de la ville.

Comment ce projet de relocalisation est-il appelé à évoluer ?

L’usine aura une capacité de fabrication de 410 000 jeans par an, que nous allons atteindre progressivement. Nous devrions d’ailleurs être en mesure de doubler cette capacité s’il le fallait, pour lancer la même démarche sur d’autres catégories de produits. Je considère ce projet comme un démonstrateur. Nous voulons prouver qu’il est possible de fabriquer en France, en circuit court. Quand ce sera fait, nous pourrons dupliquer cette usine. Tout dépendra du succès commercial rencontré… Quant à la manière dont nous allons mettre ces produits en avant dans nos magasins, c’est en cours de réflexion. Notre objectif premier est de saturer ce nouvel outil de production et, ensuite, nous pourrons le dupliquer. Ce ne serait plus forcément dans les Hauts-de-France, mais ailleurs dans l’Hexagone ou en même en dehors. L’idée serait de doter FashionCube d’un réseau d’unités de production, à proximité des lieux où se trouvent les clients.

Christian Kinnen, chef du projet FashionCube Denim Center, une usine de jeans qui va voir le jour fin 2021 à Neuville-en-Ferrain (Nord).
Christian Kinnen, chef du projet FashionCube Denim Center, une usine de jeans qui va voir le jour fin 2021 à Neuville-en-Ferrain (Nord). — Photo : FashionCube

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail