Nord

Accompagnement

Entreprise & Cités et l’Association Famille Mulliez entrent au capital de l’incubateur Euratechnologies

Par Jeanne Magnien, le 23 juin 2022

Tournant dans l’histoire de l’incubateur lillois Euratechnologies, qui ouvre son capital au monde de l’entreprise en accueillant deux petits nouveaux : l’Association Famille Mulliez et le fonds d’investissement Entreprises & Cité. Ils participent à hauteur de 7 millions d’euros.

L’incubateur lillois Euratechnologies lève 24 millions d’euros et fait participer, pour la première fois, l’AFM et le fonds de dotation Entreprises & Cités.
L’incubateur lillois Euratechnologies lève 24 millions d’euros et fait participer, pour la première fois, l’AFM et le fonds de dotation Entreprises & Cités. — Photo : Jeanne Magnien

Euratechnologies augmente son capital, et y fait entrer deux poids lourds de l’entrepreneuriat des Hauts-de-France. Alors que l’incubateur lillois lève 24 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques que sont la Métropole Européenne de Lille, la Région Hauts-de-France et la Ville de Lille, ainsi que le Crédit Agricole Nord de France, le Crédit Mutuel Nord Europe et la Caisse d’Épargne Hauts de

France, l’Association Famille Mulliez et le fonds de dotation Entreprises & Cités mettent également au pot, à hauteur de 7 millions d’euros.

"7 millions d’euros, et a fortiori 24, c’est beaucoup, rapporté au capital d’Euratechnologies [non communiqué, ndlr]", souffle Thierry Dujardin, le directeur général d’Entreprises & Cités. Un geste fort, et loin d’être symbolique, pour ces deux structures, autour desquelles gravite plus d’une centaine des plus belles entreprises régionales.

"Nous sommes très fiers de nous associer à ce projet génial. Nous réalisons aujourd’hui le souhait de Pierre de Saintignon quand il a créé Euratechnologies, de voir le rapprochement entre les start-up et les entreprises régionales plus traditionnelles. La nouvelle direction d’Euratechnologies a entamé une réflexion stratégique en ce sens, et a estimé que c’était le bon moment. Nous sommes ravis de l’accompagner dans la mise en œuvre de son plan ambitieux," se félicite Thierry Dujardin.

Conseil de surveillance

À l’issue de cette opération, l’AFM et Entreprises & Cité occuperont trois postes au sein du conseil de surveillance de l’incubateur, et devraient également être présents dans certains comités opérationnels. De là, ils pourront participer au pilotage de l’incubateur pour les cinq prochaines années, à un moment qui pourrait se révéler pivot.

"Au travers d’Euratechnologies, nous allons accompagner l’accélération de la transformation des entreprises régionales. Nous voulons vraiment créer des connexions entre ces deux mondes, nos entreprises d’une part, et les start-up d’Euratechnologies d’autre part, et les soutenir dans leur développement. De gros investissements sont prévus à Euratech sur la période qui s’ouvre, d’un point de vue structurel d’abord, sur du foncier, dans du matériel, d’ici trois ou quatre ans. Mais aussi, sur de l’humain, avec des recrutements prévus à des postes clés, au niveau des RH et des projets internationaux, notamment," se projette Thierry Dujardin.

L’international est en effet l’un des axes forts du plan de développement d’Euratechnologies pour les cinq ans à venir. L’incubateur, qui se présente comme le plus grand d’Europe, avec 300 start-up et 6 500 salariés, compte améliorer la visibilité de son écosystème à l’étranger, et attirer de nouveaux talents. En parallèle, le plan prévoit des approfondissements sur les thématiques de la cybersécurité, et de la transition écologique, dont les PME régionales feraient bien de s’emparer, pointe Thierry Dujardin.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition