Hauts-de-France

Automobile

Durisotti fait de l'innovation son moteur

Par Elodie Soury-Lavergne, le 20 décembre 2017

Entré dans une phase de retournement pérenne, le constructeur-carrossier Durisotti, basé à Sallaumines, mise sur l'innovation pour accélérer son développement. Il compte notamment réinventer le camion de livraison.

François Loor, dirigeant de la société Durisotti, basée à Sallaumines.
François Loor, dirigeant de la société Durisotti, basée à Sallaumines. — Photo : Elodie Soury-Lavergne, le Journal des entreprises

Après avoir annoncé en 2015 le lancement de véhicules avec des panneaux en lin, le constructeur-carrossier Durisotti, basé à Sallaumines, entame la phase d’industrialisation. « Nous sommes en train de recevoir les machines spécifiques nécessaires et dès l’année prochaine, nous allons basculer toute notre production de panneaux en polyester vers les panneaux en fibre de lin », annonce le dirigeant, François Loor. Si l’investissement consenti reste confidentiel, il est tout de même révélateur de la situation de l’entreprise, que François Loor résume ainsi : « Durisotti est entré dans une phase de retournement pérenne ».



De la diversification à l’innovation

Après avoir connu une période difficile, qui l’a conduite à être placée en redressement judiciaire, la PME Durisotti enregistre cette année un retour à la rentabilité. Et à celui-ci s’ajoute de bonnes prévisions pour l’année 2018, selon François Loor, ainsi qu’un passif déjà réduit par trois, sachant que celui-ci avait été lissé sur 10 ans dans le cadre du redressement judiciaire. « La progression du chiffre d’affaires est d’environ 30 % sur les dix derniers mois », complète le dirigeant. Le CA prévisionnel pour 2017 est ainsi évalué à 40-44 millions d’euros, avec près de 18.500 véhicules produits. Pour remettre l’entreprise sur les rails, François Loor a d’abord fait le choix de la diversification, en suivant la voie de la sous-traitance industrielle : le groupe a ainsi travaillé avec la start-up Unéole, pour la production de ses pales d'éoliennes en lin, avec Décathlon, Plast-up ou encore pour les domaines agricoles, ferroviaires, etc. Une manière de mettre ses moyens de production à la disposition d’autres entreprises, afin de ne pas souffrir d’une surcapacité industrielle. Mais depuis 2015, c’est l’innovation qui devient peu à peu le moteur de la PME.


Accélérer le développement

Tandis que la production de véhicules avec des panneaux en lin se met en route, Durisotti vient de dévoiler une deuxième innovation, destinée à faciliter l’utilisation de véhicules utilitaires légers dans le cadre de livraison de petites marchandises. Baptisée T-Box, cette solution consiste en l’installation de compartiments à l’intérieur du véhicule, permettant à la fois de ranger les colis sur l’ensemble de la surface disponible de l’utilitaire, mais aussi de les faire sortir de manière automatique par la porte arrière ou par les portes latérales lors de la livraison. « Nous avons développé cette solution en nous basant sur des retours d’expériences clients », explique François Loor. T-Box permet donc de limiter les risques liés à la manipulation pour le salarié, tout en rendant le véhicule plus efficace. En test partiel chez des clients, cette solution a vocation à être commercialisée dès 2018. Couplées au retournement de l’entreprise, ces innovations vont lui permettre d’accélérer son développement. « Cela va nécessiter d’investir très vite et beaucoup », souligne François Loor, avant d’ajouter : « Nous menons actuellement une réflexion pour ouvrir le capital, tout en restant une entreprise familiale ».

François Loor, dirigeant de la société Durisotti, basée à Sallaumines.
François Loor, dirigeant de la société Durisotti, basée à Sallaumines. — Photo : Elodie Soury-Lavergne, le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.