Pas-de-Calais

Technologies

Drumistic devient Redison pour poursuivre sa croissance

Par Elodie Soury-Lavergne, le 03 septembre 2018

La start-up Drumistic, créée par Jérôme Dron en 2017, adopte une nouvelle identité. Sous le nom Redison, elle compte élargir son terrain de jeu. Cette start-up basée à Lens, qui propose des baguettes connectées pour jouer de la batterie sans batterie, s'apprête à lancer un produit dans le domaine médical.

Jérôme Dron, fondateur de la start-up Redison.
Jérôme Dron, fondateur de la start-up Redison. — Photo : Redison

Fondée en 2017 par Jérôme Dron, Drumistic change de nom et devient Redison. Batteur amateur depuis une quinzaine d'années, cet entrepreneur a mis au point une solution pour jouer de la batterie, sans batterie, grâce à des baguettes connectées. Ce changement d'identité doit permettre à cette jeune société, installée au sein du Louvre Lens Vallée,  de poursuivre sa croissance dans d'autres domaines que celui de la musique.

La commercialisation est lancée

Redison vient de lancer la fabrication de son premier produit, baptisé Senstroke. Il s'agit de capteurs de 13 grammes, qui viennent équiper n'importe quelles baguettes de batterie, pour pouvoir jouer de cet instrument sans qu'il ne soit présent. Couplés à une application sur smartphone, ces capteurs permettent de s'entraîner n'importe où et sur n'importe quel support, le tout en gérant le volume sonore. Il suffit à l'utilisateur d'indiquer à l'application qu'un coussin fait par exemple office de caisse claire et un livre, de cymbale.

Les commandes sont ouvertes sur le site web de la marque et des discussions sont en cours avec des magasins en France et des distributeurs à l'étranger. Les premières livraisons de produits interviendront en octobre. Pour lancer la production et recruter, la start-up vient de boucler une levée de fonds, dont le montant n'a pas été communiqué. D'ici la fin de l'année, Redison comptera 6 collaborateurs. Jérôme Dron mise sur un chiffre d'affaires minimum de 3,5 M€ en 2020, tout en étant à l'équilibre.

Une diversification en vue

« Durant le lancement de ce premier produit, nous avons été contactés par des personnes dans le domaine médical : elles sont intéressées par notre technologie, notamment dans le domaine de la rééducation », raconte Jérôme Dron. Avec cette diversification en vue, la jeune société a donc opté pour un nom à consonance anglo-saxonne, et faisant moins référence à l'univers de la musique. D'autant qu'elle pourrait s'ouvrir à d'autres secteurs encore par la suite. Et tandis qu'elle avance sur la conception d'un premier produit pour le secteur médical, la start-up lance la R&D pour un deuxième produit dans l'univers de la musique, qui concerna encore la batterie.

Jérôme Dron, fondateur de la start-up Redison.
Jérôme Dron, fondateur de la start-up Redison. — Photo : Redison

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail