Nord

Distribution

DPDO mise sur les pièces détachées pour conforter sa croissance

Par Jeanne Magnien, le 19 février 2019

Placée en liquidation pour cause de mauvaise gestion, la PME nordiste DPDO Flandres, spécialisée dans les pièces détachées pour l’électroménager, a été reprise en mars 2016. Rebaptisée DPDO Distribution, elle reprend peu à peu sa place sur un marché en expansion.

Arnaud Jonglez, PDG de DPDO Distribution dans le Nord
Arnaud Jonglez a repris DPDO à la barre du tribunal de Valenciennes en mars 2016. Depuis, la PME, spécialisée dans la vente de consommables et pièces détachées d'électroménager, a retrouvé croissance et rentabilité. — Photo : Jeanne Magnien - Le JDE

Reprise à la barre du tribunal de Valenciennes en mars 2016, la PME DPDO, située à Sars-et-Rozières (Nord), a depuis repris des couleurs. Mais l’entreprise spécialisée dans les pièces détachées pour l’électroménager reste marquée par une histoire compliquée, une mauvaise gestion teintée de soupçons de malversations l’ayant conduite à la liquidation. « Quand j’ai repris l’entreprise, le chiffre d’affaires était tombé à 8 M€, contre 10 M€ précédemment, mais il était clair que la situation était due à une mauvaise gestion, pas au marché, retrace Arnaud Jonglez, le nouveau dirigeant de DPDO. Pour autant, cela a été très compliqué de trouver des partenaires, notamment bancaires, pour m’accompagner dans mon projet, puisque l’entreprise avait laissé des dettes importantes auprès des fournisseurs comme des banques. »

Cet habitué des reprises, avec déjà quatre expériences réussies à son actif, trouve néanmoins des partenaires pour rassembler les 1,5 M€ nécessaires. Finorpa et Autonomie & Solidarité apportent 30 % des fonds, le reste provenant de fonds propres et d’emprunts bancaires. Arnaud Jonglez reprend l’ensemble des actifs et des 42 salariés de DPDO Flandres, qui devient DPDO Distribution, et se retrousse les manches. Avec succès : l’entreprise est de nouveau rentable dès le premier exercice, et réalise aujourd’hui un chiffre d'affaires de 9,5 M€, en croissance.

Profiter d'une demande en forte hausse

Porté par la législation imposant aux constructeurs et vendeurs d’électroménager de fournir des pièces pendant des durées de plus en plus longues, le secteur profite en effet d’un regain d’intérêt des consommateurs, qui préfèrent désormais réparer plutôt que jeter leur matériel.

Le chiffre d’affaires de DPDO provient pour moitié de la vente de petits consommables pour électroménager, sacs et embouts d’aspirateurs ou autres cloches pour micro-ondes, disponibles en grande distribution. 25 % du CA provient de la vente de pièces détachées pour l’électroménager de grandes marques, toujours dans la grande distribution généraliste ou spécialisée, et sur Internet. « Nous avons un site web qui référence 2,5 millions de pièces détachées. Il est mis à la disposition de nos clients, qui peuvent le mettre aux couleurs de leur propre SAV. Mais derrière, c’est nous qui gérons l’ensemble du site et de la logistique, créons les fiches produits, enregistrons les commandes des SAV comme des particuliers, et procédons aux expéditions », détaille Arnaud Jonglez. Un travail de fourmi, qui demande d’avoir plus de 140 000 pièces en stock.

Cette activité sur les pièces détachées se décline différemment pour les marques de distributeurs, dans l’électroménager comme le bricolage. « Pour le compte de nos clients en marque propre, nous gérons la logistique de A à Z. Nous fournissons les outils à leurs acheteurs pour qu’ils référencent les pièces de leurs produits, et nous nous occupons de tout, depuis l’approvisionnement et le contrôle qualité, jusqu’à l’emballage et l’expédition », détaille Arnaud Jonglez. Ce segment constitue les derniers 25 % du CA de DPDO, qui, toutes clientèles confondues, expédie de 500 à 1 000 pièces détachées par jour. Mais la PME prévoit une forte augmentation de l’activité pièces détachées dans les années à venir, et investit dans ce sens.

Améliorer la base de données

En effet, Arnaud Jonglez verrait bien la part des pièces détachées dans ses ventes multipliée par quatre ou cinq d’ici à deux ans. Une forte augmentation rendue possible, d’une part, par une ouverture à l’international. Depuis deux ans, l’un des gros clients de DPDO lui a confié la logistique des pièces détachées dans les cinq pays d’Europe où il est implanté, ce qui s’est traduit par une hausse d’activité non-négligeable pour la PME. Qui, d’autre part, investit pour se donner les moyens d’accélérer.

« Nous investissons beaucoup sur la partie pièces détachées, en temps et en argent : rien que cette année, nous avons enrichi notre base de données de 500 000 pièces supplémentaires, ce qui représente beaucoup de travail. Nous avons également investi 350 000 € dans un nouvel ERP qui a mobilisé quatre personnes pendant un an. Il sera plus simple d’utilisation et permettra des recherches beaucoup plus fines, pour nos opérateurs comme nos clients », assure le dirigeant.

Couplée à un positionnement compétitif sur les prix en comparaison avec les deux concurrents français de la PME, cette amélioration de l’offre et de l’ergonomie du site devrait permettre à DPDO de reprendre sa place de numéro un sur le marché des pièces détachées, perdue au moment de la mise en liquidation de l’entreprise, espère Arnaud Jonglez.

Arnaud Jonglez, PDG de DPDO Distribution dans le Nord
Arnaud Jonglez a repris DPDO à la barre du tribunal de Valenciennes en mars 2016. Depuis, la PME, spécialisée dans la vente de consommables et pièces détachées d'électroménager, a retrouvé croissance et rentabilité. — Photo : Jeanne Magnien - Le JDE